BMW RS 255 Kompressor

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

BMW RS 255 Kompressor
Image illustrative de l’article BMW RS 255 Kompressor

Constructeur Drapeau : Allemagne BMW Motorrad
Années de production 1935 - 1939
Type Compétition
Moteur et transmission
Moteur(s) Twin boxer suralimenté
Distribution Double arbre à came en tête
Cylindrée 493 cm3
Puissance maximale 108 ch à 8 000 tr/min
Boîte de vitesses à 4 rapports
Transmission cardan
Vitesse maximale 279,5 km/h
Cadre, suspensions et freinage
Suspension avant (débattement) fourche télescopique à bain d'huile
Suspension arrière (débattement) rigide (1935-1936)

Plongeur (après 1936)

Poids et dimensions
Poids à sec 117 kg
Georg Meier pilotant une 255 Kompressor de 1939 lors du Tourist Trophy 1989 sur l'Île de Man

La BMW RS 255 Kompressor (aussi connu comme la Type 255 Kompressor, 500 Kompressor, RS 255, RS255 et Type 255 RS 500) est un moto de compétition avec un moteur boxer suralimenté des années 1930. C'est au guidon d'une 255 Kompressor que Georg Meier remporta le Tourist Trophy de 1939, signant la première victoire d'une moto non Britannique dans la catégorie Reine 500 cm3 Senior TT [1]. Une BMW 255 Kompressor a été vendue aux enchères en 2013 pour 480.000 US$, le deuxième montant le plus élevé jamais payé aux enchères pour une moto [2],[3],[4].

Historique[modifier | modifier le code]

La BMW WR 750 de 1929 était déjà équipée d'une suralimentation par compresseur Zoller. Le moteur de la WR 750 provenait directement des modèles de production R 47 et R 57. La WR 750 fut principalement utilisé par Ernst Jakob Henne pour des records de course, mesurés pour la première fois le 19 septembre 1929 à 216,75 km/h sur le mile lancé. Le dernier record avec une WR 750 sans carénage fut établit le 27 septembre 1935 par Henne, sur la nouvelle route 5 reliant Francfort-sur-le-Main et Darmstadt, à 256 046 km/h sur le kilomètre lancé. Le concepteur Rudolf Schleicher reconnu très tôt la limite de puissance du moteur culbuté et commença le développement au début des années 1930 d'un moteur Boxer OHC à soupapes en tête.

Technologie[modifier | modifier le code]

Le moteur Boxer conçu par Schleicher, muni d'arbres à cames en tête et alimenté par un arbre vertical, était équipé d'un compresseur Zoller fixé à l'avant, atteignant dès 1935 une puissance de 90 ch [5]. Le compresseur, lubrifié par de l'huile de ricin ajouté au carburant [6],[7],[8], fournit une pression de 15 psi (100 kPa) [6]. L'alésage du moteur de 493 cm3 est de 66 mm, la course de 72 mm. La puissance de la machine de records de vitesse de 1937 (poids sans carénage 117 kg) se situerait entre 105 et 108 ch à 8000 tr/min [9],[10] tandis que la puissance de la machine de course (poids à vide 138 kg) varierait selon la source de 50 ch à 6500 tr/min à 60 ch à 7000 tr/min. La puissance variait en fonction de la pression de suralimentation (de 0,4 à 2 bars) et du carburant spécial utilisé [11]. Les deux versions avaient une boîte de vitesses à quatre rapports, un cadre tubulaire incurvé, qui a ensuite été utilisé sur la BMW R 5, une fourche télescopique, une suspension à voie droite et une taille de pneu de 21 x 3 à l'avant et de 19 × 3½ pouces à l'arrière.

Records[modifier | modifier le code]

La machine établira plusieurs records, dont le premier tour à 160 km/h dans un évènement majeur, lorsque Georg Meier remporta le Grand Prix moto de Belgique en 1939 et le record de vitesse d'Ernst Jakob Henne en 1936 sur un modèle à carénage profilé [6].

L'ensemble ompresseur-moteur-boîte de vitesses

Le 12 octobre 1936, Ernst Jakob Henne établissait le premier record du monde sur l’autoroute 5, à proximité de Francfort-sur-le-Main, sur une RS 255 Kompressor entièrement carénée en parcourant le kilomètres lancé à 272,006 km/h [12]. Le record ne fut pas sans poser de problèmes; À partir de 250 km/h de forts mouvements du cadre se firent sentir. Lors du trajet de retour, obligatoire pour valider le record, Henne mieux préparé fut en mesure de mieux contrôler les mouvements de la moto. "Plus tard, les aérodynamiciens déterminèrent que la moto pouvait atteindre 280 km/h." [5].

En 1937, une compétition internationale pour le record mondial de vitesse absolue à motos fut organisée. Trois pilotes y participèrent. Le 19 avril 1937, Eric Fernihough surenchérit sur une Brough Superior à moteur JAP de 996 cm3 parcourant en Hongrie (Gyón) le kilomètre lancé à 273,244 km/h. Le 21 octobre 1937, sur l’autoroute de Brescia en Italie, Piero Taruffi améliora le record sur sa Gilera Rondine à 274,181 km/h [12]. Henne était bien décidé à récupérer le titre. Lors d'essais sur route effectués fin octobre 1937, il s'avéra que le carénage intégral ("œuf de poule") précédemment utilisé sur la BMW ne convenait pas pour un autre record. Lors de la révision ultérieure du carénage complet, les ailerons latéraux furent enlevés, l’aileron arrière prolongé et le pare-brise retiré; Henne pilota encore une fois avec son casque en goutte d'eau bien connu [5]. Le 28 novembre 1937 il décrocha à nouveau sur l’autoroute 5 le record du monde de motos à 279,503 km/h. Un record qui dura 14 ans et fut seulement battu le 12 avril 1951 par Wilhelm Herz sur NSU à 290,322 km/h [12].

