B. B. King

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis B.B. King)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir King.
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Ben E. King.
B. B. King
Description de l'image B. B. King.jpg.
Informations générales
Nom de naissance Riley Ben King
Naissance
Itta Bena, Mississippi, Drapeau des États-Unis États-Unis
Décès (à 89 ans)
Las Vegas, Nevada Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre musical Blues, blues électrique, blues rock, rhythm and blues, jazz
Instruments Voix, guitare
Années actives 1947-2014
Labels Geffen Records, Interscope, Universal, Bullet, RPM, Crown Records (en), ABC, MCA, Reprise, Warner Bros., Virgin, EMI
Site officiel bbking.com

B. B. King (pour Blues Boy), de son vrai nom Riley B. King, né le 16 septembre 1925 à Itta Bena, dans le Mississippi aux États-Unis et mort le 14 mai 2015 à Las Vegas[1],[2],[3], est un guitariste, compositeur et chanteur de blues américain. Il est considéré comme l'un des meilleurs musiciens de blues. Il est, avec Albert King et Freddie King, un des trois kings de la guitare blues.

Biographie[modifier | modifier le code]

B. B. King en concert à Deauville le 29 octobre 1988.

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Fils de métayers, Riley B. King est né le dans une plantation de coton près d'Itta Bena[4]. Il a quatre ans quand sa mère quitte le garçon élevé par sa grand-mère maternelle, Elnora Farr, à Kilmichael[5].

King chante dans le chœur gospel de l'église baptiste Elkhorn de Kilmichael. Il aurait acheté sa première guitare à l'âge de 12 ans[5], d'autres sources indiquent que Bukka White, cousin de sa mère, guitariste et aveugle[6], lui a donné sa première guitare[7]. En 1943, King quitte Kilmichael pour travailler en tant que conducteur de tracteur et jouer de la guitare avec le Famous St. John's Quartet à Inverness (Mississippi) dans des églises et des radios locales[8].

En 1946, King suit Bukka White à Memphis (Tennessee)[5]. King retourne au Mississippi rapidement, où il décide de s'entraîner en vue de prochains séjours. Il retourne à Memphis en 1948 et joue dans l'émission radio de Sonny Boy Williamson sur KWEM Radio (en), où il commence à se faire un public. Il est engagé au Sixteenth Avenue Grill et pour une émission de radio, King's Spot, qui connaît un franc succès.

Après avoir été deux ans DJ dans une radio de Memphis, il se fait appeler « Beale Street Blues Boy », raccourci en « Blues Boy », puis finalement en « B.B. »[9]. Il y rencontre T-Bone Walker : « Dès que je l'ai entendu, j'ai su qu'il fallait que j'aie [une guitare électrique]. « Il fallait que j'aie », euphémisme de voler[10] ! »

Apprentissage et influences [11][modifier | modifier le code]

La première influence de BB King a été le gospel, dans lequel il baignait dans sa famille pieuse du sud des États Unis. Il a ensuite entendu Blind Lemon Jefferson, duquel il a appris, à l'oreille, à jouer du blues traditionnel primitif. Il a ensuite découvert T-Bone Walker, qui jouait un blues plus complexe, utilisant des accords classiques du jazz, comme les accords de 9ème de dominante. Il a ensuite appris du guitariste de jazz Charlie Christian, qui jouait dans l'orchestre de Benny Goodman, l'harmonie jazz, et en particulier l'utilisation des accords diminués. Il a finalement découvert Django Reinhardt, dont il a repris les mélodies chromatiques. Il reprend le son du bottleneck de Bukka White, en l'imitant avec les doigts, pour incorporer le bend et surtout son fameux vibrato à son jeu de guitare. Ces cinq musiciens ont été ses idoles toute au long de sa carrière. Il indique en outre avoir étudié des méthodes écrites pour apprendre les gammes et les positions d'accords, choses inconnues des premiers musiciens de blues. Il connait donc très bien le solfège, les gammes et la formation des accords.

Carrière[modifier | modifier le code]

Après un premier 78 tours peu remarqué pour le label de Nashville Bullet Records, B. B. King enregistre en 1949 pour RPM Records. La plupart de ces premiers enregistrements sont produits par Sam Phillips, futur créateur du label Sun.

