Bärschwil

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Bärschwil
Blason de Bärschwil
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Drapeau du canton de Soleure Soleure
District Thierstein
Communes limitrophes Grindel, Montsevelier (JU), Corban (JU), Courchapoix (JU), Vicques (JU), Courroux (JU), Liesberg (BL), Laufon (BL)
NPA 4252
No OFS 2611
Démographie
Population
permanente
803 hab. (31 décembre 2020)
Densité 72 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 23′ 00″ nord, 7° 28′ 25″ est
Altitude 466 m
Superficie 11,22 km2
Divers
Langue Allemand
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Suisse
Voir sur la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Bärschwil
Géolocalisation sur la carte : Suisse
Voir sur la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Bärschwil
Géolocalisation sur la carte : canton de Soleure
Voir sur la carte administrative du canton de Soleure
City locator 14.svg
Bärschwil
Liens
Site web www.baerschwil.ch
Sources
Référence population suisse[1]
Référence superficie suisse[2]

Bärschwil, appelée jadis en français Bermevelier, est une commune suisse du canton de Soleure, située dans le district de Thierstein.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune comprend le village de Bärschwil, dans une vallée latérale de la Birse, le hameau de Wiler et la Schmelzi sur la Birse[3].

Population[modifier | modifier le code]

Surnom[modifier | modifier le code]

Les habitants de la commune sont surnommés d'Schnitz, ce qui évoque en suisse allemand les tranches de pommes ou de poires séchées qui étaient envoyées aux soldats mobilisés pendant la Première Guerre mondiale[4].

Démographie[modifier | modifier le code]

La commune compte 438 habitants en 1739, 452 en 1800, 656 en 1850, 687 en 1900, 964 en 1950 et 872 en 2000[3].

Économie[modifier | modifier le code]

En 1980, le secteur primaire offrait 27 % des emplois, le secondaire 36 %[3].

En 1980, 68 % de la population active travaillait à l'extérieur de la commune[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Jusqu'en 1527, la commune fait partie de l'Évêché de Bâle[3]. La crosse épiscopale rouge de ses armoiries le rappelle.

En 1875, une gare de la ligne Bâle-Delémont, seule station CFF du district, fut construite à la Schmelzi[3].

Le grand restaurant du Bad (territoire soleurois) abrita des séances du Comité séparatiste jurassien de 1917, avec notamment Alfred Ribeaud (Porrentruy) ou Adolf Walter (Roggenbourg)[réf. nécessaire].

Vue aérienne de 3000 m par Walter Mittelholzer (1923).

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Bilan démographique selon le niveau géographique institutionnel », sur Office fédéral de la statistique (consulté le ).
  2. « Portraits régionaux 2021: chiffres-clés de toutes les communes », sur Office fédéral de la statistique (consulté le ).
  3. a b c d e et f Lukas Schenker (trad. Ursula Gaillard), « Bärschwil » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne, version du .
  4. Paul Fehlmann, Ethniques, surnoms et sobriquets des villes et villages en Suisse romande, Haute-Savoie et alentour, dans la vallée d'Aoste et au Tessin, Genève, Jullien, , 274 p. (ISBN 2-88412-000-9), p. 11

Personnalité[modifier | modifier le code]

  • Amanz Gressly (1814–1865), géologue du Jura et paléontologue.

Liens externes[modifier | modifier le code]