Béatrice Casadesus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Casadesus.
Béatrice Casadesus
Béatrice Casadesus (1997).png
Béatrice Casadesus (capture d'écran d'une vidéo de l'Encyclopédie audiovisuelle de l'art contemporain).
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (77 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Formation
Mère
Fratrie
Enfant
Site web
Œuvres principales

Béatrice Casadesus, de son nom de naissance Béatrice Probst, est née le 1er janvier 1942 à Paris dans une famille d'artistes. Peintre et sculptrice française, professoresse titulaire à l'École d'Architecture Paris-Malaquais (ENSBA), elle fut nommée chevalier de la légion d'honneur en 2004.

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle suit de 1956 à 1959 les cours d'Edmée Larnaudie à l'École des arts appliqués à Paris et dessine d'après Masaccio, Piero della Francesca ou Goya. Elle côtoie André Nouyrit, Bernard Pagès, Gina Pane, et Christine Bange et fait la connaissance du sculpteur Ossip Zadkine et de Valentine Prat.

En 1960-1966, elle étudie la peinture, la sculpture à l'École des Beaux-Arts, atelier d'Henri-Georges Adam et participe au groupe de Théâtre antique de la Sorbonne aux côtés de Jean-Pierre Miquel, François Joxe, Bruno Mailhé, Philippe Lagard et Jacques Lacarrière.

En 1964, elle reçoit le Second Prix de Rome de Sculpture et séjourne en Italie. Lauréate de la Fondation de la Vocation, elle obtient une bourse d'Art monumental et commence une collaboration avec les architectes, notamment Antoine Stinco.

De 1975 à 1977, elle voyage en Malaisie, Birmanie, Thaïlande et Indonésie et commence les Brûlages et Dessins d'ombre (jusqu'en 1995). Elle travaille sur l'apparition du dessin par frottement à la mine de plomb sur différents types de papier. Après la découverte de Seurat, elle délaisse la sculpture pour la peinture. La découverte du point devient source de son travail. Sur les murs de la ville ou sur la toile, elle explore cette « mise au point ».

Elle développe à partir de 1980 et jusqu'en 1989 les Tramaturgies, processus d'effacement du contenu iconique de certains modèles picturaux célèbres (Léonard de Vinci, Michel-Ange, École de Fontainebleau) par superposition de trames et d'incisions. Elle se lie d'amitié avec le sculpteur Claude de Soria.

De 1984 à 1990, elle commence la série Blancs volants, ainsi intitulée d'après le mot du poète Shitao. Elle produit un jeu sur l'endroit et l'envers, série qui introduit à la réalisation du Grand livre des Pas, un environnement spatial pour l'École de Danse de l'Opéra de Paris (Architecte : Christian de Portzamparc) à Nanterre. De 1990 à 2000, elle travaille sur des empreintes et explore le thème de la matérialité de la peinture sur différents supports papier tels que papier japon, toile de tarlatane et intissé.

De 1992 à 1994, elle dirige l'atelier d'art monumental à l'École Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris et est nommée professeure titulaire des Écoles d'Architecture en Art et Représentation. Elle rencontre François Morellet à New York à l'occasion de leurs deux expositions aux services culturels de l'Ambassade de France.

De 1997 à 2001, elle produit Les Mues, une série de peintures froissées, présentées en boules au sol et des Peintures sans fin, grands rouleaux de peintures présentés de manière aléatoire dans l'espace. Elle rejette ainsi la traditionnelle position verticale de l'œuvre et recherche de nouveaux modes de présentation.

Expositions personnelles récentes[modifier | modifier le code]

  • 1994
    • Orients, Musée du Donjon, Niort ; galerie Landon, New York ;
    • Parution de Lux aux éditions Voix ; exposition à cette occasion à la galerie Mohanjeet à Paris ;
    • Otages, Ambassade de France à New York, Services culturels.
  • 1995
    • Orients, galerie Muséum Annex, Hong Kong.
    • Variations Or, galerie Romagny, Paris.
  • 1997
    • Création des livres uniques, livres d'artiste, en collaboration avec J.-L. Baudry, M. Benhamou, J.-L. Binet, M. Conil-Lacoste, M. Cournot, M. Deguy, D. Lockwood, J. de Longeville, R. Loraux, J.-F. et D. Lyotard, N. Minor, Ch. de Portzamparc, D. Probst, G. Raillard, J.-D. Rey, J.-M. Rey J. Risset, J.-L. Schefer, E.Tellerman, G. Thurnauer et C. Zins. Exposés à la galerie Romagny, Paris.
  • 2000
    • Work in process, exposition rétrospective (1980-2000) et présentation des installations ;
    • Vidéo Traces et Autoportrait, en quatre lieux, à Issy-les-Moulineaux, Espace Boullée. Musée français de la carte à jouer. Médiathèque, Centre d'Arts plastiques.
    • Les années 1990, galerie Romagny, Paris.
  • 2002
    • Le Regard et la Trace, exposition rétrospective (1975-2001), Maison des Arts de Malakoff, Musée de l'Arsenal de Soissons ; Institut Français de Barcelone, Espagne.
  • Été 2011

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Patrick Cabanel, « Béatrice Casadesus », in Patrick Cabanel et André Encrevé (dir.), Dictionnaire biographique des protestants français de 1787 à nos jours, tome 1 : A-C, Les Éditions de Paris Max Chaleil, Paris, 2015, p. 585-586 (ISBN 978-2846211901)

Liens externes[modifier | modifier le code]