Back in Black

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Back in Black (homonymie) et BIB.
Back in Black
Description de l'image Acdc backinblack cover.jpg.
Album de AC/DC
Sortie
Enregistré Avril -
Drapeau des Bahamas Compass Point Studios
Nassau, Bahamas
Drapeau : États-Unis Electric Lady Studios
New York, États-Unis
Durée 42 minutes
Genre Hard rock
Format Vinyle, CD, K7 audio
Auteur AC/DC
Compositeur Angus Young, Brian Johnson, Malcolm Young
Producteur Robert John "Mutt" Lange
Label ATCO, Albert Music (en), Atlantic Records
Critique

Albums de AC/DC

Singles

  1. You Shook Me All Night Long
    Sortie : 19 août 1980
  2. Hells Bells
    Sortie : 31 octobre 1980
  3. Back in Black
    Sortie : 21 décembre 1980
  4. Rock and Roll Ain't Noise Pollution
    Sortie : 15 mars 1981

Back in Black (BIB), sorti le , est le 7e album du groupe de hard rock AC/DC. Il s'agit du premier album du groupe enregistré avec le chanteur Brian Johnson, remplaçant Bon Scott, le précédent chanteur[3] décédé six mois plus tôt, à qui l'album rend hommage.

Avec un total des ventes estimé à plus de 50 millions d'exemplaires, il est l'album le plus vendu du groupe, et le deuxième album le plus vendu de tous les temps derrière Thriller de Michael Jackson. Il est également reconnu comme un album majeur du hard rock.

Historique[modifier | modifier le code]

Après la mort de Bon Scott le 19 février 1980, Back In Black est le premier album d'AC/DC à être enregistré avec le chanteur Brian Johnson (recruté sur la recommandation du producteur Robert Lange[4]).

Brian Johnson remplaça Bon Scott comme chanteur.

Le producteur Robert "Mutt" Lange avait déjà travaillé avec le groupe pour l'album précédent, Highway to Hell. Les enregistrements ont eu lieu aux studios Compass Point de Nassau (Bahamas) et aux studios Electric Lady de New York, où l'album a également été mixé.

Back in Black a été enregistré à Nassau, la capitale des Bahamas.

La pochette de l'album est entièrement noire. Y figurent simplement le nom du groupe et le titre de l'album en caractères blancs. Pour le vinyle et la réédition CD de 2003, le nom du groupe et le titre de l'album sont noirs mais le nom du groupe est en gaufré blanc et le nom de l'album est en relief. Selon Malcolm Young la maison d’édition refusa longtemps l’idée d’une pochette noire, de peur que personne ne remarque l’album dans les rayons des magasins. La négociation concernant cette pochette aurait pris plus de temps que l’enregistrement de l’album.[réf. nécessaire]

Cet album est couramment considéré dans l'esprit du public comme un hommage à Bon Scott, précédent chanteur du groupe, bien que ce ne soit pas explicite, dans les paroles des chansons ou sur la pochette. Toutefois la couleur noire et le nom de l'album symbolisent le deuil du groupe à la suite du décès de Bon Scott, tandis que les chansons Hells Bells, Back in Black et Have a Drink on Me rendent hommage à Bon Scott sans le nommer.

Angus Young a déclaré que la chanson éponyme de l’album restait sa préférée à jouer en concert car elle a un effet sur le public dès les premières notes. Quant à Brian Johnson, il a déclaré que les chansons de cet album étaient pour lui les plus difficiles à chanter[réf. nécessaire] ; Axl Rose en 2016 a d'ailleurs salué la prouesse de son prédécesseur sur cet album de référence[5].

L'album a été remastérisé pour la première fois en 1994, de nouveau en 1997 pour les versions nord-américaines du coffret Bonfire, puis en 2003 comme la quasi-totalité des albums d'AC/DC.

Enregistrement[modifier | modifier le code]

Bon Scott, chanteur, mort en février 1980 au début de l’écriture du nouvel album.

Après la mort de Bon Scott les membres du groupe décidèrent de s’isoler du monde médiatique en partant pour les Bahamas, au studio Compass Point. Le séjour ne fut pas si paradisiaque à cause de la saison des orages. D’après Johnson, ce sont ces orages qui lui auraient inspiré le premier couplet de Hells Bells : « A rolling thunder, a pouring rain / I’m coming on like an hurricane » que l’on peut traduire par « Un grondement du tonnerre, une pluie torrentielle / Je déferle tel un ouragan ».

