Bénian ntâa Soumâa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bénian ntâa Soumâa
بنيان الصومعة - الحجرة
Présentation
Destination initiale
Destination actuelle
Style
Architecte
Hauteur
4,5 mètres
Statut patrimonial
Localisation
Pays
Région
Division administrative
Subdivision administrative
Commune
Coordonnées
Localisation sur la carte d’Algérie
voir sur la carte d’Algérie
Red pog.svg

Le Bénian ntâa Soumâa, surnommé El Hadjra الحجرة, est un monument de l'époque numide, situé en Algérie, sur l'actuelle commune de Thénia dans la wilaya de Boumerdès, en Basse Kabylie, à une cinquantaine de kilomètres à l'est d'Alger.

Découverte[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Expédition de Thénia (1837).

C'est le colonel Maximilien Joseph Schauenburg qui a découvert ce Bénian ntâa Soumâa dans la nuit du 17 au [1].

Adrien Berbrugger mentionna en 1857 la présence de ces ruines numides dans le site de l'actuelle commune de Thénia sur le flanc du Col des Béni Aïcha[2].

Ce Bénian ntâa Soumâa à Thénia a été ensuite fouillé[3].

Etymologie[modifier | modifier le code]

La ruine de cet édifice est connue sous le nom d'El Hadjra الحجرة.

Construction[modifier | modifier le code]

Le roi berbère (Agellid) Nubel, de la tribu Jubalienne, avait fait de la région de Thénia sa capitale (Soumâa الصومعة) vers le IVe siècle de notre ère au début de l'an 300.

Ce roi (Agellid) Nubel régnait, à partir de sa citadelle (Soumâa) de Thénia, sur les territoires de l'Ouest de la Kabylie: Alger (Icosium), Tipaza, Cherchell jusqu'à Ténès.

C'est donc ce Bénian ntâa Soumâa qui représente le vestige de cette vaste forteresse qui s'étendait sur les rives de l'Oued Isser dans l'actuelle wilaya de Boumerdès en Basse Kabylie.

Durant cette période du début du IVe siècle de notre ère, il y avait des chefs puissants en Kabylie. C'est ainsi que la famille royale de Nubel avait bâti cette citadelle (Soumâa) de l'actuelle Thénia, et qui était encore intacte à l'arrivée des français le au soir. Ce fort berbère de Bénian ntâa Soumâa a été ensuite détruit, parce que les colons européens de Thénia avaient vu dans ses murailles une carrière facilement exploitable pour la construction des immeubles et monuments publics de l'ancienne Ménerville.

Cette citadelle Nubélienne présentait la particularité, assez rare, de la défense fixe du Col des Béni Aïcha en avant du massif des Khachna.

En effet, l’étendue des domaines de la famille de Nubel était grande autour de cette forteresse de Bénian ntâa Soumâa[4].

Inscription[modifier | modifier le code]

Le Bénian ntâa Soumâa, qui est une construction en forme de citadelle, présentait une inscription tronquée, qui se lisait encore en 1837 au-dessus de l'entrée principale de cette forteresse byzantine de Bénian[2].

Description[modifier | modifier le code]

À un kilomètre à l'est de la ville de Thénia se trouve Bénian ntâa Soumâa, où on trouve les ruines antiques d'un fort berbère assez important.

Elles sont situées près des deux lycées, d'une ancienne ferme coloniale, et de la ligne de chemin de fer de Bouira.

Le colonel Maximilien Joseph Schauenburg avait visité le les restes des ruines de ce Bénian ntâa Soumâa appelé localement "El Hadjra"[2].

Ce Bénian ntâa Soumâa avait été construit pour le roi berbère Nubel dans une région où les Romains n'ont guère pénétré[5].

Ornementation[modifier | modifier le code]

Historique du nom donné à ce tombeau[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]