Azy-le-Vif

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d’aide sur l’homonymie Pour les articles homonymes, voir Azy.

Azy-le-Vif
Azy-le-Vif
Le bourg.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Nièvre
Arrondissement Nevers
Canton Saint-Pierre-le-Moûtier
Intercommunalité Communauté de communes du Nivernais Bourbonnais
Maire
Mandat
Didier Renard
2014-2020
Code postal 58240
Code commune 58021
Démographie
Population
municipale
206 hab. (2017 en diminution de 6,79 % par rapport à 2012)
Densité 4,4 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 47′ 11″ nord, 3° 13′ 49″ est
Altitude Min. 193 m
Max. 256 m
Superficie 46,9 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Azy-le-Vif
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Azy-le-Vif

Azy-le-Vif est une commune française située dans le département de la Nièvre, en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Saint-Parize-le-Châtel Luthenay-Uxeloup Rose des vents
Saint-Pierre-le-Moûtier N Neuville-lès-Decize
O    Azy-le-Vif    E
S
Chantenay-Saint-Imbert Toury-sur-Jour

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1161, Bernard de Saint-Saulge, évêque de Nevers, cite l'église de « Azeiaco » (Azy-le-Vif), comme dépendant de l'abbaye de Saint-Martin d'Autun[1]. En 1164, le pape Alexandre III, alors réfugié en France, confirme par une bulle la possession de la cure au bénéfice de cette abbaye[2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008 2014 Jean-Luc Lorbat    
mars 2014 En cours Didier Renard SE Retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[4].

En 2017, la commune comptait 206 habitants[Note 1], en diminution de 6,79 % par rapport à 2012 (Nièvre : -4,43 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
590470543642750740730770805
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
810884870848908860978833769
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
770726650550529502464470402
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
397332253256227227226226226
2013 2017 - - - - - - -
217206-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6]. |recens-prem=2008 |nom.)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Haut fourneau de Parenche. Ancienne usine métallurgique des XVIIIe siècle et XIXe siècle. Elle est occupée aujourd'hui par une ferme[7].
  • Enceinte des Bruyères-Barbier[8], dans la forêt de Chabet, à proximité de la route qui mène d'Azy-le-Vif à Saint-Pierre-le-Moûtier. Elle est signalée comme « oppidum » sur les cartes IGN, et comme « camp romain » sur le site de l'Office de Tourisme de Saint-Pierre Magny-Cours. La plate-forme est de forme ovale et mesure 65 mètres de long et 54 mètres de large à sa base. Elle est entourée par un premier fossé large de 15 mètres et profond de 8, puis par un talus haut de 1 mètre, et enfin par un second fossé large de 8 mètres et profond de 1 à 2 mètres par rapport au niveau du sol environnant. À l'intérieur, la plate-forme est bordée par un talus qui supportait vraisemblablement la palissade. On peut imaginer que cette plate-forme était occupée par la résidence d'un seigneur dont les archives ne nous ont laissé aucune trace.
L'enceinte fortifiée.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Charte n° XVII du Cartulaire de l'Abbaye de Saint-Martin d'Autun
  2. Cartulaire de l'Abbaye de Saint-Martin d'Autun, Charte n° XVIII.
  3. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  7. Notice no IA58000621, base Mérimée, ministère français de la Culture
  8. Catalogue d'exposition 30 ans d'archéologie dans la Nièvre : expositions, Coulanges-les-Nevers, Conservation départementale des musées de la Nièvre, , 233 p. (ISBN 2-9510069-0-X)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :