Bachkirie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Bachkortostan)

République de Bachkirie
(ru) Республика Башкортостан
(ba) Башҡортостан Республикаһы
Blason de République de Bachkirie
Armoiries de la Bachkirie.
Drapeau de République de Bachkirie
Drapeau de la Bachkirie.
Bachkirie
Formations rocheuses dans l'Oural.
Administration
Pays Drapeau de la Russie Russie
Région économique Oural
District fédéral Volga
Statut politique république
Création 23 mars 1919
Capitale Oufa
Chef Radi Khabirov
Premier ministre Andreï Nazarov
Démographie
Population 4 051 005 hab. (2019)
Densité 28 hab./km2
Géographie
Coordonnées 54° 28′ nord, 56° 16′ est
Superficie 142 947 km2
Autres informations
Langue(s) officielle(s) russe, bachkir
Fuseau horaire UTC+6
Code OKATO 80
Code ISO 3166 RU-BA
Hymne
Immatriculation 02, 102
Localisation
Localisation de République de Bachkirie
Liens
Site web site officiel

La république de Bachkirie (en russe : Республика Башки́рия, Respoublika Bachkiriïa), ou désormais république du Bachkortostan (en russe : Республика Башкортостан, Respoublika Bachkortostan ; en bachkir : Башҡортостан Республикаһы, Başqortostan Respublikahı) est un sujet de la fédération de Russie, situé entre la Volga et les monts Oural dans l'est de la Russie européenne. Sa capitale est la ville d'Oufa, située à 1 519 km de Moscou.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Bachkortostan vient du nom du groupe ethnique des Bachkirs (en bachkir : башҡорт, Bashҡort) et du suffixe persan -stan (une terminaison commune à plusieurs pays d'Asie centrale).

La première mention de la zone sous la forme de Bashgurd est présente dans l'ouvrage de Rashid al-Din « Oğuzname » qui remonte au VIIIe siècle. Les noms bashgirdy, bashgird, Baskardia, Bashgirdiya et autres étaient universellement connus dans les sources arabo-persanes et occidentales du Moyen Âge[1].

Aux XVIe et XVIIe siècles, dans les sources russes, le territoire des Bachkirs était désigné comme l'ouïezd d'Oufa ou sous le nom Bachkirie. Initialement, le nom était utilisé sous la forme Bachkirie, Bachkirdia, kraï bachkir et province bachkir.

Selon la Constitution de la fédération de Russie; le nom du sujet est : république de la Bachkirie. Selon la Constitution de la République, les noms Bachkortostan et République de la Bachkirie sont équivalents[2].

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Carte topographique de la Bachkirie.

Située dans le district fédéral de la Volga dans la partie européenne de la Russie, sur le versant occidental de l’Oural méridional, la Bachkirie a une superficie de 142 947 km2 (selon Rosstat[3]). Elle mesure au maximum 550 km du nord au sud et 430 km d'est en ouest.

La Bachkirie est limitrophe avec le kraï de Perm (au nord), l'oblast de Sverdlovsk (au nord-est), l'oblast de Tcheliabinsk (à l'est), l'oblast d'Orenbourg (au sud), le Tatarstan (à l'ouest) et l'Oudmourtie (au nord-ouest). Son point culminant est le mont Iamantaou (1 638 m). La république de Bachkirie est située dans le fuseau horaire MSK+2 (heure de Iekaterinbourg). Le décalage horaire appliqué par rapport au temps universel coordonné est +05:00[4].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

En Bachkirie, il y a environ 13 000 rivières d'une longueur totale de plus de 57 000 km. L'essentiel d'entre elles (99,9 % en quantité et 87 % en longueur) sont des rivières de moins de 100 km de long. Le bassin de la Volga, représentée entre autres par les rivières Belaïa et Ik, comprend 79 % du territoire de la république, le territoire des rivières du bassin de l'Oural couvre 20 %, et le territoire des rivières du bassin de l'Ob recouvre le 1 % restant[5].

Les rivières principales sont notamment :

De plus, en Bachkirie, il y a environ 2 000 lacs, dont 75 % d'entre eux qui sont situés dans les régions des plaines occidentales, le reste principalement dans le Trans-Oural bachkir. Il n'existe que 20 lacs avec une superficie de 22 à 2 km2, dont 4 compris dans le bassin de la Volga, 15 dans celui de l'Oural, et 1 dans celui de l'Ob[6]. Les lacs et réservoirs principaux sont notamment les lacs Asly-Koul (23,5 km2) ; Kandry-Koul (15,6 km2) ; Ourgoun (12,0 km2); le réservoir Pavlovskoïe (120,0 km2) et le réservoir Nougouchkoïe (25,2 km2).

Montagnes[modifier | modifier le code]

La république comprend une partie de l'Oural méridional, qui s'étire des frontières nord au sud. Les collines et les plaines occupent environ deux tiers du territoire, les monts Oural bachkirs un quart.

Les sommets principaux incluent notamment :

  • Mont Iamantaou (point culminant, 1 638 m)[7]
  • Mont Bolchoï Iremel (1 582 m)
  • Mont Maly Iremel (1 449 m)
  • Mont Bolchoï Chelom (1 427 m)
  • Mont Arviakriaz (1 068 m)
  • Mont Zilmerdak (1 582 m)
  • Mont Alataou (909 m)
  • Mont Iourmataou (842 m)
Image panoramique
Brouillard matinal sur le village de Verkhneïtkoulovo (raïon d'Ichimbaï).
Voir le fichier

Climat[modifier | modifier le code]

Mont Iremel

Le climat est continental, avec des étés chauds et humides et des hivers modérément froids. Dans l'Oural, le climat est boréal continental.

  • Température moyenne annuelle : de 0,3 °C (montagnes) à 2,8 °C (plaines)
  • Température moyenne en janvier : −16 °C
  • Température moyenne en juillet : 18 °C

Les précipitations annuelles sont en moyenne de près de 430 mm, dans l'Oural elle se montent à environ 800 mm.

Ressources naturelles[modifier | modifier le code]

Route fédérale M5 près de Kandy.

La république de Bachkirie est l'un des plus riches territoires de Russie en ressources naturelles et minières, avec près de 3 000 ressources minières. Elle dispose en particulier de pétrole - la Bachkirie était l'un des principaux centres d'extraction d'Union soviétique, de gaz naturel, de mines (charbon, fer, manganèse, chromite, plomb, tungstène, cuivre, zinc, sel gemme, quartz, fluorine, pyrite, barytine, silicate, silice, amiante, talc, malachite, jade, granite), elle a également de nombreuses carrières de pierres et de matériaux de construction. Le gouvernement soviétique construisit de nombreux complexes industriels pour exploiter ces ressources.

La Bachkirie est également l'une des bases principales de matières premières pour la métallurgie non ferreuse russe. La république a de grandes réserves de lignite avec un haut degré bitumineux. Ce lignite peut être utilisé pour obtenir différents produits chimiques tels que résines, substances à surface active, engrais et autres stimulants pour la pousse de plantes. Des matières premières chimiques-minérales (halite, chaux, phosphorite, barytine, etc.) sont en quantités relativement importantes, et sont utilisées dans l'économie de la république.

La Bachkirie est aussi riche en bois. Les forêts recouvrent près de 62 000 km2, soit plus d'un tiers du territoire. Les espèces suivantes prédominent : bouleau, conifère, tilia, chêne et érable. Le stock général de bois approche selon certains évaluations 717,9 millions de m3. Les forêts de Bachkirie sont dotées de réserves et de parcs nationaux, qui recouvrent plus de 10 000 km2. La république est aussi riche en sources d'eau minérale, médicinale et potable. Les métiers traditionnels bachkirs, l’élevage et l’apiculture, restent d’importantes activités économiques.

Faune et flore[modifier | modifier le code]

Les forêts occupent plus de 40 % du territoire de la république. Dans le Cis-Oural, ce sont des forêts mixtes ; dans les contreforts occidentaux, les régions montagneuses et le Trans-Oural bachkir, il y a des forêts de pins, de bouleaux et une taïga sombre de conifères. Dans la région du Cis-Oural, les steppes boisées avec des forêts de bouleaux et de chênes, et les steppes à graminées herbacées sont également répandues. De plus, les steppes s'étendent dans les régions trans-ouraliennes. Les sols sont principalement constitués de forêt grise, de tchernozioms, de gazon-podzolique[8].

Le territoire de la république abrite 77 espèces de mammifères, environ 300 espèces d'oiseaux, 42 espècesde poissons, 11 espèces de reptiles, 10 espèces d'amphibiens, 15 000 espèces d'insectes, 276 espèces d'araignées, 70 espèces de tiques, 120 espèces de mollusques, 140 espèces de crustacés et environ 1 000 espèces de vers. Parmi celles répertoriées dans le Livre rouge de la Bachkirie figurent 18 espèces de mammifères, 49 espèces d'oiseaux, 7 espèces de poissons, 3 espèces d' amphibiens, 6 espèces de reptiles et 29 espèces d'animaux invertébrés, dont 28 espèces d'insectes[8].

Aires protégées[modifier | modifier le code]

Au , la superficie totale des aires protégées de la république était de 985 936,7 hectares, soit 6,89 % de l'ensemble du territoire de la république. Il y a 216 aires protégées situées dans la république. La république comprend 3 réserves naturelles d'État que sont la réserve naturelle de Choulgan-Tach, la réserve naturelle de Bachkirie et la réserve naturelle de l'Oural du Sud ; mais aussi le paarc national de Bachkirie. De plus, il y a un jardin botanique, 5 parcs naturels, dont l'Altyn-Solok, 27 zakazniks (17 zakazniks zoologiques, 3 zakazniks paysagères et 7 zakazniks botaniques) et 179 monuments naturels[9].

Histoire[modifier | modifier le code]

Période préhistorique[modifier | modifier le code]

Pétroglyphe dans la grotte de Kapova.

Le territoire de l'Oural du Sud était caractérisé par une abondance de végétation, de bétail et de matières premières en pierre, qui attirait des gens de diverses régions[10].

Le plus ancien monument d'habitation humaine sur le territoire de la République moderne de la Bachkirie est le site d'Urta-Tube (Myssovaïa) près du lac Karabalykty, datant du Paléolithique inférieur et moyen. Les images de mammouths, de rhinocéros laineux, de chevaux et d'autres animaux sur les parois de la grotte de Kapova (Shulgan-Tash) remontent au Paléolithique supérieur (il y a 36 400 ans)[11],[12].

Selon une version, la domestication du cheval a eu lieu sur le territoire de la Bachkirie historique, comme en témoignent les restes les plus anciens d'un cheval domestique sur les sites de Mullino II et Davlekanovo II, remontant selon la datation au carbon 14 au tournant des VIIe-VIe millénaire av. J.-C.[13]. Au cours de l'ère mésolithique, il y a eu une augmentation significative de la population sur le territoire actuel, comme en témoignent divers sites archéologiques de cette période dans le Trans-Oural bachkir. L'ère néolithique est caractérisée par la transition vers une économie productive d'agriculture et d'élevage[14].

Du milieu du IIe au début du Ier millénaire av. J.-C., à l'âge du bronze, commence une période de développement intensif du territoire de l'Oural du Sud et est associée à l'arrivée ici des tribus de la culture Abachevo. Les Abachévites possédaient un haut niveau de transformation du bronze et de fabrication d'outils[15].