King monte son orchestre, le « B.B. King Review », sous la direction de Millard Lee. À l'origine, on y trouvait Calvin Owens et Kenneth Sands (trompettes), Lawrence Burdin (saxophone alto), George Coleman (saxophone ténor)[12], Floyd Newman (saxophone baryton), Millard Lee (piano), George Joyner (basse) et Earl Forest et Ted Curry (batterie). Onzie Horne arrangeait les compositions de King, qui, de son propre aveu, avait du mal avec les accords et se reposait sur l'improvisation[13]. Il joue dans tous les États-Unis, dans de petits clubs mais aussi dans de grandes salles.

En février 1952, son 3 O'Clock Blues atteint la première place au classement Billboard Rhythm[14]. B. B. King devient ainsi un des plus importants acteurs de la musique rhythm and blues, avec des succès tels que You Know I Love You, Woke Up This Morning, Please Love Me, When My Heart Beats like a Hammer, Whole Lotta Loving, You Upset Me Baby, Every Day I Have the Blues, Sneakin' Around, Ten Long Years, Bad Luck, Sweet Little Angel, Sweet sixteen, Three O'Clock Blues et Please Accept My Love. Ses revenus augmentent significativement, passant de 85 $ à 2 500 $ par semaine[15], il joue dans des salles prestigieuses telles que le Howard Theater (en) à Washington ou l'Apollo Theater à New York.

En 1956, il fait 342 concerts et fonde son label « Blues Boys Kingdom », basé à Beale Street à Memphis, où il produit des artistes comme Millard Lee ou Levi Seabury.

En 1962, il signe avec ABC-Paramount Records, plus tard absorbé par MCA Records. En novembre 1964, il enregistre son album « live » le plus connu Live At the Regal, au Regal Theater de Chicago.

B. B. King trouve le succès hors du monde du blues avec le titre The Thrill Is Gone, en 1969. Il est alors reconnu par les jeunes musiciens américains et anglais de la musique rock, il assure la première partie des Rolling Stones pendant leur tournée américaine de la même année.

De 1951 à 1985, B. B. King apparait 74 fois dans les classements R&B du Billboard.

B. B. King en 1990.

En 1988, il touche une nouvelle génération grâce au titre When Love Comes To Town, avec le groupe U2, sur leur album Rattle and Hum. Dans le film éponyme, il fait une émouvante apparition sur scène aux côtés de Bono, puis en lisant les paroles du titre "When Love Comes To Town", un très beau texte selon lui mais pour lequel il trouve Bono très jeune pour chanter cela. En 2000, B. B. King enregistre avec Eric Clapton l'album Riding With the King.

Bien plus que de suivre la voie de son idole T-Bone Walker, B. B. King a su créer son propre son grâce à un toucher inimitable, semblant donner une réelle personnalité à sa guitare. Son style a influencé de nombreux bluesmen de la génération suivante, comme Eric Clapton, Mike Bloomfield et Duane Allman.

Tournée d'adieux[modifier | modifier le code]

En concert à Montreux, juillet 2006.

Âgé alors de 80 ans, B. B. King commence sa tournée européenne d'adieux par un concert à la Hallam Arena (Sheffield, Royaume-Uni) le 29 mars 2006, accompagné de Gary Moore, avec qui il a déjà enregistré - notamment Since I Met You Baby - et organisé des tournées. Le volet britannique de cette tournée s'achève avec un concert le 4 avril à l'Arena de Wembley.

En juillet, il revient faire ses adieux à la Suisse, avec deux concerts, les 2 et 3 juillet, au 40e édition du Montreux Jazz Festival, et un autre à Zurich, le 14 juillet, au Blues at Sunset. Lors du festival de Montreux, il se produit à l'auditorium Stravinski en compagnie de Joe Sample, Randy Crawford, David Sanborn, Gladys Knight, Lella James, Earl Thomas, Stanley Clarke, John McLaughlin, Barbara Hendricks et George Duke. La tournée européenne prend fin le 19 septembre au Luxembourg (D'Coque).

De novembre à décembre 2006, B. B. King donne six concerts au Brésil. Le 29 novembre à São Paulo, lors d'une conférence de presse, à un journaliste qui lui demande si c'est sa dernière tournée d'adieux, il répond : « Un de mes acteurs préférés est écossais, il s'appelle Sean Connery. La plupart d'entre vous le connaissent dans son rôle de James Bond, 007. Un de ses films s'appelle Never Say Never Again »[16].

Retours[modifier | modifier le code]

Graffiti. Сharkov, 2008

À 83 ans, B.B. King se produit le 22 juillet 2009 à Paris, au Palais des Congrès, avant d'assurer un concert à Cognac le lendemain, dans le cadre du festival Blues Passions. À cette occasion, B. B. King est honoré par la municipalité en devenant « citoyen d'honneur » de la ville, tandis qu'une rue porte désormais son nom. Sa première participation au festival datait de 1995. Le 27 mai 2010, B.B. King se produit à Rabat (Maroc) au Festival Mawazine.

