Baïnouk (langue)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Baïnouk.
image illustrant une langue image illustrant le Sénégal
image illustrant la Gambie image illustrant la Guinée-Bissau
Cet article est une ébauche concernant une langue, le Sénégal, la Gambie et la Guinée-Bissau.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Baïnouk
Pays Sénégal, Gambie, Guinée-Bissau
Nombre de locuteurs baïnouk-guñaamolo : 30 000 (2013)[1]
baïnouk-samik : 1 850 (2006)[2]
baïnouk-gunyuño : 8 860 (2006)[3]
Typologie SVO
Classification par famille
Codes de langue
ISO 639-3
Variétés :
bcz – baïnouk-guñaamolo
bcb – baïnouk-samik
bab – baïnouk-gunyuño
IETF bcz, bcb, bab

Le baïnouk (ou baynounk) est une langue parlée au Sénégal (Casamance), en Gambie et en Guinée-Bissau[4].

Elle fait partie des langues rattachées à la branche nord des langues atlantiques, elles-mêmes sous-catégorie des langues nigéro-congolaises.

Autres noms[modifier | modifier le code]

Le baïnouk peut également être appelé banyum, banyun, bagnoun, banhum, bainuk, banyuk, banyung, baynunk, elomay, elunay, ñuñ[4]

Variétés[modifier | modifier le code]

On peut distinguer le baïnouk-gunyaamolo, le baïnouk-samik et le baïnouk-gunyuño.

  • Le baïnouk-guñaamolo est parlé par 30 000 personnes en 2013[1]. On le rencontre au Nord du fleuve Casamance, à l'intérieur d'un triangle formé par les localités de Bignona, Tobor et Niamone, soit au Nord de Ziguinchor. Il est également parlé en Gambie.
  • Le baïnouk-samik est parlé par 1 850 personnes en 2006[2]. On le rencontre surtout sur la rive gauche du fleuve Casamance, autour de Samik et des villages environnants, soit à environ 20 km à l'Est de Ziguinchor.
  • Le baïnouk-gunyuño est parlé par 8 860 personnes en 2006[3]. On le trouve dans la région de Cacheu et aux alentours de São Domingos.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Ethnologue code « bcz ».
  2. a et b Ethnologue code « bcb ».
  3. a et b Ethnologue code « bab ».
  4. a et b (en) « Banyun languages », Library of Congress[réf. incomplète]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Noël Bernard Biagui, Le gúbaher, parler baïnouck de Djibonker, Basse-Casamance, Sénégal : éléments de description linguistique : phonologie et classes nominales, L'Harmattan, Paris, 2012, 158 p. (ISBN 9782336290539)
  • Serge Sauvageot, « Note sur la classification nominale en baïnouk », in La classification nominale dans les langues africaines, Aix-en-provence, 3-7 juillet 1967, Paris, CNRS, 1967, p. 225-236

Liens externes[modifier | modifier le code]