Histoire ancienne[modifier | modifier le code]

La première mention de la zone sous la forme de Bashgurd dans l'ouvrage de Rashid al-Din « Oğuzname » remonte au VIIIe siècle[1].

Les noms bashgird, bashgird, Baskardia, Bashgirdiya et autres étaient connus dans les sources arabo-persanes du Moyen Âge. Le pays des Bachkirs, ses habitants et ses coutumes ont été rapportés aux IVe – XIIIe siècles par les géographes arabes Ahmad Ibn Fadlân et Abu Zayd al-Balkhi, le moine italien Jean de Plan Carpin et le Néerlandais Guillaume de Rubrouk. Le nom du peuple Bashkort apparaît pour la première fois dans la description de Sallam Tarjeman (première moitié du IXe siècle)[16]. Le géographe arabe Idrisi a écrit au XIIe siècle sur deux régions des Bachkirs « intérieures et extérieures » et a mentionné les villes bachkires de Nemzhan, Gurkhan, Karakiya, Kasru et Masru[17],[18]. Dans les chroniques russes, la première mention de la terre bachkir remonte à 1469[1].

Aux Xe – XIIIe siècles, la partie occidentale des Bachkirs faisait partie de la Volga Bulgarie[1].

De 1220 à 1234, les Bachkirs combattirent contre les Mongols, retenant efficacement l'assaut de l'invasion mongole à l'ouest. La guerre mongole-bachkir a duré 14 ans. Dans « l'Histoire secrète des Mongols », les Bachkirs figurent parmi les peuples qui ont opposé la plus forte résistance aux Mongols[19].

Mausolée de Tourahan, bâtiment du XIVe siècle.

Aux XIIe et XIVe siècles, tout le territoire de peuplement des Bachkirs faisait partie de la Horde d'Or. Les Bachkirs reçoivent le droit de tuer (yarlyki), c'est-à-dire en fait l'autonomie territoriale au sein de l'empire mongol. Dans la hiérarchie juridique de l'État mongol, les Bachkirs occupaient une position privilégiée[20].

Après l'effondrement de la Horde d'Or, la majeure partie de la Bachkirie était un gouvernorat spécial de la Horde de Nogai, le territoire de résidence des Bachkirs de l'Est faisait partie du Khanat de Sibérie et les terres des Bachkirs de l'Ouest faisaient partie du Khanat de Kazan[21].

XVIe – XIXe siècles[modifier | modifier le code]

En 1557, sur la base d'un accord, la partie européenne de la Bachkirie fut annexée à la Russie[22]. Cette annexion a eu lieu 5 ans après, en 1552, le Khanat de Kazan a rejeté l'adhésion volontaire à l'État russe et a donc été conquis et a cessé d'exister[23]. Au début du XVIIe siècle, après la conquête du khanat de Sibir par la Russie, eut lieu l'entrée définitive des territoires périphériques où vivaient les Bachkirs en Russie[24].

Jusqu'au milieu et à la fin du XVIIe siècle environ, la présence de la Bachkirie en Russie était nominale, puisque la Bachkirie n'a pas été intégrée dans les institutions de l'État russe pendant longtemps. La ligne défensive Zakamskaïa, érigée au milieu du XVIIe siècle, représentait en réalité la frontière entre la Bachkirie et la Russie. Ainsi, la Bachkirie était isolée non seulement administrativement, mais aussi territorialement[25]. Ce n'est que dans la seconde moitié du XVIIe siècle que la Russie a commencé à s'immiscer dans la vie intérieure des Bachkirs, violant les termes contractuels, ce qui a conduit aux premiers soulèvements de 1662-1664[26] et 1681-1684[27].

De la seconde moitié du XVIe au début du XIXe siècles, les Bachkirs occupèrent un vaste territoire allant de la rive gauche de la Volga au sud-ouest jusqu'aux sources du Tobol à l'est, de la rivière Sylva au nord, y compris toute la rive gauche de la Volga, jusqu'au cours moyen du Yaik (Oural) au sud, c'est-à-dire dans l'Oural moyen et méridional, dans l'Oural, ainsi que dans la région de la Volga et le Trans-Oural[28].

Aux XVIe et XVIIe siècles, dans les sources russes, le territoire de résidence des Bachkirs était désigné comme l'ouïezd d'Oufa ou Bachkirie. Initialement, le nom était utilisé sous la forme Bachkirie, Bachkirdiya, province de Bachkir.

En 1708, la région a été incluse dans le gouvernement de Kazan sous le nom de voïvodie d'Oufa, qui en 1719 a été rebaptisée province d'Oufa[29]. En 1774, la province d'Oufa est devenue une partie du gouvernement d'Orenbourg créé[30].

Par décret du 10 avril 1798 ( dans le calendrier grégorien), la population bachkire de la région fut transférée dans la classe du service militaire (armée bachkir) et fut obligée d'effectuer le service frontalier aux frontières orientales de la Russie[31].

En 1865, le gouvernement d'Oufa a été formée en divisant le gouvernement d'Orenbourg en Oufa et Orenbourg, qui comprenaient les ouïezds d'Oufa, Belebeïevsk, Birsk, Zlatooust, Menzeline et Sterlitamak[32].

Les régiments de cavalerie bachkirs combattirent dans les rangs de l'armée russe au sein des milices de Minine et de Pojarski, prirent part à la libération de Moscou des troupes de la république des DeuxNations en 1612 et leur rôle dans la campagne de Russie fut perceptible[33].

XXe siècle[modifier | modifier le code]

Le 15 novembre 1917 ( dans le calendrier grégorien), le Chouro central bachkir a proclamé et approuvé par le Congrès constituant du Bachkourdistan, l'autonomie nationale-territoriale du Bachkourdistan, la première autonomie ethnique-territoriale en Russie. Le 16 novembre 1917 ( dans le calendrier grégorien), la décision fut publiée[34].

