Azzo VI d'Este

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Azzo VI d'Este
Image illustrative de l'article Azzo VI d'Este

Surnom Arco
Naissance 1170
Ferrare
Décès novembre 1212 (à 42 ans)
Vérone
Allégeance Flag of the Papal States (pre 1808).svg États pontificaux
Grade condottiere
Commandement chef des Guelfes de la Vénétie
Distinctions podestat, comte de Rovigo
Autres fonctions marquis d’Este et de Ferrare
Famille Maison d'Este

Emblème

Azzo VI d'Este (dit Azzolino) (né vers 1170, mort en novembre 1212), fils d'Azzo V d'Este et petit-fils d'Obizzo I d'Este, est un membre de la Maison d'Este, influente famille nobiliaire active dans le nord de l'Italie. Très implanté dans la marche de Trévise, à Vérone, à Padoue et à Ferrare, il consolide et développe le pouvoir et les possessions de ses prédécesseurs, ouvrant la voie à une dynastie qui jouera un rôle central dans les équilibres politiques de l'Italie du nord dans les siècles suivants.

Arrivée au pouvoir[modifier | modifier le code]

Bénéficiant du prestige déjà très important de la maison d'Este, Azzolino fait son apparition sur la scène politique en 1195, après la mort de son grand-père Obizzo I. Dès cette année, il figure, comme témoin, sur des documents impériaux. En 1196, il est podestat de Ferrare, et de Padoue en 1199[1].

Luttes d'influence[modifier | modifier le code]

Son grand-père, Obizzo I, avait recueilli l'héritage des Adelardi, faction ferraraise opposée aux Torelli. Après une période de proximité entre les deux familles, les premiers affrontements ont lieu en 1205 : Azzolino est alors podestat de Ferrare et il fait détruire, pour une raison inconnue, le château que possèdent les Torelli à Fratta sur le Pô. En 1206, le parti de Bonifacio di San Bonifacio, comte de Vérone, chassent les Montecchi et élisent Azzolino podestat. Les exilés, alliés à Ezzelino da Romano, se vengent en chassant Azzolino de Vérone en juin 1207[2]. Ayant formé une alliance avec les San Bonifacio et Mantoue, Azzolino reprend Vérone et fait prisonnier Ezzelino. À partir de ce moment et jusqu'à leurs morts, Azzolino et les San Bonifacio exercent le pouvoir à Vérone.

En 1207-1208, puis à nouveau en 1210-1211 Azzolino est podestat de Mantoue. En 1208, alors que les Salinguerra se rangent du côté d'Ezzelino, Azzolino les fait chasser de Ferrare et se fait élire podestat de la cité. La même année, allié à Crémone, Azzolino se porte au secours de Crémone et de Mantoue, mais les Salinguerra profitent de son absence pour rentrer à Ferrare.

Les relations avec l'Empire[modifier | modifier le code]

L'arrivée dans la péninsule de l'empereur Othon IV, parent proche de la maison d'Este, calme momentanément les tensions et les ennemis d'hier, Salinguerra, Este et Ezzelino Da Romano font ensemble cortège à l'empereur lors de son voyage vers la Toscane et l'Ombrie (1209-1210). Othon, pressé de suppliques par les deux parties, finit par confirmer à Azzolino la possession de la marche d'Ancône, qui lui avait été concédée par le pape Innocent III en 1208. Les hostilités reprennent quand le pape excommunie Othon (1211). Azzolino, qui est alors podestat de Ferrare et de Mantoue, prend le parti papal[3] et, aidé par les Crémonais, chasse de Vérone les Salinguerra et le vicaire impérial. Pour renforcer sa position, le Pape l'autorise à bâtir un château à Ferrare et lui fait donner la forteresse d'Argenta.

Mariages et descendance[modifier | modifier le code]

Le sarcophage contenant les restes de Azzo VI d'Este et de son épouse Alix de Châtillon sur la place à Badia Polesine.

Azzolino d'Este se serait marié trois fois. Sa première épouse appartient à la lignée comtale des Aldobrandini, et lui donne un fils, Aldobrandino. Il épouse ensuite, en seconde noces, Sofia, fille d'Humbert III comte de Savoie, qui lui donne une fille, Béatrice[4]. Sa troisième épouse est Alix de Châtillon (Alisia)[5], fille de Renaud d'Antioche, qui lui donne Azzo et Costanza, et allie la famille D'Este aux grandes familles de l'Europe médiévale.

En novembre 1212, Azzolino décède brutalement. Son testament nomme pour héritiers ses fils Aldobrandino et Azzo[6].

Il est enterré, comme ses prédécesseurs, au monastère de la Vangadizza (Badia Polesine) [7].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • G. Falletti. Genealogia dei principi Estensi. 1581, Francoforte;
  • Facchini Guido Angelo. La storia di Ferrara illustrata nei fatti e nei documenti. Istituto di Cultura Fascista, 1933, Ferrara
  • A. Antolini. Il dominio estense in Ferrara. L'acquisto. 1896, Ferrara.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Dans les communes du nord de l'Italie, l'administration est alors confiée à des podestats désignés, ou élus, par les différents corps de ville. Ils sont systématiquement choisis en-dehors de la cité, pour garantir leur impartialité, et effectuent des mandats courts. Certains en font leur profession et deviennent podestats itinérants.
  2. Il manque de peu d'être occis.
  3. Des différends successoraux expliquent en partie ce revirement. Bonifacio d'Este, oncle d'Azzolino, mais beaucoup plus jeune que lui, estimant que son parent avait profité de sa jeunesse pour capter sa part d'héritage, s'en était plaint à l'Empereur, qui lui avait donné raison. Quelques mois après cet arbitrage, en avril 1212, Azzolino rencontre à Rome Frédéric II de Souabe, rival d'Othon IV, et négocie avec lui le passage à travers ses territoires, allant même jusqu'à l'escorter dans son voyage vers l'Allemagne.
  4. Louée pour sa beauté, elle fonde une communauté religieuse à Solarola, près de Padoue, où elle meurt en odeur de sainteté.
  5. Il l'épouse en 1204.
  6. Ses filles reçoivent d'importantes donations.
  7. Trevor Dean. Azzo d'Este, in Dizionario Biografico degli Italiani. Treccani. Volume 43, 1993.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]