Béatrice Vialle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Béatrice Vialle, née le à Bourges (Cher), est une aviatrice française, une des deux femmes au monde (avec la Britannique Barbara Harmer) pilotes de Concorde et première femme française à avoir piloté un avion de ligne supersonique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Concorde actuellement exposé à Roissy.

Béatrice Vialle est la fille d'un officier de l'Armée de terre et d'une mère au foyer qui élève ses cinq enfants. La famille vit à Paris, Djibouti puis Soissons où elle obtient son baccalauréat scientifique[1].

De retour à Paris, elle fait maths sup' au lycée Fénelon. Elle obtient ensuite son diplôme de l'École nationale de l'aviation civile, ouverte depuis cinq ans aux femmes (ENAC, promotion Élève pilote de ligne 1981), puis commence sa carrière comme première pilote femme sur Embraer Bandeirante à Air Littoral (1984)[2]. Elle intègre Air France en 1985 où elle vole successivement, en tant que copilote, sur Boeing 727, Airbus A320 et Boeing 747. Elle rencontre son mari pilote de ligne en 1990. Ils ont deux enfants (1994 et 1997). Elle obtient la qualification Concorde, après 170 h de vol sur simulateur, le [3],[4],[5]. Pour pouvoir être choisie pour piloter le Concorde, elle refuse un poste de commandant de bord, préférant à la place accumuler de l'ancienneté en tant que copilote, ce qui lui permet d'atteindre le haut de la liste[2].

Après l'accident du Vol 4590 Air France le , elle doit attendre près d'un an avant de pouvoir reprendre les commandes d'un Concorde[5]. Elle effectue son premier vol commercial le , devenant ainsi l'une des deux femmes au monde (avec l'Anglaise Barbara Harmer) pilotes de Concorde et la première femme française à avoir piloté un avion de ligne supersonique[2],[6].

Elle accomplit au total 35 vols[7] allers-retours supersoniques Paris-New York et trois boucles sur l'Atlantique Nord[3]. Elle réalise notamment le dernier vol commercial avec passagers lors d'une boucle supersonique sur l'Atlantique le 31 mai 2003[4],[6]. Après l'arrêt définitif des vols Concorde (), elle devient commandant de bord sur Boeing 747-400 en 2008[8],[9],[3],[4].

En 2012 un timbre à son effigie est édité aux États-Unis[10].

En 2020 les femmes pilotes ne représentent qu'environ 7 % des effectifs chez Air France[11].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article..

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Xavier Massé, Des femmes dans l'Aéronautique, Nouvelles Editions Latines, (ISBN 978-2-7233-2076-4, lire en ligne)
  2. a b et c Ondine Millot, « Tout Concorde », sur Libération (consulté le )
  3. a b et c Daniel Adoue, « Gers. Elle était pilote sur le Concorde », La Dépêche, 4 octobre 2007
  4. a b et c Xavier Massé, Des femmes dans l'Aéronautique, Nouvelles Editions Latines, , 238 p. (ISBN 978-2-7233-2076-4, présentation en ligne), p. 117
  5. a et b C. Dufour, Guide des métiers pour les petites filles qui ne veulent pas finir princesses, Fayard, (lire en ligne), pp. 30-32
  6. a et b « Concorde : 50 ans après, ils font vivre le mythe », sur Franceinfo, (consulté le )
  7. « Cockpits Particuliers - Épisode 1 : Le Concorde »
  8. « L'histoire du Concorde », consulté sur site salon-de-l-aviation.com le 5 novembre 2011.
  9. « Dernière boucle Paris-Charles-de-Gaulle → Paris-Charles-de-Gaulle », consulté sur site concorde-jet.com le 5 novembre 2011.
  10. (en) « 2012 beatrice vialle concorde pilot aviation women m/sheet mnh | United States, Stamp », sur www.hipstamp.com (consulté le )
  11. « 8 mars : des pilotes de ligne au féminin », sur Franceinfo, (consulté le )