Unité de cavalerie de l'Armée rouge composée de Bachkirs, Guerre civile russe, 1919.

Après la proclamation de l'autonomie territoriale du Bachkourdistan, la question des frontières de la république s'est posée. Le kurultai fondateur du Bachkourdistan a approuvé deux projets : « Petite Bachkirie » et « Grande Bachkirie ». Il y avait aussi un troisième projet, proposé par Akhmet-Zaki Validi, qui prévoyait la plus grande formation territoriale de tous ceux considérés. En raison des événements de la guerre civile russe, seul le premier projet fut réalisé. En conséquence, la république autonome du Bachkourdistan est née à l'intérieur des frontières de la « Petite Bachkirie »[35].

Le 20 mars 1919, l'« Accord entre le gouvernement central soviétique et le gouvernement bachkir sur la Bachkirie autonome soviétique » fut signé à Moscou. En signant ce document, la Russie soviétique a reconnu la première autonomie ethnique-territoriale dans sa composition, qui existait depuis 1917[35]. Conformément à l'accord, la république soviétique autonome bachkire (RSSAB) a été créée. Le 23 mars 1919, le texte de l'accord fut publié dans le journal du Comité exécutif central panrusse Izvestia. Ce jour est considéré comme la date officielle de la formation de la république socialiste soviétique autonome bachkire[36],[37].

Le 12 août 1920, le décret du Comité exécutif central russe « sur l'inclusion de la ville de Sterlitamak du gouvernement d'Oufa dans le territoire de la République bachkire » fut signé[38].

Selon le décret du 14 juin 1922, par le décret du Comité exécutif central panrusse « Sur l'élargissement des frontières de la République soviétique socialiste autonome bachkire », le gouvernemente d'Oufa a été annexée à la République bachkire. La « Petite Bachkirie » s'est élargie jusqu'aux limites de la « Grande Bachkirie », qui réunissait jusqu'à 87 % des Bachkirs. La ville d'Oufa devint la capitale officielle de la république. Le terme « Grande Bachkirie » a été utilisé jusqu'en 1930.

En 1921, une grande famine éclata en Bachkirie, qui coûta la vie à près de la moitié de l'ensemble du peuple bachkir. Le déclenchement de l'appropriation alimentaire, la sécheresse et la guerre civile marquèrent le début de la famine. Certains historiens considèrent cette famine comme une famine délibérément créée afin de réduire la taille de la population bachkire. La mission de l'American Relief Administration en Bachkirie a également fourni une aide significative pour vaincre la famine[39],[40].

Le 27 mars 1925, le projet de Constitution (loi fondamentale) de la république fut adopté.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, plus de 100 entreprises industrielles, des dizaines d'hôpitaux, un certain nombre d'organismes du gouvernement central et 278 000 réfugiés ont été évacués vers la République socialiste soviétique autonome bachkire[41]. Pendant les années de guerre, un grand nombre d'unités militaires ont été entraînées sur le territoire de la république. La production pétrolière, explorée dans la république avant la guerre, jouait un rôle important pour l'industrie et l'armée. Les habitants de la république ont fourni une aide financière importante à l'Armée rouge, collectant des dizaines de millions de roubles pour la construction d'avions et de chars. Le titre de Héros de l'Union soviétique a été décerné à 280 habitants de la République socialiste soviétique autonome bachkire.

Dans la période d'après-guerre, de nouvelles villes ont émergé dans la République socialiste soviétique autonome bachkir (Salavat, Kumertau) en tant que centres de développement de la pétrochimie, de la construction mécanique et de l'aviation. De nouvelles voies ferrées et routes ont été créées. Dans les années 1960 et 1980, l’industrie, l’agriculture et la construction se sont développées rapidement dans la République socialiste soviétique autonome bachkire. En 1980, la population d'Oufa dépassait le million d'habitants.

Le 11 octobre 1990, le Conseil suprême de la République proclame la Déclaration de souveraineté de l'État, se proclamant indépendante de l’Union soviétique. Selon la déclaration, la république a été transformée en RSS de Bachkire, Bachkortostan[42],[43] et, le 25 février 1992, elle a été rebaptisée République de la Bachkirie.

Mais deux ans plus tard, le 31 mars 1992, la Bachkirie a signé l'Accord fédératif sur la délimitation des pouvoirs et des sujets de juridiction entre les autorités de l'État de la Fédération de Russie et les autorités des républiques souveraines, acceptant de rester alors dans le cadre législatif de la fédération de Russie, à condition que les domaines de compétences respectifs de la Fédération et de ses États membres soient préalablement clairement définis.

Le 24 décembre 1993, la Constitution de la République de la Bachkirie a été adoptée, qui a approuvé le poste de président de la République (depuis 2015 - Chef de la République de la Bachkirie).

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique
2002 2010 2016 2019 -
4 104 3364 065 9934 071 0644 051 005-

Données socio-économiques de l'évolution démographique[modifier | modifier le code]

Données[44]:

