Béatrice Galinon-Mélénec

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Béatrice Galinon-Mélénec
Naissance Lille (France)
Domicile France
Nationalité Drapeau de France Français
Domaines Sciences de l'information et de la communication, Anthroposémiotique, Anthropologie de la communication
Institutions Normandie université, UMR IDEES 6266 CNRS
Diplôme Doctorat en Sciences de l’Éducation (orientation sociologie), Université Paris-V Sorbonne
Directeur de thèse Gabriel Langouet (sociologie de l'éducation. Université Paris-V Sorbonne)
Renommé pour Fondatrice des paradigmes de l'Homme-trace (Ichnos-anthropos ) et des signes-traces.

Béatrice Galinon-Mélénec est professeur émérite en sciences de l'information et de la communication, spécialisée dans les domaines de l'anthropologie de la communication, dans l'analyse de la dimension non verbale des situations de communication interpersonnelle. Son approche de l'interprétation des signes relève de la nouvelle vague de la sémiotique dite anthroposémiotique où la sémiotique incarnée tient une place centrale.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après des études d'économie et de gestion dans les universités de Pau (UPPA) et de Toulouse 1 Capitole[1], Béatrice Galinon-Mélénec obtient un doctorat de l’université Paris-V Sorbonne en sciences de l’éducation (1988) sous la direction du sociologue Gabriel Langouët. De 1983 à 1988, elle dirige le service de formation continue de l'université de Pau où elle organise des formations de soutien à la reconversion professionnelle qui lui permettent de tester ses hypothèses sur le rôle de la communication non verbale en matière d'insertion professionnelle[2]. Élue en 1989 maîtresse de conférences en sciences de l’information et de la communication[1] à l’Institut des Sciences de l’information et de la communication de l’Université Bordeaux-Montaigne, elle participe au lancement (1992) puis au développement de la revue Communication & Organisation[3]. Elle y dirige le Diplôme d'Enseignement Supérieur Spécialisé en communication interne des organisations où elle développe sa pensée relative à l'impact de la communication interpersonnelle sur la création, le développement et la mort de l'entreprise[4]. En 1999, elle crée le CDHET[5] (Réseau de recherche sur la Communication et le Développement des Hommes, des Entreprises et des Territoires), groupe de recherche ouvrant des recherches interdisciplinaires et inter-universitaires sur les interactions entre humain, non-humains et organisations. Le colloque de 2000 où elle réunit à la MSH (Maison des Sciences de l' Homme d'Aquitaine) des chercheurs en sciences humaines et en sciences du vivant pour penser la relation homme-animal[6] oriente sa recherche vers une écologie du vivant marquée par l'influence de l'anthropologue Grégory Bateson.

En 2002 , elle devient professeur des universités à Normandie Université Havre Depuis 2008, elle est membre permanent de l'Unité Mixte de Recherche (UMR) du Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS) IDEES[7] (Identités et Différenciation de l’Environnement des Espaces et des Sociétés) 6266, Normandie Université où elle dirige le programme "L’Homme-trace"[8]. En 2011, elle fonde le Research International Group: Human Traces[9]. A partir de 2014, des chercheurs venus de tous les horizons scientifiques travaillent en réseau sur les traces dans le cadre du e. laboratory on Human Trace Complex System Digital Campus UNESCO qu’elle a fondé[10]. Ses recherches s'orientent alors sur l'analyse des interactions entre systèmes. En s'appuyant sur les avancées de l'imagerie cérébrale, elle montre que les relations entre "réalité-trace" et "Homme-trace" sont à l'origine d'activation de traces dans le corps-trace de l'humain, cette activation n'appelant pas nécessairement une interprétation. Quand elle a lieu, il s'agit d'une anthroposémiotique où l'émergence de la signification individuelle qui incorpore du social (l'éducation, les médias, etc.) ne s'y réduit pas.