Le 26 juin 2010, il participe à Chicago au Crossroads Guitar Festival 2010, organisé par Eric Clapton avec de nombreux autres artistes. Le 30 juin 2011 il joue au Grand Rex, à Paris, ainsi que le 2 et le 3 juillet, avec Carlos Santana, au Montreux Jazz Festival. Le 21 juillet, il ouvre le festival de Jazz de San Sebastián avec un concert gratuit sur la plage de la Zuriola.

Il donne également un concert le 9 juillet 2012 au Grand Rex, à Paris.

Il meurt le à Las Vegas. La cause de sa mort n'a pas encore été éclaircie, une enquête est ouverte pour homicide par le bureau du coroner de l'Etat du Nevada. Les filles de BB King pensent notamment qu'il a été empoisonné[17].

De nombreux artistes tels que Ringo Starr, Eric Clapton ou encore Snoop Dogg ont rendu hommage à l'artiste sur les réseaux sociaux.

Récompenses[modifier | modifier le code]

En 2003, Rolling Stone l'a classé 3e meilleur guitariste de tous les temps[23] ainsi que Time[24], et Gibson 17e meilleur guitariste[25] en 2010.

Grammy Awards[modifier | modifier le code]

B. B. King a obtenu plusieurs Grammy Awards :

En 1987, il a obtenu un Grammy Lifetime Achievement Award (en)[26].

En 1998, il a reçu un Grammy Hall of Fame Award pour The Thrill Is Gone[27].

Hommages[modifier | modifier le code]

Un musée, le B.B. King Museum and Delta Interpretive Center (en), lui est consacré à Indianola, ville proche de son village natal, dans le Mississippi.

« Lucille »[modifier | modifier le code]

Une Gibson BB KING Lucille Signature.

B. B. King raconte qu'en 1949, il jouait dans un « dance hall » de Twist, Arkansas (en) lorsqu'une bagarre éclata entre deux hommes [28]. Elle fut tellement violente qu'un poêle qui chauffait la pièce fut renversé et le bar prit feu. Paniqué, tout le monde prit la fuite tandis que les deux hommes essayaient d'éteindre les flammes, mais arrivé dehors, King se rendit compte qu'il avait laissé sa guitare à l'intérieur. Sachant qu'il lui faudrait plusieurs mois pour réunir les 300 dollars nécessaires pour la remplacer, le futur roi du blues retourna dans le bar en flammes pour retrouver sa guitare et en ressortit in extremis. Il apprit par la suite que la bagarre avait été déclenchée à cause d'une fille prénommée Lucille et que les deux hommes avaient été retrouvés morts le lendemain dans les décombres. Il décida alors d'appeler sa guitare Lucille afin de toujours se souvenir de ne pas agir stupidement dans la vie. Un album de 1968, Lucille, porte le nom de sa guitare.

Une guitare « Lucille » a été créée en série par Gibson, elle a la particularité de ne pas avoir d'ouïe pour une guitare demie-caisse, la table est en érable laminé ce qui lui donne un son plus claquant que les hollowbody standard. Par la suite, Épiphone décida de commercialiser une réplique de la guitare pour un prix trois fois moins cher que la version de Gibson.

Un bar à Moscou s'est donné le nom de Lucille en son honneur.

Le manga Beck s'inspire de cette histoire pour la guitare du même nom.

Discographie[modifier | modifier le code]

Disques solos[modifier | modifier le code]

Coffrets[modifier | modifier le code]

Participations[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Dans ses apparitions cinématographiques, B. B. King interprète son propre rôle, généralement sur scène.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Livres en français[modifier | modifier le code]

  • Sebastian Danchin, B.B. King, Limon (collection Mood Indigo),‎ , 220 p. (ISBN 2-907224-28-X)
  • Sebastian Danchin, B.B. King, Fayard,‎ , 356 p. (ISBN 2-213-61618-3) Avec une bibliographie sur 2 pages et une discographie détaillée sur 28 pages

Livres en anglais[modifier | modifier le code]

