Bach-Gesellschaft

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Bach Gesellschaft)
Aller à : navigation, rechercher
Une page de l'édition publiée en 1856 par la Bach-Gesellschaft de la Passion selon saint Matthieu, BWV 244, de J.S. Bach.

La Bach-Gesellschaft (en français ː société Bach) est une société fondée en 1850 dont l'objectif affiché était de publier l'œuvre intégrale de Jean-Sébastien Bach sans additions éditoriales. L'ensemble des volumes est connu comme la Bach-Gesellschaft-Ausgabe.

Origines de la Bach-Gesellschaft[modifier | modifier le code]

Les membres fondateurs de la société sont Moritz Hauptmann, cantor de l'église Saint-Thomas de Leipzig, (et donc un des successeurs de Bach), Otto Jahn, auteur d'une biographie de Mozart, Carl Ferdinand Becker, enseignant au Conservatoire de Leipzig, et le compositeur Robert Schumann[1]. Wilhelm Rust, connaisseur de l'œuvre de Bach et plus tard, cantor à Saint-Thomas, a rejoint la Bach Gesellschaft dès 1850 et a joué un rôle majeur dans le travail d'édition. En 1858, il a assumé la direction de l'entreprise et a écrit des préfaces pour chaque volume de la production.

Comme le but a été atteint en 1899 avec la sortie de l'édition projetée en 50 volumes (en fait 46 (47) volumes annuels et le supplément) de l'œuvre de Bach, la Bach-Gesellschaft en conformité avec ses statuts a été dissoute en 1900. Dans le même temps la Neue Bachgesellschaft a été fondée le à Leipzig.

Histoire de la Publication[modifier | modifier le code]

La Bach-Gesellschaft a commencé à publier les œuvres de Bach en 1851 avec un volume qui commençait avec le BWV 1, la cantate Wie schön leuchtet der Morgenstern, BWV 1[2]. La publication s'est achevée en 1900 avec son quarante sixième volume[3]. Cependant, l'édition de L'Art de la fugue par Wolfgang Graeser, publiée en 1926, est parfois décomptée comme le "Volume 47"[4] et a été éditée comme supplément à la publication de la Bach-Gesellschaft par Breitkopf & Härtel, éditeurs des ouvrages originaux[5]. En supplément, le Vol. 45, partie 1 contient une édition révisée ("Neue berichtige Ausgabe")[6] des Suites anglaises, BWV 806-811 et des Suites françaises, BWV 812-817 qui avaient été déjà publiées dans le Vol. 13.

Qualité de l'édition[modifier | modifier le code]

Les volumes ont une qualité d'édition et de précision variables; l'universitaire américain Hans T. David, spécialiste de Bach, a particulièrement critiqué la présentation du Vol. 3 de L'Offrande musicale à cause de nombreuses erreurs de lecture[7], et l'Encyclopædia Britannica 1911 affirme que l'édition « est de qualité très inégale. » Britannica cependant loue le travail d'édition de Wilhelm Rust et note une détérioration de la qualité après sa mort, y compris un volume dans lequel « la basse et le violon sont à une mesure de décalage pendant une portée entière » (apparemment une référence à l'édition bâclée). Dans son édition des Variations Goldberg, Ralph Kirkpatrick attire l'attention sur les nombreuses « erreurs d'édition de la Bachgesellschaft » qu'il a corrigées, particulièrement en ce qui concerne la transcription des ornements[8] (Il faut noter que le volume de la Bach-Gesellschaft contenant les Variations Goldberg est un des premiers publiés avec le Vol. 3, paru en 1853.).

Cependant, les volumes de la Bach-Gesellschaft constituent une réalisation novatrice et ont grandement contribué à l'étude et à la diffusion de la musique de Bach. Ils ont constitué l'édition standard des œuvres complètes de Bach jusqu'à la publication de la Neue Bach-Ausgabe, commencée en 1954 et publiée par Bärenreiter[9].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Hans T. David, Arthur Mendel, eds. et (Revised and expanded by Christoph Wolff), The New Bach Reader: A Life of Johann Sebastian Bach in Letters and Documents, New York, Norton, , 503–4 p. (ISBN 0-393-31956-3)
  2. (en)Christoph Wolff, The New Grove Bach Family, New York, Norton, (ISBN 0-393-30088-9), p. 178 (Worklist for J.S. Bach).
  3. (en) Hans T. David, Arthur Mendel et (Revised and expanded by Christoph Wolff), The New Bach Reader: A Life of Johann Sebastian Bach in Letters and Documents, New York, Norton, (ISBN 0-393-31956-3), p. 504
  4. (en) Johann Sebastian Bach, The Art of the Fugue and A Musical Offering, New York, Dover, (ISBN 0-486-27006-8), de titre verso et "Publisher's Note" sur une page non numérotée.
  5. (en) Stephen Tunnicliffe, « Wolfgang Graeser (1906-28): A forgotten genius », The Musical Times,‎ (lire en ligne)
  6. (de) Ernst Naumann, Joh. Seb. Bach's Clavierwerke, Leipzig, Herausgegeben von der Bach-Gesellschaft, , de titre
  7. (en) Hans T. David, J.S. Bach's Musical Offering. History, Interpretation, and Analysis, New York, Dover Publications, (1re éd. 1945) (ISBN 0-486-22768-5), p. 102
  8. (en) Ralph Kirkpatrick, J.S. Bach, The "Goldberg" Variations, Piano or Harpsichord, New York, G. Schirmer Inc., (ISBN 0-7935-2245-5), p. 82
  9. (en) Christoph Wolff, The New Grove Bach Family, , p. 172 (section of J.S. Bach article re: "Bach Revival").

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]