A partir de 2011, elle dirige chez CNRS Éditions la série L' Homme trace dont les ouvrages collectifs publient les textes de chercheurs qui participent à l'émergence de « la nouvelle école française de la pensée de la trace ».

Principaux apports[modifier | modifier le code]

Déconstruction de la notion de trace[modifier | modifier le code]

Béatrice Galinon-Mélénec dénonce la simplification de l'usage de la notion de trace qui, contrairement à l'apparence, demande à être analysée dans toute sa complexité. Dans ses publications, elle dévoile les processus à l’œuvre dans l'interprétation humaine de la trace et, à l'instar de Derrida[11], invite les scientifiques soucieux d'épistémologie[12] à procéder à une ''déconstruction'' systématique du terme. Dans un souci de vulgarisation, elle décrit les différents usages du terme "trace" dans le langage ordinaire, montre que la "trace ne parle pas" mais que c'est l'humain qui interprète une partie de la réalité et la nomme trace au terme d'une dynamique sémiotique issue de sa relation sensible au réel et de son histoire. Elle dévoile ainsi au grand public l'existence de "la fabrique de la trace" (2015)[13],[14] qui regroupe les processus dont sont issues la perception et l'interprétation de la trace.

Signes-traces, sémiotique incarnée relationnelle, anthropo-sémiotique[modifier | modifier le code]

Observant que tout ce qui est potentiellement visible n'est pas nécessairement vu, Béatrice Galinon-Mélénec part de l'hypothèse que les signes n'apparaissent qu'aux individus qui sont préalablement disposés à leur réception, laquelle dépend de leurs corps-traces[15], c'est-à-dire d'un corps où se sont inscrites toutes les conséquences des interactions de l'individu avec les milieux qu'il a traversés au cours du temps. Le corps-trace de l'humain - chez cet auteur, il n'y pas de coupure entre le corps et l'esprit - dispose d'une plasticité, conséquence de ses interactions avec les milieux où il vit (nature, culture, techniques, société, etc.).

Les interactions d'un corps avec son milieu environnant étant spécifiques à chaque individu, le corps-trace résultant est inscrit dans la différence, différence qui module la réception du sensible. Pour signifier que la perception et l'interprétation du signe en est la conséquence, elle propose le terme « signe-trace »[16]. L'interprétation que chaque humain effectue du réel relève ici d'une anthroposémiotique où les signes apparaissent comme le résultat d'une interaction entre le corps-trace de l'individu et la réalité. Cette dernière posée comme existant en elle-même (« la réalité en soi ») n'est accessible par l'humain qu'à travers son corps et son interprétation par l'homme ne peut donc être qu'une « réalité anthropo-centrée ».

La « sémiotique incarnée relationnelle »[17] qui analyse de l'interaction des signes-traces des corps a été utilisée par des chercheurs ou des acteurs professionnels pour analyser les situations de communication interpersonnelle où le corps est présent. Dans ce cadre, l'interprétation des signes émis par les corps apparaît comme inscrite dans une dynamique systémique liant le corps-trace de l'interprété et le corps-trace de l'interprétant au sein d'un complexe où des corps en co-présence sont animés par des interactions permanentes de traces[15].

Cette approche trouve des applications dans divers domaines - communication interne d'entreprise, recrutement[18], relation médecin-patient[19] - et met en perspective les biais introduits par la communication à distance.

L' Ichnos-Anthropos (Homme-trace) au coeur d'une Ichnologie générale[modifier | modifier le code]

L'humain est un Homme-trace (Ichnos-anthropos) dont le corps-trace porte les « conséquences-traces » des interactions du dehors-dedans et du dehors au dedans. Selon l'auteure, corps-trace et milieu-trace rétroagissent dans une dynamique systémique depuis l'origine de l'humanité, ce qui explique la co-évolution de l'espèce et du milieu [15] qu'elle explique à partir de sa « théorie de l'ichnologie générale ». Elle démontre l'intérêt de ses applications en analysant des situations à risques vécues par ses contemporains dans le cadre de le développement de la société numérique (2009)[20] et de la crise sanitaire de 2020 [21].

