Będzin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Będzin
Blason de Będzin
Héraldique
Drapeau de Będzin
Drapeau
Le château de Będzin
Le château de Będzin
Administration
Pays Drapeau de la Pologne Pologne
Région Silésie
District Będzin
Commune Będzin
Maire Radosław Baran
Code postal 42-500
Indicatif téléphonique international +(48)
Indicatif téléphonique local 32
Immatriculation SBE
Démographie
Population 58 747 hab.
Densité 1 572 hab./km2
Population de l'agglomération 3 487 000 hab.
Géographie
Coordonnées 50° 20′ N 19° 07′ E / 50.33, 19.117 ()50° 20′ Nord 19° 07′ Est / 50.33, 19.117 ()  
Altitude Min. 260 m – Max. 382 m
Superficie 3 737 ha = 37,37 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pologne

Voir la carte administrative de Pologne
City locator 14.svg
Będzin

Géolocalisation sur la carte : Pologne

Voir la carte topographique de Pologne
City locator 14.svg
Będzin
Liens
Site web http://www.bedzin.pl

Będzin (prononciation : [ˈbɛndʑin]) (allemand : Bendzin, 193945 Bendsburg) est une ville industrielle du sud de la Pologne. Elle est située dans la voïvodie de Silésie (depuis 1999) et était auparavant située dans la voïvodie de Katowice (de 1975 à 1998).

Histoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Ghetto de Będzin.

Avant la Seconde Guerre mondiale, Będzin avait une importante communauté juive. En septembre 1939 la Wehrmacht a occupé la ville. Par la suite, des Einsatzgruppen ont rasé la synagogue et ont assassiné des habitants de confession juive. Enfin, lors de l'été 1943, la majorité des juifs fut déporté vers Auschwitz où ils furent exterminés. Cependant, comme cela a été l'une des dernières communautés juives à être déportée et qu'une résistance juive s'y organisa sous l'impulsion du Hechaloutz combattant[1], celle de Będzin a eu plus de survivants que d'autres.

Personnalités liées à la ville[modifier | modifier le code]

Le château[modifier | modifier le code]

Château de Będzin

Ouvrage construit au début du XIIIe siècle. Le donjon du château n'est accessible que par une ouverture située au premier étage du bâtiment[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Marc Jarblum, La résistance des Juifs contre les Nazis, Editions Réalité, Paris, 1945, p.30 et suivantes.
  2. Ian Hogg - Fortifications, histoire mondiale de l'architecture militaire - Éditions Atlas p.88

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]