Le studio aurait également subi une invasion de crabes qui allaient se loger directement dans le matériel du studio.[réf. nécessaire]

La production de Robert Lange sur cet album est reconnue comme un standard de qualité[6]. L’album est d’ailleurs utilisé par de nombreux producteurs pour calibrer leur matériel avant l’enregistrement.[réf. nécessaire] Le studio Compass Point est devenu célèbre et beaucoup d’artistes y ont enregistré par la suite, dont Judas Priest, Iron Maiden, U2, Lenny Kravitz et Adele. Cependant l’album a été mixé à New York City, au studio Electric Lady, créé par Jimi Hendrix. Il a fallu y ré-enregistrer le solo de Shoot to Thrill, Angus Young n’étant pas satisfait du résultat.

Matériel[modifier | modifier le code]

Tony Platt, ingénieur du son, utilisa une console MCI, des micros Newman U87, U47 et Shure SM58[6].

Comme à leur habitude les frères Young utilisèrent des amplificateurs Marshall JTM45, non pas des modèles de 100 watts comme sur scène mais des modèles de 50 watts. Ceux-ci étaient reliés avec une résistance de 16 ohm à des enceintes Marshall équipés de haut-parleurs Celestion Greenback, un élément essentiel de leur son.

Marshall JTM 45 MK II Reissue

Malcolm Young utilisa une Gretsch Jet mais également une Gretsch Falcon, qu’il utilisa également durant le Back In Black Tour. Angus Young utilisa comme sur tous les albums sa première Gibson SG de 1970 mais aussi probablement une Gibson SG Custom à trois micros.[réf. nécessaire]

Aucun effet ne fut utilisé hormis un Schaffer Vega Diversity System (en), un système sans-fil qu’utilisait Angus Young sur scène. Les effets de celui-ci sur son son, rendant le registre medium plus agressif, le poussèrent à utiliser ce système même en studio[6].

Réception[modifier | modifier le code]

Avec un total de ventes estimé à plus de 50 millions[7],[8],[9], Back in Black est le deuxième album le plus vendu de tous les temps. La Recording Industry Association of America l'a certifié 22 fois disque de platine, correspondant à 22 millions d'albums vendus aux États-Unis[10], ce qui en fait le cinquième album le plus vendu dans ce pays[11].

Cependant, l’album ne connut pas un succès immédiat, car les fans doutaient de la capacité de Brian Johnson à remplacer Bon Scott. C’est pourquoi le groupe organisa de petits concerts en Belgique, dont le premier à Namur[12], pour tester la réaction des fans.

En dépit de son énorme succès, ce n'est pas l'album d'AC/DC s'étant le mieux classé aux États-Unis, atteignant au plus haut la 4e place des charts ; l'album suivant du groupe, For Those About to Rock We Salute You, atteignit la première place en 1981[13] tout comme l'album Black Ice en 2008[réf. nécessaire].

De nos jours cet album fait partie des classiques du rock. Ses riffs simples mais efficaces ont solidement établi la popularité du groupe à l'international, et inspiré des guitaristes tels que Slash, Kurt Cobain[14], Scott Ian, Eddie Van Halen, Matt Bellamy, Dave Mustaine, Joe Satriani et beaucoup d’autres. C’est aussi l’album dont les morceaux sont le plus fréquemment joués par le groupe en concert.

En 2003 le magazine Rolling Stone l'a placé en 73e position de son classement des 500 plus grands albums de tous les temps (77e position dans le classement révisé de 2012)[15]. L'album est également cité dans l'ouvrage de référence de Robert Dimery Les 1001 albums qu'il faut avoir écoutés dans sa vie et dans un très grand nombre d'autres listes similaires[16].

Iron Man[modifier | modifier le code]

En 2008 plusieurs chansons de l’album furent utilisées sur la bande originale de l’adaptation au cinéma des comics Iron Man (Marvel), à la demande de l’acteur principal Robert Downey Jr., fan du groupe. Cela permit de faire découvrir ces chansons à une nouvelle génération.