Avec le paradigme anthropologique de l'Homme-Trace, Béatrice Galinon-Mélénec ouvre la scène figurative d'un homo (sapiens ou non) de toute époque dont le corps est porteur des traces (ichnos) du passé (le sien et celui des humains qui l'ont précédé)et dont la relation présente au monde participe en permanence à produire un futur qui intégrera les « conséquences-traces » de ses actions présentes[22]. Au fur et à mesure de sa diffusion et de son appropriation par d'autres auteurs, l'appellation « Homme-trace » a perdu la dimension paradigmatique initiale voulue par l'auteur ; ce qui a eu pour effet de préférer sa traduction grecque « Ichnos-Anthropos » à chaque fois qu'il était fait référence au sens strict du paradigme[23].

Influence[modifier | modifier le code]

Dans les années 1990-2000, ses publications sur les avantages et inconvénients du transfert des modèles de management des entreprises[24] aux universités[25] la conduisent à produire des expertises pour le Comité National d'Evaluation (CNE)[26] puis pour la Mission Scientifique de la Direction de la Recherche.

Dans les années 2010-2020, avec le développement des publications sur l'anthropocène, le paradigme de l'Ichnos- Anthropos, les terminologies « Homme-trace », « corps-trace », « signe-trace » ont progressivement suscité un certain engouement. Néanmoins, si l’on se réfère à certains outils d’indexation, comme Google Scholar, les citations invitent à conclure que leurs emplois  dans les articles français en sciences humaines de la décennie 2008-2018 sont plus souvent liés au pouvoir évocateur des mots qui les composent qu’à la perspective systémique, dynamique et multi-échelles qu’ils recouvrent pour leur auteure. Les traces de consultations numériques[27] des ouvrages et publications font apparaître des lecteurs appartenant à 60% au milieu académique et issus d'horizons géographiques variés.

En 2020, lors de la pandémie du COVID19, les observations des "conséquences-traces" du confinement des humains sur la baisse de la pollution atmosphérique en Chine[28] élargit l'influence internationale de l'auteur qui n'avait cessé précédemment d'alerter sur l'intérêt pragmatique de l'écosystème associé au paradigme de l'Homme-trace et d'appeler à des comportements responsables et éthiques. La modélisation de l'émergence sémiotique du « signe-trace » via le « corps-trace » - qui met en évidence la relation spécifique existant entre un homme-trace toujours en évolution et une réalité-trace constamment évolutive - sert alors de support à l'analyse psychologique, sociologique, cognitive et écologique des observations[29].

Principaux ouvrages[modifier | modifier le code]

  • L'Homme-Trace : Des traces du corps au corps-trace, Paris, CNRS Editions, , 415 p. (ISBN 978-2-271-11417-4)
  • L'Odyssée de la trace 1. Voyage au-delà des apparences, London, ISTE Editions, 2020. (ISBN papier : 9781784057008.ISBN ebook : 9781784067007)
  • « Homme-trace » et « signes-traces », deux paradigmes français à l’épreuve des faits., Rouen, Klog Editions, , 125 p. (ISBN 978-2-9539459-7-3)
  • L'homme trace : perspectives anthropologiques des traces contemporaines, Paris, CNRS Editions, , 410 p. (ISBN 978-2-271-07139-2)
  • Penser autrement la communication : Du sens commun vers le sens scientifique. Du sens scientifique vers la pratique, Paris/Budapest/Kinshasa etc., L'Harmattan, , 247 p. (ISBN 978-2-296-02658-2)
  • Homme/animal : quelles relations ? Quelles communications ?, Mont-Saint-Aignan, Presses Universitaires Rouen, , 228 p. (ISBN 2-87775-353-0)
  • De la formation à l'emploi, le rôle de la communication, Presses Universitaires Pau, , 256 p. (ISBN 978-2-908930-15-3)
  • Projet et communication dans les universites, Editions d'Organisation, , 225 p. (ISBN 978-2-7081-1320-6)
  • Avec Sami Zlitni, Traces numériques : De la production à l'interprétation, Paris, CNRS Editions, , 290 p. (ISBN 978-2-271-07239-9)
  • Avec Fabien Lienard et Sami Zlitni, L'homme-trace : Inscriptions corporelles et techniques, Paris, CNRS Editions, , 284 p. (ISBN 978-2-271-08324-1)[30]
  • Avec Fabienne Martin-Juchat, Le corps communicant : le XXIe siècle, civilisation du corps ?, Paris, L'Harmattan, , 239 p. (ISBN 978-2-296-04597-2)[31]

Articles en ligne[modifier | modifier le code]

  • (en) « From Traces and Human Trace to Human-Trace Paradigm », Springer Proceedings in Complexity,‎ , p. 337-349 (lire en ligne)
  • « A la recherche de la trace », Communication et Organisation,‎ , p. 31-50 (lire en ligne)
  • (en) « The future of the Homme-trace », Netcom,‎ , p. 107-130 (lire en ligne)
  • Avec Fabienne Martin-Juchat, « Du « genre » social au « genre » incorporé : Le « corps genré » des SIC », Revue française des sciences de l’information et de la communication,‎ (lire en ligne)
  • « Expérience incarnée, construction cognitive et jugement », Revue française des sciences de l’information et de la communication,‎ (lire en ligne)
  • « Des signes-traces à l’Homme-trace. La production et l’interprétation des traces placées dans une perspective anthropologique », Intellectica,‎ (lire en ligne)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Béatrice Galinon-Mélénec et Julien Péquignot, « De l’usage des traces en sciences de l’information et de la communication », Communiquer, no 27,‎ (lire en ligne).
  2. Galinon-Mélénec Béatrice, De la formation à l'emploi, le rôle de la communication, Presses Universitaires de Pau, , 256 p. (ISBN 2-908930-15-3)
  3. « Communication et Organisation », sur communicationorganisation.revues.org,
  4. Galinon-Mélénec Béatrice, "Penser autrement la communication d'entreprise", dans Galinon-Mélénec B. Penser autrement la communication,, Paris, L'Harmattan, , 243 p. (ISBN 978-2-296-02658-2), pp. 135-153
  5. « Historique et ramifications », sur http://litis.univ-lehavre.fr, (consulté le 14 avril 2017)
  6. Galinon-Mélénec Béatrice (dir.), Homme-animal : quelles relations ? quelles communications ?, Rouen, PUHR (Presses Universitaires Havre/Rouen), , 228 pages p. (ISBN 2877753530)
  7. « UMR 6266 IDEES », sur http://umr-idees.cnrs.fr/ (consulté le 14 avril 2017)
  8. « L'Homme-Trace », sur http://umr-idees.cnrs.fr (consulté le 14 avril 2017)
  9. « RIGHT », sur https://rightunivlehavre.wordpress.com (consulté le 14 avril 2017)
  10. (en) « Complex Systems Digital Campus », sur https://en.wikiversity.org, (consulté le 28 avril 2014)
  11. Derrida, Jacques., De la grammatologie, Les Éditions de Minuit, (ISBN 978-2-7073-0012-6, OCLC 906392252, lire en ligne)
  12. GALINON-MELENEC Béatrice, « Épistémologie de la notion de trace », Préface de  L’Homme-trace. Inscriptions corporelles et techniques, Paris, CNRS éditions, série L’Homme trace, tome 3, 2015, pp 9-27.
  13. Voir "la fabrique de la trace" dans la conclusion de Béatrice Galinon-Mélénec, in« À la recherche de la trace », Communication et organisation n° 47, 2015. http://journals.openedition.org/communicationorganisation/4876
  14. En 2019, cette terminologie sera le titre d'un ouvrage d'Yves Jeanneret qui traite des traces médiatisées par le social. Voir Jeanneret Yves, La fabrique de la trace, London,  ISTE, Septembre 2019, 296 pages. (ISBN 9781784056049) (papier). (ISBN 9781784066048) (ebook)
  15. a b et c Béatrice Galinon-Mélénec, L'Homme-Trace : Des traces du corps au corps-trace, Paris, CNRS Editions, , 415 p. (ISBN 978-2-271-11417-4), quatrième de couverture
  16. Galinon-Mélénec Béatrice, « "Le paradigme des signes-traces : fragments" », Handicap psychique et recrutement, 2,‎ , p. 17-35
  17. Béatrice Galinon-Mélénec,, « « À la recherche de la trace » », Communication et organisation, n° 47,‎ , p. 31-50 (lire en ligne)
  18. GALINON MELENEC Béatrice, MONSEIGNE Annick,, « "La sémiotique des 'signes-traces' appliquée au recrutement : Le cas de la recherche du 'bon candidat' via les traces numériques" , », Communication & organisation, n° 39,,‎ , pp. 111-124. (lire en ligne)
  19. GALINON-MELENEC Béatrice, « Du diagnostic médical au diagnostic social, le signe-trace au fil des jours »', dans Galinon-Mélénec B. (dir.), L'Homme trace, Perspectives anthropologiques des traces contemporaines, Paris, CNRS éditions, 2011, pp. 171-191.
  20. 2009. GALINON-MELENEC Béatrice, Humanité ou inhumanité du numérique, conférence avec actes, Colloque "Modèles d'ici et d'ailleurs. La société de l'information en ses territoires", Saint Louis du Sénégal, Université Gaston Berger, le 10 juin 2009.
  21. Galinon-Mélénec Béatrice,, « Pour une ichnologie générale à l’heure du numérique », 2020. », Communication et traces numériques, n°1,Presses universitaires du Havre et de Rouen,,‎
  22. GALINON-MELENEC Béatrice,  « The future of the "Homme-trace", A substantial societal challenge », NETCOM, 28-1/2 (2014), pp. 107-130,  (publication en anglais),   http://netcom.revues.org/1554.
  23. Galinon-Mélénec Béatrice, L'Odyssée de la trace 1. Voyage au-delà des apparences, London, ISTE Editions, 2020, pp. 147-172.
  24. Galinon-Mélénec Béatrice, « « Le projet d'entreprise démythifié » », Communication & Organisation n° 5,,‎ , pp. 213-226. (lire en ligne)
  25. Galinon-Mélénec Béatrice, « Inertie organisationnelle, communication institutionnelle et financement, le cas de l’université ” dans Christian Le Moenne (dir.), "Communications d’entreprise et d’organisations",, Rennes, Presses universitaires de Rennes, (ISBN 2868472915), pp. 223-235
  26. SIRINELLI Jean (dir.), Carpentier JB, Galinon-Mélénec B., Joly J., Martinet B., Meyriat J., Missika JL., Salomon JC., Tetu JF, 1992/93 : réunions de travail au CNE et enquêtes suivi du rapport « Etat des lieux des Sciences de l’Information et de La communication », Rapport du Comité National d’Evaluation au Président de la République, 1993,127 pages.
  27. « Academia.edu »
  28. (en) Nasa, « How the coronavirus is and is not affecting the environment. »
  29. Pequinot Julien, « Entretien avec Béatrice Galinon-Mélénec », Communiquer, "revue de communication sociale et publique",‎ , pp. 91-115 (ISSN 2368-9587)
  30. Fabienne Duteil-Ogata, « Recension de L'Homme-trace tome III, CNRS éditions »
  31. Ghyslaine Thorion, « Recension de « Le corps communicant – Le XXIe siècle, civilisation du corps ? » in Communication et organisation, 2008. »

Liens externes[modifier | modifier le code]