Béalcourt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Béalcourt
Béalcourt
L'église.
Blason de Béalcourt
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Somme
Arrondissement Amiens
Intercommunalité CC du Territoire Nord Picardie
Maire
Mandat
Didier Septier
2020-2026
Code postal 80370
Code commune 80060
Démographie
Gentilé Béalcourtois
Population
municipale
104 hab. (2018 en diminution de 0,95 % par rapport à 2013)
Densité 29 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 12′ 18″ nord, 2° 11′ 07″ est
Altitude Min. 35 m
Max. 103 m
Superficie 3,61 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Doullens
Législatives 4e circonscription de la Somme
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Béalcourt
Géolocalisation sur la carte : Somme
Voir sur la carte topographique de la Somme
City locator 14.svg
Béalcourt
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Béalcourt
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Béalcourt

Béalcourt est une commune française située dans le département de la Somme en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Description[modifier | modifier le code]

Béalcourt est un village rural picard du Doullenais, limitrophe du Pas-de-Calais, situé à 12 km sitié dans la vallée de l'Authie, au nord-ouest de Doullens, 26 km au nord-est d'Abbeville et à 43 km au sud-ouest d'Arras.

Il est aisément accessible par le tracé initial de l'ancienne RN 338 (actuelle RD 938).

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le territoire communal est limité au nord par le cours de l'Authie, un fleuve côtier des Hauts-de-France.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Béalcourt est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3]. La commune est en outre hors attraction des villes[4],[5].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (100 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (100,1 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (55,8 %), zones agricoles hétérogènes (30,5 %), prairies (13,7 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[7].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Béalcurii est nommé en 1140.

Étymologiquement, le nom du village signifierait : propriété de Béal[8].

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs

La commune se trouve depuis 1926 dans l'arrondissement d'Amiens du département de la Somme.

Elle faisait partie depuis 1793 du canton de Bernaville[9]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, cette circonscription administrative territoriale a disparu, et le canton n'est plus qu'une circonscription électorale.

Rattachements électoraux

Pour les élections départementales, la commune fait partie depuis 2014 du canton de Doullens

Pour l'élection des députés, elle fait partie de la quatrième circonscription de la Somme.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Béalcourt était membre de la communauté de communes du Bernavillois, un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé fin 1999 et auquel la commune avait transféré un certain nombre de ses compétences, dans les conditions déterminées par le code général des collectivités territoriales.

Dans le cadre des dispositions de la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République du 7 août 2015, qui prévoit que les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre doivent avoir un minimum de 15 000 habitants,, cette intercommunalité a fusionné avec ses voisines pour former, le , la communauté de communes du Territoire Nord Picardie dont est désormais membre la commune.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1912 1942 Adéodat Ravaux    
1942 1945 Hippolyte Ravaux    
1945 1977 René Eloi    
1977 2001 Gérard Joly    
mars 2001 2008 Claude Raffiot    
mars 2008[10] En cours
(au 2 décembre 2020)
Didier Septier   Réélu pour le mandat 2020-2026[11],[12]

Politique de développement durable[modifier | modifier le code]

Afin de lutter contre les inondations, l'intercommunalité a fait planter des haies et des fascines, qui réduisent le ruissellement pluvial, dans diverses communes, dont Béalcourt[13].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[14]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[15].

En 2018, la commune comptait 104 habitants[Note 2], en diminution de 0,95 % par rapport à 2013 (Somme : −0,18 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
293332314335375373351357341
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
337323306264250216209193195
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
193195184153151151161159179
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
173143138135115105101100100
2017 2018 - - - - - - -
104104-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[16].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Un regroupement pédagogique concentré (RPC) est mis en place à l'école des Fontaines bleues de Mézerolles depuis 2005. Il associe les communes de Remaisnil, Heuzecourt, Barly, Outrebois, Occoches, Boisbergues, Le Meillard, Béalcourt et Frohen-sur-Authie. Une salle multi-activités est inaugurée en septembre 2019. La communauté de communes gère la compétence scolaire[17].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

En 1507, le fief de Béallières appartenait à Lancelot de Prouville[8].

Béalcourt dans les arts[modifier | modifier le code]

Le 21 août 2014, l'église de Mons-Béalcourt, a servi de lieu de tournage pour quelques scènes de Road-Games, un long-métrage franco-britannique réalisé par Abner Pastoll et produit par Guillaume Benski, côté français[21].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Béalcourt Blason
Écartelé : aux 1er et 4e de sable à six billettes d'or ordonnées en orle, trois en chef senestre et trois en pointe dextre, aux 2e et 3e d'azur à deux bandes d'or ; à la croix en filet de gueules brochant sur la partition ; à la cotice d'or brochant sur le tout.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.
Alias
Alias du blason de Béalcourt
D'argent à la fasce de gueules chargée de trois fermaux d'or.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • « Béalcourt », Ma commune, Ministère de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales (consulté le 11 avril 2021).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 4 avril 2021).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 4 avril 2021).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 4 avril 2021).
  4. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 4 avril 2021).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 4 avril 2021).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 22 mai 2021)
  7. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 22 mai 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  8. a et b http://www.alainmoules.com/BEALCOURT/bealcourt.htm
  9. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. « Liste des maires de la Somme », sur http://www.somme.pref.gouv.fr, (consulté le 14 juillet 2008).
  11. Réélu pour le mandat 2014-2020 : « Liste des maires de la Somme » [PDF], Liste des élus du département de la Somme, Préfecture de la Somme, (consulté le 9 juin 2014).
  12. « Répertoire national des maires » [txt], Répertoire national des élus, sur https://www.data.gouv.fr, (consulté le 29 mars 2021).
  13. Thierry Griois, « Des travaux contre les inondations dans le territoire Nord Picardie : La collectivité avance sur la réalisation d’ouvrages anti-ruissellement et érosion », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne, consulté le 15 avril 2021).
  14. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  15. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  16. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  17. « Le regroupement pédagogique équipé d'une salle multi-activités », Courrier picard,‎ , D (lire en ligne).
  18. http://fr.geoview.info/f80_bealcourt_vestige_du_dolmen_de_valibeau,69081888p.
  19. « Clocher d'une église de France : INSEE 80060 - Béalcourt ».
  20. Notice no PA00116088, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  21. Florian Pottiez, Le Courrier picard, édition d'Abbeville, 21 août 2014, p.6.