Bérulle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bérulle (homonymie).
Bérulle
L'église Notre-Dame-de-la-Nativité.
L'église Notre-Dame-de-la-Nativité.
Blason de Bérulle
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Aube
Arrondissement Troyes
Canton Aix-en-Othe
Intercommunalité Communauté de communes du Pays d'Othe aixois
Maire
Mandat
Roger Bruggeman
2014-2020
Code postal 10160
Code commune 10042
Démographie
Population
municipale
249 hab. (2014)
Densité 15 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 10′ 42″ nord, 3° 39′ 53″ est
Superficie 16,5 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Aube

Voir sur la carte administrative de l'Aube
City locator 14.svg
Bérulle

Géolocalisation sur la carte : Aube

Voir sur la carte topographique de l'Aube
City locator 14.svg
Bérulle

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bérulle

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bérulle

Bérulle est une commune française, située dans le département de l'Aube en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Elle compte huit hameaux : Bois-le-Roi, Berluviers, Les Quincarlets, Les Chalois, La Petite Jaronnée, Les Langots, Fort Jacquet, Pierrefitte et Champmarin.

Le territoire de la commune de Bérulle est inscrit à l'inventaire des sites pittoresques de l'Aube depuis 1980.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1149, Milon de Villemaur était le seigneur d'une petite chastellenie du comté de Champagne, elle avait alors bailliage et prévosté et les hameaux de Berlivier, Bois-le-Roi, Fort-Jacquet et Pierre-Fitte en relevaient.

Au XIIIe siècle, Séant était une possession de Blanche d'Artois et ce fief revint ensuite aux fils de son second mariage avec Edmond de Lancastre. Il fut confisqué en 1338 à Henry de Lancastre pour être confié à titre viager à Raoul de Lorraine.

En 1507, il fut réuni au duché de Nemours pour Gaston de Foix.

En 1562, la duchesse de Nevers vend la terre de Séant-en-Othe à Gallas de Bérulle, demeurant au château de Cérilly, village de l'Yonne distant de quelques kilomètres seulement. Le village de Séant prend le nom de cette famille, lorsque dans la deuxième moitié du XVIe siècle, érigé en marquisat, la famille de Bérulle s'installait dans le village de Séant. Le seigneur de Bérulle donne les bois de Chauffour aux habitants de Séant. Ceux-ci donnent alors le nom de Bérulle au village.

Au XVIIe siècle il y avait deux foires à Séant-sur-Othe[1].

En 1789, Bérulle dépendait de l'intendance et de la généralité de Paris, de l'élection de st-Florentin et du bailliage de Troyes.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Seant en 1145, Saiant en 1146, Seantus vers 1149, Saianitus en 1155, Seiancius en 1161, Soiant ou Seuant en 1184, Seante en 1225, Scianz en 1232, Seenz en 1269, Seanz in Otha en 1322, Seant in Othe en 1544 d'où l' ancien nom de la commune: Séant-en-Othe au cours du XVIIIe siècle sur la carte Cassini. Au cours de la Révolution française, la commune revenait provisoirement au nom de Séant-en-Othe[2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1 novembre 1792   Louis Gillet    
1 décembre 1792   Edme Savinien   ancien curé
2 juin 1793   Jacques Maugis    
2 juillet 1793   Amboise Fromont    
1 Frimaire An IV   Alexis Lagoguey    
6 germinal An VI   François Fromont    
8 Messidor An VI   Louis GIllet    
15 Nivose An VIII   François Fromont    
3 Thermodor An VIII   Pierre Vié    
22 juin 1806   Louis Hattot    
16 novembre 1831   Pierre Girouy    
14 janvier 1835   Georges Boudot    
2 février 1839   Etienne Fandard    
2 juillet 1840   Jean Charles Aubrat    
14 août 1843   Zacharie Fandard    
3 décembre 1865   Louis Gatouillat    
20 décembre 1870   Eugène Sirot    
2 juillet 1871   François Lambert    
8 octobre 1876   Hubert Rolley    
26 décembre 1876   Oppenot    
21 janvier 1878   François Lambert    
23 janvier 1881   Ernest Fandard    
20 mai 1900   Octave Prestat    
17 mai 1908   Zéphir Gautherin    
19 mai 1912   Numa Fandard    
1917   Camille Verger    
1925   Ernest Brigeois    
1935   Marie Girouy    
1947   René Ragon    
1959 après 1977 André Bonnet    
mars 2001 en cours Roger Bruggeman[3] LR Agriculteur retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[5],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 249 habitants, en diminution de -5,68 % par rapport à 2009 (Aube : 1,56 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
705 635 645 723 782 793 810 863 896
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
831 861 886 827 780 746 732 656 608
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
569 518 482 402 416 381 390 382 375
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
314 278 249 240 220 235 242 264 249
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Bérulle

Les armes de Bérulle se blasonnent ainsi : de gueules au chevron d’or accompagné de trois molettes d’éperon du même.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église de la Nativité-de-la-Vierge [modifier | modifier le code]

Tour clocher.

La paroisse relevait du diocèse de Sens et du doyenné de la Rivière de vanne et à la collation de l'évêque. Entièrement construite au XVIe siècle, elle a été élevée de 1510 à 1515. Viollet-le-Duc la jugeait digne d'être classée comme Monument Historique. Elle l'a été en 1840. Sur le tympan du portail on ajouta au XVIIe siècle, en hommage à Pierre de Bérulle, les deux chapeaux de cardinal. L'église est précédée d'une porte-clocher flanquée d'une tourelle d'angle surmontée d'une élégante petite flèche. Les superbes verrières du XVIe siècle, aux bleus et aux rouges profonds, formées de quarante panneaux, sont classées. La pièce la plus intéressante de la nef est sans doute la grande cuve baptismale[8] en forme d'hexagone régulier dont les faces sont décorées de remarquables bas-reliefs. Elle a aussi des statues du XVIe siècle, un Christ en croix[9] en bois peint et un Sébastien[10] en calcaire polychrome. Mais encore des verrières de la même époque[11] représentant la vie de Marie et de son fils une autre représentant la vie de Joachim et sainte Anne, Histoire de la Vierge, Histoire du Christ, Passion du Christ[12] .

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

De la famille de Bérulle (qui donna son nom à la commune au XVIe siècle) est issu le célèbre cardinal Pierre de Bérulle.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Boislisle, mém. intendants généralités Paris, p352.
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale - Bérulle », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 25 décembre 2012)
  3. Conseil général de l'Aube mise à jour au 10 avril 2008
  4. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  8. « fonts baptismaux », notice no PM10000260, base Palissy, ministère français de la Culture
  9. « statue », notice no PM10004064, base Palissy, ministère français de la Culture
  10. « statue », notice no PM10004063, base Palissy, ministère français de la Culture
  11. « verrière », notice no IM10006151, base Palissy, ministère français de la Culture
  12. « verrière », notice no PM10000259, base Palissy, ministère français de la Culture

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jeanne Martel-Jeannine Velut, Notre pays d'Othe, Office de tourisme du pays d'Othe et de la vallée de la Vanne, 2003. (ISBN 2-907894-32-3)
  • Paul Grossin, Pays d'Othe au fil de la Vanne, Troyes, 1978.
  • E.-L. Collot, Aix-en-Othe et la région, Res Universis, Paris, 1993. (ISBN 2-7428-0236-3).(réimpression de l'édition de 1935)

Liens externes[modifier | modifier le code]