Clips vidéo[modifier | modifier le code]

Le groupe enregistra six clips vidéo pour l'album à Breda aux Pays-Bas : Back in Black, Hells Bells, What Do You Do for Money Honey, You Shook Me All Night Long, Let Me Put My Love into You, et Rock and Roll Ain't Noise Pollution. Ces clips montrent simplement le groupe interprétant chaque morceau en studio, sans décor, avec un montage basique.

Les clips de Back in Black, Hells Bells, What Do You Do for Money Honey, et Rock and Roll Ain't Noise Pollution, ainsi que le clip de You Shook Me All Night Long de 1986 réalisé pour l'album Who Made Who, ont été réédités sur le coffret DVD Family Jewels en 2005. Le clip vidéo original pour You Shook Me All Night Long est sorti sur le coffret Backtracks en 2009. Le clip vidéo de Let Me Put My Love into You reste inédit (mais peut être vu sur YouTube).

Liste des titres[modifier | modifier le code]

Toutes les chansons ont été écrites par Malcolm Young, Angus Young et Brian Johnson.

No Titre Durée
A1. Hells Bells 5:12
A2. Shoot to Thrill 5:17
A3. What Do You Do for Money Honey 3:37
A4. Givin the Dog a Bone 3:33
A5. Let Me Put My Love into You 4:16
B1. Back in Black 4:16
B2. You Shook Me All Night Long 3:32
B3. Have a Drink on Me 3:58
B4. Shake a Leg 4:06
B5. Rock and Roll Ain't Noise Pollution 4:16
42:17

Thèmes[modifier | modifier le code]

Comme souvent chez AC/DC, les paroles des chansons renvoient au sexe (You Shook Me All Night Long, Shoot To Thrill, Let Me Put My Love Into You...), aux femmes, avec une tonalité parfois ouvertement misogyne (Given The Dog A Bone, What Do You Do For Money Honey), au rock 'n' roll et à la vie dissolue qui y est associée (Rock 'n' Roll Ain't Noise Pollution, Have A Drink On Me, Shake A Leg) mais aussi à des thèmes plus lugubres, en lien avec le contexte funèbre de sa composition (Hell's Bells, Back in Black).

Hells Bells[modifier | modifier le code]

Chanson basée sur une allégorie de l’enfer et de la mort qui parle à la première personne. La cloche utilisée au début de la chanson est une réplique de la Denison Bell du carillon du mémorial de guerre de Loughborough. Elle pèse 2,000-pound (910 kg) et fut construite par John Taylor Bellfounders. L’original ne pouvait être utilisé à cause des pigeons qui parasitaient les enregistrements. Elle sonne 13 fois.

Shoot to Thrill[modifier | modifier le code]

Inspirée des films Western tels que Le Bon, la Brute et le Truand, notamment au niveau du pont durant lequel la guitare rythmique imite un duel.[réf. nécessaire]

What You Do for Money Honey[modifier | modifier le code]

Typiquement le registre sexuel d’une chanson d’AC/DC évoquant une « Gold Digger », une michtoneuse. Le titre peut être traduit par : « Qu’est-ce que tu fais pour du pognon, poupée ? ».

Back in Black[modifier | modifier le code]

C'est l'histoire d’un homme au fond du trou qui remonte la pente après l’échec.[réf. nécessaire] Vraisemblable allusion à la mort de Bon Scott et à la reconquête que le groupe est en train de vivre.[réf. nécessaire]

You Shook Me All Night Long[modifier | modifier le code]

Chanson rock dansante ayant propulsé l’album sur les ondes radio, évoquant une relation sexuelle de longue haleine avec une nymphomane. Johnson fut inspiré par ce thème en regardant des femmes sur la plage.[réf. nécessaire]

Rock and Roll Ain’t Noise Pollution[modifier | modifier le code]

Cette chanson a été écrite en réponse au gouvernement néo-zélandais qui avait comparé la musique d'AC/DC à une « pollution sonore »[17],[18]. Il s'agit d'une des nombreuses chansons du groupe faisant directement référence à la musique rock.

Composition du groupe[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

  • Robert John « Mutt » Lange – producteur
  • Benji Armbrister – ingénieur assistant
  • Bob Defrin – direction artistique
  • Robert Ellis – photographie
  • Bob Ludwigmastering (Vinyle original)
  • Barry Diament – mastering (CD original)
  • Ted Jensenremastering (réédition EMI/Atco (1994 et 1997))
  • George Marino – remastering (réédition Epic (2003))
  • Tony Platt – ingénieur et mixage
  • Brad Samuelsohn – ingénieur assistant
  • Jack Newber – ingénieur assistant

Charts[modifier | modifier le code]

Album[modifier | modifier le code]

Pays Chart Meilleure position Réf
Drapeau des États-Unis États-Unis Billboard 200 4 [19]
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni OCC 1 [20]
Drapeau du Canada Canada RPM charts 1 [21]
Drapeau du Danemark Danemark Tracklisten 27 [22]
Drapeau de l'Italie Italie Hit Parade Italia 22 [23]
Drapeau de la Finlande Finlande Mitä hittiä 9 [24]
Drapeau de la Norvège Norvège VG-lista 8 [25]
Drapeau de la Suède Suède Sverigetopplistan 12 [26]
Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas Dutch Charts 27 [27]
Drapeau de la Suisse Suisse Swiss Music Charts 36 [28]
Drapeau de l'Autriche Autriche Ö3 Austria Top 40 6 [29]
Drapeau de l'Allemagne Allemagne Offizielle Deutsche charts 3 [30]
Drapeau de la France France SNEP 1 [31]
Drapeau de l'Espagne Espagne PROMUSICAE 33 [32]
Drapeau de l'Australie Australie ARIA Charts 1 [33]
Drapeau de la Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande Rianz 24 [34]


Singles[modifier | modifier le code]

Année Single Chart Position[35],[36]
1980 Rock and Roll Ain't Noise Pollution UK Singles Chart 38
You Shook Me All Night Long US Billboard Hot 100 35
What Do You Do For Money Honey UK Singles Chart 15
1981 Back in Black

=

US Billboard Hot 100 37
Hells Bells US Billboard Top Tracks 52
Back in Black US Billboard Top Tracks 51
Shoot to Thrill US Billboard Top Tracks 60

Certifications[modifier | modifier le code]

Pays Ventes Certification Date
Drapeau de l'Allemagne Allemagne[37] 1 000 000+ Disque de platine 2 × Platine 2003
Drapeau de l'Argentine Argentine[38] 120 000 + Disque de platine 2 × Platine 04/11/1999
Drapeau de l'Australie Australie[39] 840 000 + Disque de platine 12 × Platine 2013
Drapeau de l'Autriche Autriche[40] 840 000 + Disque de platine Platine 19/12/1991
Drapeau du Canada Canada[41] 1 000 000+ Disque de diamant Diamant 13/10/1989
Drapeau des États-Unis États-Unis[42] 25 000 000+ Disque de platine 25 × Platine 06/12/2019
Drapeau de la France France[43] 600 000+ Disque de platine 2 × Platine 17/10/2001
Drapeau de l'Italie Italie[44] 120 000+ Disque de platine 2 × Platine 2016
Drapeau de la Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande[45] 15 000+ Disque de platine Platine 1991
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni[46] 600 000+ Disque de platine 2 × Platine 27/04/2018
Drapeau de la Suisse Suisse[47] 100 000+ Disque de platine 2 × Platine 1996

Note : pour la France, bien que les ventes de l'album n'aient été certifiées que pour 600 000 exemplaires, les ventes réelles de l'album sont estimées à 1 401 800 à la fin de l'année 2017[48].

Anecdotes[modifier | modifier le code]

Vinyle[modifier | modifier le code]

Sur le premier pressage du vinyle en 1980 la liste de chanson au dos de la pochette est dans le désordre. Depuis cette erreur est restée sur tous les vinyls réédités. Par contre l’erreur n’a jamais été faite sur les autres supports.

Doutes[modifier | modifier le code]

À la fin des sessions d’enregistrement, Brian Johnson est dubitatif quant au succès de l’album. Il considère sa voix trop aiguë.

Back In Black Tour[modifier | modifier le code]

Lors de la tournée qui a suivi la sortie de l’opus, le groupe a connu un succès important notamment aux États-Unis où ils n’avaient jamais réussi à percer auparavant. La cloche fabriquée pour Hells Bells fut utilisée sur les premiers concerts mais ensuite remplacée par un modèle plus léger car l’originale risquait de tomber du fait de son poids (910 kg).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Stephen Thomas Erlewine, « Back in Black », Allmusic (consulté le 4 novembre 2018)
  2. (en) Christian Hoard, « Back in Black », Rolling Stone (consulté le 4 novembre 2018)
  3. Bon Scott était le deuxième chanteur du groupe, après Dave Evans.
  4. Seth Jacobson, Les 1001 albums qu'il faut avoir écoutés dans sa vie, Flammarion, p. 452
  5. Associated Press, « AC/DC Gears Up for Axl Rose Gigs », (consulté le 10 mai 2018)
  6. a b et c (en) « RECORDING “BACK IN BLACK” (THE ALBUM): INTERVIEW(S) WITH TONY PLATT », sur Solodallas.com
  7. (en) Kai Ma, « Heavy Metal Under the Sea: Sharks Act Calmer When Listening to AC/DC », Time, (consulté le 18 juillet 2012)
  8. (en) Phil Sutcliffe, AC/DC : High-Voltage Rock 'n' Roll : The Ultimate Illustrated History, Voyageur Press, (lire en ligne)
  9. (en) Gregory McNamee, « AC/DC, "Back in Black" (Great Moments in Pop Music History) », Encyclopædia Britannica, Inc., (consulté le 27 juillet 2012)
  10. https://www.riaa.com/goldandplatinumdata.php?table=SEARCH_RESULTS
  11. « Top 100 Albums », Recording Industry Association of America, (consulté le 1er février 2007)
  12. (en) « AC/DC Setlist at Palais des Expositions, Namur, Belgium », sur setlist.fm
  13. « AC/DC discography », Rock Detector (consulté le 1er février 2007)
  14. (en) « Kurt Cobain, The Rolling Stone Interview: Success Doesn't Suck », sur rollingstone.com,
  15. (en) Rolling Stone 500 Greatest Albums of All Time, « Back in Black », Rolling Stone,‎
  16. (en) « Back in Black », sur www.acclaimedmusic.net (consulté le 4 novembre 2018)
  17. https://www.rtbf.be/classic21/article/detail_high-voltage-rock-n-roll-ain-t-noise-pollution?id=8394847
  18. http://www.monsieurvintage.com/art/2016/03/le-chanteur-dacdc-menace-de-surdite-22151
  19. allmusic.com
  20. « UK charts »
  21. « canadian charts »
  22. « danish charts »
  23. « italian charts »
  24. « finnish charts »
  25. « norwegian charts »
  26. « swedish charts »
  27. « dutch charts »
  28. « hit parade »
  29. « austrian charts »
  30. deutsche charts
  31. « Classement des albums (par artiste) », sur InfoDisc (consulté le 29 septembre 2013).
  32. « spanish charts »
  33. wikipedia.org/list of top 25 album for 1981 in Australia
  34. « N-Z charts »
  35. « Charts & awards - Billboard singles », Allmusic (consulté le 29 janvier 2007)
  36. « Every Hit » (consulté le 1er février 2007)
  37. musikindustrie.de/gold-platin/databank- suchen consulté le 3 novembre 2018
  38. (es) « Disco de oro y platino », sur capif.org.ar (consulté le 2 mars 2018)
  39. aria.com/charts & accreditations/albums/2013 consulté le 3 novembre 2018
  40. ifpi.at/goldplatin/suchen/ac_dc/back in black consulté le 3 novembre 2018
  41. musiccanada.com/gold platinum/search/ac-dc/back in black consulté le 3 novembre 2018
  42. https://www.riaa.com/gold-platinum/?tab_active=awards_by_album#search_section Consulté 3 janvier 2020.
  43. snepmusique.com/les disque d'or/rechercher/ac_dc/back in blackconsulté le 3 novembre 2018
  44. fimi.it/certificazioni/filtra/ac_dc consulté le 3 novembre 2018
  45. nztop40.co.nz/chart/album/22 septemnre 1991consulté le 3 novembre 2018
  46. BPI.co.uk/certified-awards/search/ac_dc consulté le 3 novembre 2018
  47. Hitparade.ch/ac_dc/edelmetall
  48. http://infodisc.fr/Ventes_Albums_Tout_Temps.php?debut=50

Liens externes[modifier | modifier le code]