„Ernst Hennes Motorrad der 30er Jahre […] war kaum gefedert und lief gar nicht stabil. Damit 280 km/h zu fahren, in unbekanntes Terrain vorzustoßen, war eine große Herausforderung – mental wie physisch. Wenn wir heute mit einigen Serienmotorrädern 280 km/h problemlos fahren können, sollten wir nicht vergessen, dass dies erst rund ‚60 nach Henne‘ möglich wurde. Dies unterstreicht die Pionierleistung […]“

— Helmut Dähne

« La moto des années 30 d’Ernst Henne [...] était tout juste construite et ne roulait pas de façon stable. Conduire à 280 km/h, c'était pénétrer dans un territoire inexploré et un grand défi, tant sur le plan mental que physique. Si aujourd’hui nous pouvons facilement conduire à 280 km/h avec certaines motos de série, nous ne devons pas oublier que cela n’a été possible qu’aux environs de "60 après Henne". Cela souligne ce qu'ont réalisé ces pionniers [...]. »

Timbre commémoratif de 1983

Un timbre commémoratif allemand de 1983, provenant d'un dessin de Heinz Schillinger, représentait la machine détentrice du record du monde de 1937 [13].

Courses sur route[modifier | modifier le code]

RS 255 Kompressor exposée au Musée BMW de Munich

À partir de 1936 la RS 255 Kompressor fut utilisée dans toutes les grandes courses sur route européennes. Karl Gall fut champion allemand sur cette moto dans la classe 500 cm3 en 1937. Le plus grand succès fut remporté par le pilote de course Georg Meier lorsqu'il est devenu champion d'Europe en 1938 et a remporté en 1939 le Tourist Trophy sur l'île de Man sur cette moto. Après la Seconde Guerre mondiale, Ludwig Kraus et Walter Zeller ont piloté la RS 255 Kompressor lors des championnats nationaux jusqu'en 1950, année à partir de laquelle l’interdiction par la FIM des moteurs compressés fut également valable en Allemagne.

Aujourd'hui[modifier | modifier le code]

Un exemplaire de cette moto est exposé au Musée BMW de Munich [14]. La BMW RS 54 développée en 1953 descend directement de la RS 255 Kompressor. En 2013, une RS 255 Kompressor a été vendu aux enchères à Bonhams pour un montant de 374.000 € [15].

Lectures complémentaires[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. The Nazi TT – Hitler's 1939 Propaganda Victory in the Isle of Man page 73-80 by Roger Willis Motobusiness (2009) Quine & Cubbon Ltd (ISBN 978-0-9562457-0-0)
  2. (en) « BMW brings together past and present on the Isle of Man », NZ Herald,‎ (ISSN 1170-0777, lire en ligne, consulté le 4 janvier 2019)
  3. (en) « Hindustan Times - Archive News », sur https://www.hindustantimes.com/, (consulté le 4 janvier 2019)
  4. (en-US) Nat Berman, « The 20 Most Expensive Motorcycles of All Time », sur Money Inc, (consulté le 4 janvier 2019)
  5. a b et c (de + en) « 100 Years of Ernst Jakob Henne », sur bmw-veteranenclub.at, (consulté le 4 janvier 2019)
  6. a b et c (en) Falloon, Ian., The BMW story : production and racing motorcycles from 1923 to the present day, Haynes Pub., (ISBN 185960854X et 9781859608548, OCLC 59309152, lire en ligne), p. 24-26
  7. « BMW Motorrad : News », sur www.bmw-motorrad.com (consulté le 4 janvier 2019)
  8. (en) Greg Williams, « The BMW RS 255 Kompressor: Making History Going Fast - Classic German Motorcycles », sur Motorcycle Classics (consulté le 4 janvier 2019)
  9. (de) Christian Rey, Berühmte Motorräder 1896-1950, Heyne, (ISBN 3453520629 et 9783453520622, OCLC 74476775, lire en ligne), p. 100
  10. (en) Solomon R. Guggenheim, The art of the motorcycle, Guggenheim Museum, (ISBN 0810969122, 9780810969124 et 0892072075, OCLC 39697412, lire en ligne), p. 188
  11. (de) Siegfried Rauch, Berühmte Rennmotorräder : 150 alte u. neue Rennmaschinen für d. Grand-Prix-Einsatz, Motorbuch-Verlag, (ISBN 3879435901 et 9783879435906, OCLC 7204425, lire en ligne), p. 32
  12. a b et c (en) L. J. K. Setright, The Guinness book of motorcycling facts and feats, Guinness Superlatives, ©1982, ©1979 (ISBN 0851122558 et 9780851122557, OCLC 9406669, lire en ligne), p. 238
  13. Dirk Baecker, « Wahr ist nur, dass alles falsch ist Zur Kritik in der nächsten Gesellschaft », dans Systemtheorie und Gesellschaftskritik, transcript Verlag, (ISBN 9783839433232, lire en ligne)
  14. « Picture Motorcycle: NEW BMW MUSEUM, MUNICH », sur Picture Motorcycle (consulté le 4 janvier 2019)
  15. « Bonhams : 1939 BMW RS 255 Kompressor Chassis no. 2 Engine no. 16152 », sur www.bonhams.com (consulté le 4 janvier 2019)

Voir aussi[modifier | modifier le code]