  • (en) B.B. King et David Ritz, Blues All Around Me : The Autobiography of B.B. King, Avon Books,‎ , 336 p. (ISBN 0380973189 (hb)[à vérifier : ISBN invalide]) (pb ISBN 0380787814)
  • (en) B.B. King et Dick Waterman, The B.B. King Treasures, Virgin Books,‎ , 160 p. (ISBN 978-1852272746 (hb)[à vérifier : ISBN invalide]) Includes a 60-min cd of interviews and music
  • (en) Richard Kostelanetz, The B.B. King Reader : 6 Decades of Commentary, Hal Leonard,‎ , 256 p. (ISBN 978-0634099274) Previously published by Music Sales or Schirmer as The B.B. King Companion: Five Decades of Commentary
  • (en) David McGee, There Is Always One More Time, Backbeat Books (Lives in Music),‎ , 352 p. (ISBN 978-0879308438)
  • (en) Joe Nazel, B.B. King : King of the Blues, Melrose (Black American Series),‎ , 190 p. (ISBN 0-87067-792-6)
  • (en) Charles Sawyer, The Arrival of B.B. King : The Authorized Biography, Doubleday,‎ , 274 p. (ISBN 0385159293)
  • (en) David Shirley, Everyday I Sing the Blues : The Story of B.B. King, Franklin Watts,‎ , 128 p. (ISBN 978-0531112298)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « The thrill is gone: Blues legend B.B. King dead at 89 », sur foxnews.com,‎ (consulté le 15 mai 2015)
  2. « B.B. King, légende du blues, est mort », sur www.lexpress.fr
  3. « B.B. King est mort: Le "roi du blues" disparaît à 89 ans », sur Huffington Post,‎
  4. (en) « Biographie de B. B. King », sur allmusic.com (consulté le 27 avril 2015).
  5. a, b et c (en) Quincy Troupe, « Biographie de B. B. King », sur jazzandbluesmasters.com,‎ 2000 (consulté le 27 avril 2015).
  6. « "Le roi du blues" B. B. King est mort », sur http://www.lepoint.fr,‎
  7. (en) Richard Kostelanetz, The B.B. King Reader: 6 Decades of Commentary, Milwaukee, Wisconsin, Hal Leonard,‎ (ISBN 0-634-09927-2), p. 4
  8. (en) « Biographie de B.B. King », sur visionaryproject.org (consulté le 27 avril 2015).
  9. History of Rock & Roll, Thomas E. Larson, Kendall/Hunt, Dubuque, Iowa, 2004, p. 25. (ISBN 978-0-7872-9969-9).
  10. Stormy Monday, Helen Oakley Dance et B.B. King, p. 164.
  11. (en) « Sounding Out - B. B. King (1972), interview diffusé sur la télévision BBC » (consulté le 16 mai 2015)
  12. (en) R.J. Deluke, « George Coleman: This Gentleman can PLAY », sur allaboutjazz.com,‎ (consulté le 27 avril 2015)
  13. U2 Rattle and Hum, film de Phil Joanou, 1988.
  14. (en) Charles Sawyer, « Riley B. King—A Timeline », sur isites.harvard.edu (consulté le 28 avril 2015).
  15. Richard Kostelanetz 1997, p. 146.
  16. Sébastien Courtin, « BB King en concert à Paris ! », sur gentside.com,‎ (consulté le 27 avril 2015).
  17. « VIDEOS. Les deux filles de B.B King pensent qu'il a été empoisonné » (consulté le 26 mai 2015)
  18. (en) « Fiche de B. B. King », sur rockhall.com (consulté le 27 avril 2015).
  19. (en) « National Medal of Arts, 1990 », sur arts.gov (consulté le 27 avril 2015).
  20. (en) « National Heritage Fellowship, 1991 », sur arts.gov (consulté le 27 avril 2015).
  21. (en) « Presidential Medal of Freedom Recipients », sur senate.gov (consulté le 27 avril 2015).
  22. (en) « Brown University to Confer Nine Honorary Degrees May 27 », sur brown.edu,‎ (consulté le 27 avril 2015).
  23. (en) « Les 100 meilleurs guitaristes de tous les temps », sur rollingstone.com,‎ .
  24. (en) « The 10 Greatest Electric-Guitar Players », sur time.com,‎ 2009 (consulté le 27 avril 2015).
  25. (en) « Gibson.com Reveals Top 50 Guitarists, Plus Readers Poll Results », sur gibson.com,‎ .
  26. (en) « Lifetime Achievement Award », sur grammy.org (consulté le 27 avril 2015)
  27. (en) « GRAMMY Hall Of Fame », sur grammy.org (consulté le 27 avril 2015)
  28. « VIDÉO. "Il n'y a qu'un seul B. B. King" », sur http://www.lepoint.fr,‎
  29. (en) BB King: The Life of Riley sur l’Internet Movie Database

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :