Babani Koné

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Koné.
Babani Koné
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Activité

Fatoumata Koné, dit Babani Koné, née en 1968 à Ségou (Mali), est une compositrice et une chanteuse malienne, chantant en bamana.

Biographie[modifier | modifier le code]

Babani Koné est élevée par sa grand-mère. Celle-ci, griotte, l’emmène avec elle dans les cérémonies. Elle débute très tôt dans le chant, participe à des animations scolaires ou inter-quartiers, et intègre le mouvement des Pionniers du Mali. Bientôt, elle se produit sur scène. Elle participe en 1983 au Festival Etoiles d'Afrique à Abidjan, puis à la Biennale Artistique et Culturelle du mali de 1984. En 1989, elle est invitée avec Toumani Diabaté au Festival de musique folk de Dranouter en Belgique. Puis elle enregistre deux albums : Sanou Djala et Barika, qui figurent rapidement dans les meilleurs ventes du pays[1],[2].

En 1999, elle termine le programme du Festival Africolor en France, avec une prestation remarquée. En 2004, elle est primée au Festival World Culture Open, de Séoul, en Corée du Sud[2]. En 2006, elle participe à une tournée en Grande-Bretagne, avec quelques artistes, intitulée Les Dangereuses/The Asian Music Circuit[2], et est invitée en 2007 à l'enregistrement d'un album de Mokobé, mon Afrique[3]. En 2008, elle est présente sur scène au Festival SFINKS à Anvers, et est honorée, cette même année 2008, du Tamani d'Or du meilleur artiste du Mali, et du Tamani de la meilleure artiste féminine 2008 du Mali. Elle continue à participer à des manifestations musicales internationales, et est ainsi présente à La Nuit des Divas Africaines au Zénith de Paris en mai 2009, à la 12e édition du Festival des Gnaouas au Maroc, en juin 2009, à la 5e édition du Festival Mûsîqât en octobre 2010 en Tunisie, etc[2].

Discographie[modifier | modifier le code]

2004 en musique : Yelema 2010: Maliba

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sources sur le web[modifier | modifier le code]