Bénarville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Bénarville
Bénarville
La mairie.
Blason de Bénarville
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Seine-Maritime
Arrondissement Le Havre
Intercommunalité Communauté de communes Campagne de Caux
Maire
Mandat
Patrick Deplanque
2014-2020
Code postal 76110
Code commune 76076
Démographie
Gentilé Bénarvilais
Population
municipale
265 hab. (2017 en augmentation de 9,05 % par rapport à 2012)
Densité 61 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 40′ 25″ nord, 0° 29′ 33″ est
Altitude Min. 75 m
Max. 136 m
Superficie 4,36 km2
Élections
Départementales Canton de Saint-Romain-de-Colbosc
Législatives Neuvième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Normandie
Voir sur la carte administrative de Normandie
City locator 14.svg
Bénarville
Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime
Voir sur la carte topographique de la Seine-Maritime
City locator 14.svg
Bénarville
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bénarville
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bénarville

Bénarville est une commune française située dans le département de la Seine-Maritime, en région Normandie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Bénarville
Daubeuf-Serville Limpiville
Angerville-Bailleul Bénarville
Saint-Maclou-la-Brière Tocqueville-les-Murs
Entrée de Bénarville.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le lieu est attesté sous la forme latinisée Bernartvilla en 1195[1].

Il s'agit d'une formation médiévale en -ville au sens ancien de « domaine rural », précédé du nom du propriétaire, comme c'est le plus souvent le cas. Il s'agit de l'anthroponyme Bernard, d'origine germanique.

Le [r] devant consonne s'est généralement amuï en Normandie et en toute position dans le pays de Caux, d'où le nom de famille Bénard, Besnard fréquent dans cette province.

Histoire[modifier | modifier le code]

Au XIIIe siècle, le seigneur de la paroisse est Matthieu d'Abetot, chevalier ou écuyer.

L'histoire de la paroisse semble liée à celle de la famille de Bois-Rozé. À l'origine, il existe sans doute un site fortifié et un domaine seigneurial relevant des sires de Tancarville à lépoque ducale, et tenus par les Anglais pendant la guerre de Cent Ans.

Au milieu du XVIe siècle, le domaine appartient à Pierre Martel, sieur de Boscrosay.

En 1596, le titulaire de la seigneurie est Charles de Goustimesnil. Ce capitaine ligueur opère en pays de Caux et arme depuis Saint-Valery des navires contre Henri IV. En 1592, il prend d'assaut avec une poignée d'hommes la forteresse de Fécamp qu'il remet au roi l'année suivante. Ce dernier lui accorde titres, rentes et biens de seigneurs ligueurs en pays de Caux.

La paroisse est érigée en commune en 1869 par détachement de Tocqueville-les-Murs[2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1977 mars 2014 Philippe Clément-Grandcourt UMP Conseiller général du canton de Goderville
mars 2014 En cours
(au avril 2014)
Patrick Deplanque    

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[4].

En 2017, la commune comptait 265 habitants[Note 1], en augmentation de 9,05 % par rapport à 2012 (Seine-Maritime : +0,04 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1872 1876 1881 1886 1891
288280280362402349353381359
1896 1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946
346305287277237236240228228
1954 1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007
208181169171190213193232237
2012 2017 - - - - - - -
243265-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune est dotée d'une école primaire, avec un terrain multisports et un restaurant scolaire avec salle polyvalente.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Germain. Cette église est abandonnée quand Bénarville est réunie à Tocqueville-les-Murs au début du XIXe siècle. Elle est complètement remaniée en 1880[2].
  • La Maison forte du Bois-Rozé[7]. En brique et calcaire, de plan rectangulaire à deux tourelles d'angle, elle est remarquable par les dispositions défensives de son étage, invisibles de l'extérieur (sas d'entrée et salles de garde à canonnières), et accessible uniquement par une passerelle extérieure. La partie supérieure, ravagée par un incendie, a été en partie arasée (toiture moderne). Selon la tradition, cette maison forte fut construite (ou modifiée) par Charles de Goustimesnil, capitaine ligueur rallié à Henri IV en 1593. Elle fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis le [8].
  • Le monument aux morts.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Bénarville

Les armes de la commune de Bénarville se blasonnent ainsi :

Écartelé : au 1er de gueules à la tour d'or, maçonnée de sable, ouverte et ajourée du champ, au 2e d'argent à la tête d'aigle de gueules, au 3e d'argent à la rose de gueules pointée de sinople, au 4e de gueules au marteau d'or.

Adopté le 5 février 2010.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. François de Beaurepaire (préf. Marianne Mulon), Les Noms des communes et anciennes paroisses de la Seine-Maritime, Paris, A. et J. Picard, , 180 p. (ISBN 2-7084-0040-1, OCLC 6403150), p. 41.
  2. a et b Le Patrimoine des Communes de Seine-Maritime, Flohic Editions, (ISBN 2-84234-017-5)
  3. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  7. Philippe Seydoux, Châteaux du Pays de Caux et du Pays de Bray, Paris, Éditions de la Morande, , 128 p. (ISBN 2-902091-17-6), p. 32
  8. Notice no PA76000001, base Mérimée, ministère français de la Culture