  • Population : 4 104 336 (2002)
    • Urbaine : 2 626 613 (70,8 %)
    • Rurale : 1 477 723 (29,2 %)
    • Hommes : 1 923 233 (46,9 %)
    • Femmes : 2 181 103 (53,1 %)
  • Femmes pour 1 000 hommes : 1 134
  • Âge moyen : 35,6 ans
    • Urbains : 35,2 ans
    • Ruraux : 36,4 ans
    • Hommes : 33,4 ans
    • Femmes : 37,7 ans
  • Nombre de foyers : 1 429 004 (avec 4 066 649 personnes)
    • Urbains : 931 417 (avec 2 592 909 personnes)
    • Ruraux : 497 587 (avec 1 473 740 personnes)
Naissances Décès Taux de natalité Taux de mortalité
1970 63 498 28 004 16,6 7,3
1975 63 096 31 802 16,5 8,3
1980 67 743 36 067 17,6 9,4
1985 76 839 39 101 19,9 10,1
1990 63 899 38 157 16,2 9,7
1991 58 240 39 638 14,7 10,0
1992 53 271 43 539 13,3 10,9
1993 46 772 50 738 11,6 12,6
1994 47 296 54 267 11,7 13,4
1995 45 622 51 734 11,2 12,7
1996 45 228 49 600 11,1 12,1
1997 43 776 49 354 10,7 12,0
1998 44 465 48 470 10,8 11,8
1999 41 368 52 608 10,0 12,8
2000 41 642 53 550 10,1 13,0
2001 42 793 55 001 10,4 13,4
2002 45 481 57 836 11,1 14,1
2003 45 583 58 237 11,1 14,2
2004 45 733 57 726 11,2 14,1
2005 44 094 57 787 10,8 14,2
2006 45 055 55 319 11,1 13,6
2007 51 453 55 144 12,7 13,6
2008 54 493 55 568 13,4 13,7
Année Fécondité Fécondité urbaine Fécondité rurale
1990 2,18 1,84 3,09
1991 2,03 1,66 2,99
1992 1,87 1,50 2,78
1993 1,65 1,35 2,36
1994 1,67 1,39 2,29
1995 1,60 1,32 2,21
1996 1,57 1,30 2,18
1997 1,51 1,25 2,08
1998 1,53 1,30 2,04
1999 1,42 1,20 1,91
2000 1,42 1,21 1,89
2001 1,44 1,24 1,92
2002 1,52 1,34 1,94
2003 1,51 1,34 1,93
2004 1,49 1,38 1,76
2005 1,42 1,28 1,71
2006 1,43 1,28 1,73
2007 1,63 1,42 2,04
2008 1,71 1,50 2,11
2009 1,73 1,53 2,11
2010 1,77 1,59 2,14
2011 1,74 1,57 2,13
2012 1,86 1,68 2,30
2013 1,89 1,70 2,39
2014 1,95 1,74 2,53
2015 1,94 1,77 2,41
2016 1,86 1,73 2,22
2017 1,70 1,43 2,37

Composition ethnique[modifier | modifier le code]

La population est répartie en différents groupes ethniques. Selon le recensement de 2002 en Russie, les principaux sont : les Russes (36,32 %), les Bachkirs (29,76 %), les Tatars (24,14 %), les Tchouvaches (2,86 %), les Maris (2,58 %), les Ukrainiens (1,35 %), les Mordves (0,63 %), les Oudmourtes (0,55 %), les Biélorusses (0,42 %), les Arméniens (0,21 %), les Allemands (0,20 %), les Ouzbeks (0,13 %), les Azeris (0,12 %), les Kryashens (sous-groupe des Tatars de la Volga) (0,11 %), les Kazakhs (0,10 %), les Tadjiks (0,07 %), les Juifs (0,06 %) et divers groupes représentant chacun moins de 2 000 personnes. Encore 0,11 % des habitants ont refusé de préciser leur nationalité lors du recensement[45]. Les chiffres historiques figurent ci-dessous :

Encore en 1990, la part des Bachkirs dans la population totale de la République socialiste soviétique autonome bachkire représentait près de 20 %, contre 37,5 % de Russes et 27,5 % de Tatars. Dans la capitale Oufa, près de 30 % des habitants sont Tatars.

La Bachkirie est la république islamique la plus vaste et la plus peuplée de Russie, voir Islam en Russie.

recensement 1926 recensement 1939 recensement 1959 recensement 1970 recensement 1979 recensement 1989 recensement 2002
Bachkirs 625 845 (23,5 %) 671 188 (21,2 %) 737 744 (22,1 %) 892 248 (23,4 %) 935 880 (24,3 %) 863 808 (21,9 %) 1 221 302 (29,8 %)
Russes 1 064 707 (39,9 %) 1 281 347 (40,6 %) 1 418 147 (42,4 %) 1 546 304 (40,5 %) 1 547 893 (40,3 %) 1 548 291 (39,3 %) 1 490 715 (36,3 %)
Tatars 621 158 (23,3 %) 777 230 (24,6 %) 768 566 (23,0 %) 944 505 (24,7 %) 940 436 (24,5 %) 1 120 702 (28,4 %) 990 702 (24,1 %)
Tchouvaches 84 886 (3,2 %) 106 892 (3,4 %) 109 970 (3,3 %) 126 638 (3,3 %) 122 344 (3,2 %) 118 509 (3,0 %) 117 317 (2,9 %)
Maris 79 298 (3,0 %) 90 163 (2,9 %) 93 902 (2,8 %) 109 638 (2,9 %) 106 793 (2,8 %) 105 768 (2,7 %) 105 829 (2,6 %)
Ukrainiens 76 710 (2,9 %) 99 289 (3,1 %) 83 594 (2,5 %) 76 005 (2,0 %) 75 571 (2,0 %) 74 990 (1,9 %) 55 249 (1,3 %)
Autres 113 232 (4,2 %) 132 860 (4,2 %) 129 686 (3,9 %) 122 737 (3,2 %) 115 363 (3,0 %) 111 045 (2,8 %) 123 222 (3,0 %)

Langues parlées: russe (96 %), tatar (34 %), bachkir (26 %)[46].

Villes et communes urbaines[modifier | modifier le code]

La capitale est Oufa. Les autres villes les plus importantes sont Sterlitamak, Salavat, Neftekamsk, Oktiabrski, Beloretsk et Belebeï.

