Philosophie au baccalauréat français

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Bac philo)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La philosophie est une épreuve du baccalauréat en France.

Histoire[modifier | modifier le code]

La philosophie est présente au baccalauréat en France depuis sa création par Napoléon Bonaparte en 1808.

À partir de 1970 l'épreuve de philosophie au baccalauréat devient la première épreuve sur laquelle les élèves doivent plancher[1].

L'épreuve[modifier | modifier le code]

Écrite[modifier | modifier le code]

L'épreuve de Philosophie est une épreuve de 4 heures pour l'ensemble des sections pour lesquelles la Philosophie est une épreuve de l'examen. Elle porte sur un programme défini par l'Éducation Nationale autour de grandes notions qui doivent être abordées par les professeurs au cours de l'année de terminale.

D'après Mark Sherringham, inspecteur général de l’Éducation nationale, la philosophie au Baccalauréat répond à des objectifs précis :« Au travers de la maîtrise de la philosophie, ce qui est visé c’est la liberté de penser, liberté constitutive de la formation de l’homme et du citoyen, et contribuant à fonder l’idéal français de la République. »[2]

L'épreuve est coefficient 7 en série littéraire, coefficient 4 en série économique et sociale et coefficient 3 en série scientifique.

Orale[modifier | modifier le code]

Statistiques toutes séries confondues[modifier | modifier le code]

Auteurs les plus représentés ces 10 dernières années[modifier | modifier le code]

Le tableau suivant classe les auteurs ayant fait l'objet d'un sujet (commentaire de texte) au baccalauréat de Philosophie toutes sections confondues. Les sections et les années sont précisées dans une colonne du tableau.

Auteur Nombre de sujets portant sur l'auteur Pourcentage de sujets portant sur l'auteur Années et séries des sujets portant sur l'auteur
Hobbes 4 9 % 2012 (T), 2010 (S), 2004 (T), 2003 (L)
Aristote 3 6,8 % 2007 (L), 2005 (T), 2004 (S)
Descartes 3 6,8 % 2013 (L et T), 2004 (ES)
Kant 3 6,8 % 2008 (T), 2005 (ES), 2003 (S)
Locke 3 6,8 % 2009 (ES et T), 2006 (L)
Schopenhauer 3 6,8 % 2009 (L), 2008 (S), 2003 (ES)
Spinoza 3 6,8 % 2012 (L), 2010 (T), 2006 (T)
Bergson 2 4,5 % 2013 (S), 2011 (T)
Mill 2 4,5 % 2006 (S), 2005 (L)
Nietzsche 2 4,5 % 2011 (L), 2007 (ES)
Rousseau 2 4,5 % 2012 (S), 2003 (T)
Tocqueville 2 4,5 % 2009 (S), 2008 (ES)
Alain 1 2,3 % 2006 (T)
Bachelard 1 2,3 % 2007 (T)
Berkeley 1 2,3 % 2012 (ES)
Durkheim 1 2,3 % 2010 (ES)
Hume 1 2,3 % 2007 (S)
Leibniz 1 2,3 % 2004 (L)
Malebranche 1 2,3 % 2005 (S)
Pascal 1 2,3 % 2011 (S)
Saint Anselme 1 2,3 % 2013 (ES)
Sartre 1 2,3 % 2008 (L)
Sénèque 1 2,3 % 2011 (ES)
Thomas d'Aquin 1 2,3 % 2010 (L)

Notions du programme les plus représentées ces 10 dernières années[modifier | modifier le code]

Rumeur concernant le baccalauréat de philosophie[modifier | modifier le code]

Il existe une rumeur persistante concernant le baccalauréat de philosophie : un candidat aurait eu comme sujet « Qu'est-ce que le risque ? » (il existe des variantes, comme « Qu'est-ce que le courage ? » ou « l'audace »), ce candidat aurait répondu simplement « Le risque, c'est ça. » sans rien ajouter d'autre et aurait eu la note de 20/20[3]. Cette rumeur proviendrait ou aurait été popularisée par le film Le Pion de Christian Gion (1978) où le personnage de professeur incarné par Henri Guybet donne à ses élèves pour sujet « Qu'est-ce que le risque ? », voit l'un d'entre eux rendre sa copie presque immédiatement et lui met la note de 18/20 en expliquant qu'il a pris un risque tandis que les autres ont « réfléchi sur le risque[3]. » Cette rumeur est si courante qu'elle est présente sur le site du Ministère de l'Éducation Nationale[3] (dans la version qui évoque « le courage ») où il est expliqué « [qu']il s'agit bien d'une légende »[4]. Il semble en effet très déconseillé d'agir ainsi le jour de l'épreuve[3].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Le philosophe Charles Pépin a publié trois ouvrages chez Librio autour de cette épreuve :

  • Comment réussir son bac philo, collections « Mémo » et « Parascolaire », Librio, 2011
  • Les Copies idéales du bac philo, collections « Mémo » et « Parascolaire », Librio, 2011
  • Les Dix Philosophes incontournables du bac philo, collections « Mémo » et « Parascolaire », Librio, 2012 (ISBN 9782290039281)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Anthony Fillet, Pourquoi le bac commence toujours par la philo En savoir plus sur http://www.lexpress.fr/education/pourquoi-le-bac-commence-toujours-par-la-philo_1127327.html#xiAAVjk7MRuuHo0G.99, 18/06/2012, L'Express (consulté le 03/03/2014).
  2. La revue de l'inspection générale : Existe-t-il un modèle éducatif français ? numéro 3 - septembre 2006[1]
  3. a b c et d Jean-Laurent Cassely, « Voici l'origine de la rumeur la plus tenace sur le bac de philo », Slate.fr,‎ (lire en ligne).
  4. « Baccalauréat 2015 : questions-réponses sur la préparation, le déroulement et la correction des épreuves, les sujets de baccalauréat, etc. », sur www.education.gouv.fr (consulté le 17 juin 2015).

Liens externes[modifier | modifier le code]