Azuré des géraniums

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Aricia nicias

L’Azuré des géraniums (Aricia nicias) est une espèce de lépidoptères de la famille des Lycaenidae et de la sous-famille des Polyommatinae.

Systématique[modifier | modifier le code]

L’espèce Aricia nicias a été décrite par l'entomologiste allemand Johann Wilhelm Meigen en 1829, sous le nom initial de Polyommatus nicias[1],[2].

Synonymes[2],[3] :

  • Polyommatus nicias Meigen, 1829protonyme
  • Argus donzelii Boisduval, 1832
  • Plebeius nicias (Meigen, 1829)
  • Pseudoaricia nicias (Meigen, 1829)

Liste des sous-espèces[modifier | modifier le code]

Selon Funet[2] :

  • Aricia nicias nicias (Meigen, 1829)
  • Aricia nicias bittis Fruhstorfer, 1915Oural, Altai, Sayan
  • Aricia nicias borsippa Fruhstorfer, 1915Transbaïkalie
  • Aricia nicias caerulea (Dannehl, 1925)Tyrol du Sud
  • Aricia nicias scandicus Wahlgren, 1930Suède
  • Aricia nicias agraphomena Verity, 1946Italie
  • Aricia nicias ferenigra Verity, 1946Italie
  • Aricia nicias judithi (Gómez Bustillo, 1978)Espagne
  • Aricia nicias kolosovi Korshunov, 1995Oural, Ouest de la Sibérie

Noms vernaculaires[modifier | modifier le code]

  • en français : l’Azuré des géraniums, l’Argus des géraniums[4]
  • en anglais : Silvery Argus
  • en néerlandais : zilverbruin blauwtj
  • en espagnol : Borde Amplio

Description[modifier | modifier le code]

C'est un petit papillon qui présente un grand dimorphisme sexuel : le dessus du mâle est bleu clair largement bordé de marron, celui de la femelle est marron. Ils ont tous deux une frange blanche.

Le revers est beige très peu suffusé de bleu chez le mâle, les ailes antérieures sont ornées d'une ligne de points noirs et les postérieures d'une ligne sub-marginale de points blancs.

Les mâles de la sous-espèce Aricia nicias scandica sont d'un bleu pâle vif parfois verdâtre bordé de gris.

Biologie[modifier | modifier le code]

Période de vol et hivernation[modifier | modifier le code]

Il vole en une génération de juillet à septembre selon l'altitude.

Il hiverne à l'état de chenille. Les chenilles sont soignées par les fourmis[5].

Plantes hôtes[modifier | modifier le code]

Ses plantes hôtes sont des Geranium, Geranium sylvaticum et Geranium pratense.

Écologie et distribution[modifier | modifier le code]

Il est présent en Europe dans les Pyrénées, les Alpes, et en Scandinavie, ainsi qu'en Sibérie et en Mongolie.

En France métropolitaine il est présent dans deux départements, les Pyrénées-Orientales et le Puy-de-Dôme[6].

Biotope[modifier | modifier le code]

Il affectionne les lisières des prairies sub-alpines au-dessus de 900 m d'altitude[5].

Protection[modifier | modifier le code]

Pas de statut de protection particulier.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Syst. Beschr. eur. Schmett. 2: 10, pl. 45, f. 3A-B
  2. a b et c (en) Funet.
  3. INPN — taxonomie.
  4. INPN, consulté le 18 mars 2018
  5. a et b (Tolman et Lewington 1997)
  6. INPN répartition

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Tom Tolman et Richard Lewington, Guide des papillons d'Europe et d'Afrique du Nord, Delachaux et Niestlé, (ISBN 978-2-603-01649-7)