Le Bachkirie compte 21 villes et deux communes urbaines (Priyoutovo et Tchichmy). Toutes les villes forment des cantons autonomes (gorodskoi okrug); Priyoutovo appartient au canton de Belebeï, Tchichmy au raïon homonyme de Tchichmy.

Nom Nom russe Nom bachkir Population
(1er janvier 2008)
Aguidel Агидель Ағиҙел 18 992
Baïmak Баймак Баймаҡ 16 932
Belebeï Белебей Бәләбәй 61 061
Beloretsk Белорецк Белорет 68 842
Birsk Бирск Бөрө 41 913
Blagovechtchensk Благовещенск Благовещен 33 639
Davlekanovo Давлеканово Дәүләкән 24 466
Diourtiouli Дюртюли Дүртөйлә 31 202
Ianaoul Янаул Яңауыл 27 457
Ichimbaï Ишимбай Ишембай 68 121
Koumertaou Кумертау Күмертау 62 418
Mejgorié Межгорье Межгорье 16 599
Meleouz Мелеуз Мәләүез 61 792
Neftekamsk Нефтекамск Нефтекама 117 987
Oktiabrski Октябрьский Октябрьский 108 211
Oufa Уфа Өфө 1 021 458
Outchaly Учалы Учалы 39 323
Priyoutovo Приютово Приютово 20 908
Salavat Салават Салауат 155 925
Sibaï Сибай Сибай 65 223
Sterlitamak Стерлитамак Стәрлетамаҡ 268 303
Tchichmy Чишмы Шишмә 21 521
Touïmazy Туймазы Туймазы 65 706

Religion[modifier | modifier le code]

Religion de Bachkirie (2012)[47],[48]

Les religions prédominantes de la Bachkirie sont l’islam (surtout pratiqué par les Bachkirs et les Tatars), l’orthodoxie officielle (surtout pratiquée par les Russes, Tchouvaches et Ukrainiens), l’orthodoxie vieille-croyante (surtout pratiquée par les Russes) et le marla (pratiqué presque exclusivement par les Maris). Il y a 13 000 Juifs dans la république, avec une synagogue historique à Oufa, et un nouveau Centre Communautaire Juif construit en 2008[49]. Les personnes non-religieuses forment une part significative de chaque groupe ethnique en Bachkirie.

Éducation[modifier | modifier le code]

Près de soixante organismes scientifiques sont présents en Bachkirie. Douze instituts de l'Académie Russe des Sciences sont actifs dans la recherche scientifique fondamentale et appliquée, 29 instituts de différentes branches de l'industrie, et encore de nombreux bureaux et organismes, universités et établissements d'enseignement secondaire.

Le système d'éducation populaire de la république a pris forme au cours des siècles précédents et reflète le folklore du peuple bachkire, les coutumes de la nation, ses traditions. Quand l'islam s'est répandu en Bachkirie au cours du Xe siècle, un système d'éducation émergea progressivement - aux débuts des écoles religieuses gérées et supervisées par les mosquées (maktabeh et médersa).

À cela s'ajoutent de nombreuses institutions d'enseignement supérieur, incluant les filiales de 16 universités et établissements supérieurs russes de pointe. Les spécialistes obtiennent des diplômes dans près de 200 métiers et professions.

L'éducation est effectuée en majorité dans les langues russe et bachkir.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Autorités[modifier | modifier le code]

Le chef du gouvernement de la république de Bachkirie est le président, qui est nommé par le président de la fédération de Russie pour un mandat de quatre ans. Selon la Constitution, le président de la république de Bachkirie garantit les droits et les libertés du peuple et des citoyens de Bachkirie, en protège les intérêts économiques et politiques, et est le garant de l'ordre public sur le territoire.

Mourtaza Rakhimov, élu le , a longtemps dirigé la république. Avant les élections, Rakhimov était le président du Soviet suprême de la RSSA bachkire, soit le poste le plus élevé à cette époque. Rakhimov est réélu en décembre 2003 lors d'une élection considérée comme frauduleuse par l'OSCE. Son fils Oural Rakhimov (en) contrôle, par le biais de son poste de président du conseil d'administration de la holding Bachkirski Kapital, la majorité des actions de toutes les grandes entreprises rentables du secteur pétrolier telles que Bashneft. Dans ce contexte, Rakhimov et sa famille font l'objet d'accusations de corruption, qui n'ont toutefois jamais pu être prouvées. Selon le magazine économique russe Finans, Oural Rakhimov possède un patrimoine de 1,4 milliard de dollars et compte ainsi parmi les 33 oligarques les plus riches de Russie[50].

Le , du fait des accusations de corruption de plus en plus insistantes pesant sur Rakhimov, le président russe Dmitri Medvedev prend toutefois la décision de le destituer. Le , il est remplacé par Roustem Khamitov[51]. Celui-ci dirige la Bachkirie jusqu'au , date à laquelle il remet sa démission à Vladimir Poutine, qui nomme Radi Khabirov pour lui succéder à titre intérimaire.

Le parlement de la république est l'Assemblée d'État (en) (qoroltay), élue au suffrage universel tous les cinq ans. L'assemblée monocamérale compte 120 députés.

La Constitution de la république de Bachkirie (en) est adoptée le . Son article premier définit la Bachkirie comme un État souverain au sein de la fédération de Russie ; il dispose des pouvoirs d'un État dans les limites de l'autorité de la fédération de Russie et des pouvoirs de la fédération de Russie en termes d'autorité conjointe entre fédération de Russie et république de Bachkirie. La république de Bachkirie est un membre à part entière de la fédération de Russie sur des bases égales et acceptées.

Les relations entre la république de Bachkirie et la fédération de Russie sont à présent fondées sur les articles de la Constitution de la fédération de Russie, la Constitution de la république de Bachkirie, le Compact fédératif (avec amendements), et l'accord sur la séparation des autorités et pouvoirs et la délégation mutuelle des pouvoirs entre les organes du pouvoir d'État de la république de Bachkirie.

Le pouvoir judiciaire de la république est dans les mains de la Cour constitutionnelle, la Cour suprême, la Cour d'appel, les cours de raïon (en) et les cours de magistrats (en).

Conformément aux principes reconnus universellement de la loi internationale, les articles de la Charte européenne de l'autonomie locale et la Constitution de la fédération de Russie, la république de Bachkirie assure dans sa Constitution que l'autonomie locale est reconnue et garantie au sein du territoire de la république.

La république de Bachkirie résout elle-même tous les problèmes de structure administrative et territoriale. La liste des raïons, villes et communes, ainsi que les règles sur l'établissement, la rectification et le changement des frontières et des noms des communes, sont régis par la « loi sur la structure administrativo-territoriale de la république de Bachkirie et le territoire des municipalités ».

Divisions administratives[modifier | modifier le code]

La Bachkirie est subdivisé en 54 raïons.

Économie[modifier | modifier le code]

La Bachkirie est une des régions de la fédération de Russie les plus développées en termes de production brute, de volume de production industrielle, de production agricole et d'investissements dans des actifs immobilisés.

L'économie de Bachkirie, l'un des plus importants centres industriels de Russie, est très diversifiée et se base notamment sur une infrastructure bien développée. La Bachkirie compte un secteur agricole important. Mais l'industrie la plus importante est la pétrochimie ; avec près de 26 millions de tonnes annuellement, la Bachkirie produit plus de pétrole qu'aucune autre république de Russie, et fournit 17 % de l'essence et 15 % du gazole du pays. Le plus grand complexe pétrochimique d'Europe est implanté au nord de la capitale Oufa.

D'autres produits manufacturés sont notamment l'alcool, les pesticides et les matières plastiques. Le produit intérieur brut était de 645 milliards de roubles en 2007 (plus de 15 milliards d'euros selon le cours de novembre 2011)[52]. Plus de la moitié de l'industrie de Bachkirie est située dans sa capitale à Oufa.

À Neftekamsk, près de 270 km au nord de Oufa, est implanté le deuxième plus important producteur d'autobus de Russie, la société NefAZ.

La république possède 26 % dans sa propre compagnie aérienne, Air Bachkortostan, qui fut créée en 2006. La société Bashkir Airlines, quant à elle une compagnie privée, fut mise en faillite en 2007.

Indices économiques principaux
2002 2003 2004
Produit Régional Brut 214.8 279.7 n/a milliards RUB
Volume de Production Industrielle 161.7 192.1 354 milliards RUB
Construction 1 408 1 471.5 1508.4 th.m.²
Production agricole 50.1 52.1 57.2 milliards RUB
Investissements dans du capital fixe 52.1 53.7 62.4 milliards RUB
Investissements étrangers accumulés 71.7 97.6 157.1 millions US$
Chiffre du commerce international 2 646 3 045.3 3 840.6 millions US$
Exportations 2 303.4 2 724.4 3 525.9 millions US$
Importations 342.3 320.9 314.7 millions US$
Chiffre du commerce de gros 117.7 118.1 151.2 milliards RUB

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Culture bachkire[modifier | modifier le code]

La Bachkirie est l'un des plus importants foyers culturels de Russie. La république est située aux frontières de l'Europe et de l'Asie, et habitée par des peuples représentant plus de 100 nationalités.

La Bachkirie abrite par ailleurs des groupes musicaux et de danse, un réseau de théâtres, musées, bibliothèques nationaux, et encore plusieurs festivals annuels populaires. La république compte sept théâtres nationaux bachkirs, quatre russes, et deux tatars, un opéra national, un orchestre philharmonique national, les studios cinématographiques Bashkortostan, 30 ensembles philharmoniques, ainsi que l'Ensemble national bachkir de danse folklorique.

L'école bachkire de danse est réputée, de nombreux étudiants recevant des récompenses internationales lors de compétitions en Russie et dans d'autres pays. Le danseur de ballet Rudolf Noureev (d'origine tatare), connu dans le monde entier, fut encouragé à danser lors de représentations folkloriques bachkires, et commença sa carrière à Oufa.

Personnalités[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d « Название "Башкирия" в прошлом », sur bashkirs.narod.ru (consulté le )
  2. « Конституция Республики Башкортостан от 24 декабря 1993 г. N ВС-22/15 / Глава 1. Основы конституционного строя Республики Башкортостан (ст.ст. 1-16) », sur constitution.garant.ru (consulté le )
  3. « Административно-территориальное деление по субъектам Российской Федерации на 1 января 2010 года », Федеральная служба государственной статистики,‎ (consulté le )
  4. (ru) Gouvernement de la fédération de Russie, Loi fédérale du 3 juin 2011 no 107-FZ (telle que modifiée le 14 avril 2023) « Sur le calcul du temps », Moscou, (lire en ligne)
  5. Ministère de la gestion naturelle et de l'écologie de la république de Bachkirie 2022, p. 19.
  6. Ministère de la gestion naturelle et de l'écologie de la république de Bachkirie 2022, p. 21.
  7. Les États-Unis suspectent la Russie de construire un vaste complexe militaire souterrain, peut-être un poste de commande nucléaire, sous le mont Iamantaou (anglais : Yamantaw, russe : Ямантау). Voir par exemple Weapons of Mass Destruction (WMD), Inside Russia's magic mountain, What's going on in YAMANTAU Mountain Complex...
  8. a et b « О Республике », sur web.archive.org,‎ (consulté le )
  9. Ministère de la gestion naturelle et de l'écologie de la république de Bachkirie 2022, p. 128.
  10. Oussmanov 1996, p. 20.
  11. Oussmanov 1996, p. 19.
  12. « Башкирия: новые исследования «состарили» наскальные рисунки Каповой пещеры в два раза », sur u7a.ru (consulté le )
  13. (ru) G.N. Matiouchine, « У колыбели истории (об археологии) » [« Au berceau de l'histoire (sur l'archéologie) »], Просвещение, Moscou,‎ , p. 229-230
  14. « НЕОЛИТ УРАЛА - Уральская Историческая Энциклопедия », sur web.archive.org,‎ (consulté le )
  15. Oussmanov 1996, p. 38.
  16. « САЛЛАМ ТАРДЖЕМАН, арабский путешественник », sur bashenc.online (consulté le )
  17. (ru) « Башкиры и Башкирия по данным ал-Идриси », sur web.archive.org,‎ (consulté le )
  18. « L'histoire de l'origine du peuple bachkir. Population de la Bachkirie : taille, composition ethnique, religion », sur gigafox.ru (consulté le )
  19. Oussmanov 1996, p. 121.
  20. « ВОТЧИННОЕ ПРАВО БАШКИР », sur bashenc.online (consulté le )
  21. Oussmanov 1996, p. 131-139.
  22. Oussmanov 1996, p. 139.
  23. Oussmanov 1996, p. 131.
  24. Oussmanov 1996, p. 5.
  25. Oussmanov 1996, p. 184.
  26. Oussmanov 1996, p. 207.
  27. Oussmanov 1996, p. 212.
  28. Oussmanov 1996, p. 219.
  29. Oussmanov 1996, p. 183.
  30. Oussmanov 1996, p. 297.
  31. Oussmanov 1996, p. 342.
  32. « Тархов С. | Изменение административно-территориального деления России за последние 300 лет (новая версия, полный вариант) | Журнал «География» № 15/2001 », sur web.archive.org,‎ (consulté le )
  33. Oussmanov 1996, p. 13.
  34. (ru) « Когда и как возникла Башкирская республика? », sur web.archive.org,‎ (consulté le )
  35. a et b (ru) « Караван-Сарай и 90-летие провозглашения Республики Башкортостан », sur web.archive.org,‎ (consulté le )
  36. « Wayback Machine », sur web.archive.org, (consulté le )
  37. « Башкирская Советская Республика стояла у истоков российского федерализма - эксперт // ПОЛИТИКА | новости башинформ.рф », sur web.archive.org,‎ (consulté le )
  38. « № 341. Декрет Всероссийского Центрального Исполнительного Комитета. О включении города Стерлитамака Уфимской губернии в состав территории Башкирской Республики. | Проект «Исторические Материалы» », sur web.archive.org,‎ (consulté le )
  39. « Бельские просторы № 2 2005 », sur www.hrono.ru (consulté le )
  40. « ГОЛОД », sur bashenc.online (consulté le )
  41. « В годы Великой отечественной войны | XX век | История - 450 лет в составе России », sur web.archive.org,‎ (consulté le )
  42. « [https://web.archive.org/web/20081014115805/http://vatan.yeshlek.ru/nardata.php ��� ������ - ������������] », sur web.archive.org,‎ (consulté le )
  43. « [https://web.archive.org/web/20120119205259/http://versia.bashinform.ru/show.php?i=116 ������ ������������� :: ���������-�������� ������������] », sur web.archive.org,‎ (consulté le )
  44. « Интерактивная витрина », sur cbsd.gks.ru (consulté le )
  45. www.perepis2002.ru/ct/doc/English/4-2.xls Composition Nationale de la Population des Régions de la Fédération Russe - Consulté le 20 juillet 2006
  46. Russian Census 2002. 6. Владение языками (кроме русского) населением отдельных национальностей по республикам, автономной области и автономным округам Российской Федерации(Knowledge of languages other than Russian by the population of republics, autonomous oblast and autonomous districts)(ru)
  47. (ru) « Arena - Atlas of Religions and Nationalities in Russia », Sreda.org (consulté le )
  48. (ru) « 2012 Survey Maps », Ogonek", № 34 (5243), (consulté le )
  49. "Bashkortostan Jews Centered", Dateline World Jewry, World Jewish Congress, juillet/août 2008
  50. Regnum.ru: Son of President of Bashkiria ranks 33 on Russias Billionaires 2009
  51. NEWSru.com: Президент досрочно отправил в отставку главу Башкирии Рахимова и наградил его высшим орденом России
  52. « The Republic of Baskhorostan », Russia Profile

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • (ru) Ministère de la gestion naturelle et de l'écologie de la république de Bachkirie, ГОСУДАРСТВЕННЫЙ ДОКЛАД О СОСТОЯНИИ ПРИРОДНЫХ РЕСУРСОВ И ОКРУЖАЮЩЕЙ СРЕДЫ РЕСПУБЛИКИ БАШКОРТОСТАН В 2021 ГОДУ [« Rapport d'Éta sur l'état des ressources naturelles et de l'environnement de la république de Bachkirie en 2021 »], Oufa,‎ , 300 p. (présentation en ligne, lire en ligne [PDF])
  • (ru) Kh. F. Oussmanov (dir) et al., История Башкортостана с древнейших времен до 60-х годов XIX века [« Histoire de la Bachkirie de l'Antiquité aux années 60 du 19e siècle »], Oufa, Китап,‎ , 520 p. (ISBN 5-295-01490-8, lire en ligne)
  • (ru) Gouvernement de la république de Bachkirie, Histoire du peuple Bachkir, vol. VII, Oufa, MM. Koulsharipov ; Institut d'histoire, de langue et de littérature UC RAS ; Gilem, , 424 p. (ISBN 978-5-4466-0040-3, présentation en ligne, lire en ligne [PDF])

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]