Azawakh

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Azawak.

Azawakh
image illustrative de l’article Azawakh
Caractéristiques
Taille M 64-74 cm, F 60-70 cm

grand, élancé et longiligne

Poids M 20-25 kg, F 15-20 kg
Poil Ras, fin
Robe Toutes nuances de fauve, balzane aux membres, plastron blanc, pinceau blanc en bout de queue.
Tête Fine, carré
Yeux En amande, assez grands, foncés ou ambrés
Oreilles Attachées haut, fines, tombantes
Queue Longue, mince, effilée
Caractère Vif, attentif, distant, voire très méfiant avec les étrangers, fort caractère. Indépendant et assez désobéissant, il est nécessaire de bien le cadrer dès son plus jeune âge. Cependant il est très attaché à ses maîtres et se montre débordant d'affection avec ceux qu'il connaît bien. Il aime les caresses et plus que tout jouer avec d'autres chiens.
Nomenclature FCI
  • groupe 10
    • section 3
      • no 307

L'Azawakh est un lévrier originaire d'une région sahélienne qui va du Mali, au Niger et au Burkina Faso. Il tire son nom de la vallée de l'Azawakh, près du plateau central du Niger et de la frontière du Mali. On l'appelle aussi Lévrier Touareg, Sloughi Touareg, ou encore Lévrier du Sud saharien.

Histoire[modifier | modifier le code]

En octobre 1967, Gervais Coppé[1] découvre ce chien à Gao (Mali) et fait venir un couple (Réhéouel et Reylane) des campements touaregs de la vallée de l'Azawakh (Est de Ménaka). Il le rapatrie en France en juillet 1968 avec ses maîtres et les installe au pied du château de Pierrefonds (Oise). La naissance de la première portée de ce couple à Pierrefonds se produit en décembre 1968 suivi de la diffusion de la race en France et en Europe. Considérée comme Sloughi, cette race a été reconnue par la Fédération cynologique internationale en 1981 (qui publie un standard en 1982) sous le nom de Lévrier de l'Azawakh (Oska en langue touarègue).

À l'origine, ce lévrier était utilisé pour la chasse, sa rapidité convenant très bien à la poursuite des antilopes et à la capture des oiseaux au vol. Sa beauté en faisait également un animal d'apparat et de compagnie.

Le nom « azawakh » est à rapprocher du terme « azuwakh » pour signifier textuellement dans la langue kabyle (berbère) : « un arrogant ».

L'Azawakh est un lévrier d'origine africaine, utilisé par les tribus nomades du sud du Sahara comme un chien de chasse. Une superbe scène de chasse traditionnelle dans les dunes, filmée par Raymond Depardon, est visible dans Journal de France.

Caractère[modifier | modifier le code]

Vif et attentif, c'est un animal qui peut se montrer un peu distant, surtout avec les étrangers. Il recherche peu les caresses. Doux et sensible, il nécessite un dressage patient, à commencer dès son plus jeune âge. Ce chien est aussi un chasseur rustique, vif et résistant. Vigilant et farouche, c'est un bon gardien. Il a aussi un caractère décidé.

Si vous voulez lui faire plaisir vous pouvez l'amener aux entrainements de la poursuite à vue sur leurre (Coursing, PVL).

Soins[modifier | modifier le code]

Courses d'Azawakh

On ne lui connaît pas de problème de santé particulier.

Son poil très fin nécessite un bon brossage hebdomadaire.

C'est un chien taillé pour la course qui a donc un besoin d'espace et de beaucoup d'exercice.

Vitesse de pointe[modifier | modifier le code]

Il peut faire des pointes de 70 km/h, mais sur une courte distance d'environ 300 mètres.

Photos[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Sport[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Né en septembre 1946 à Rémy (Oise), après une licence de sociologie et une maîtrise d'ethnologie (Paris 8), il soutient une thèse d'ethnologie sur l'acculturation d'un groupe Songhaï. Il obtient également un diplôme de langue et civilisation peules (INALCO). Il séjourne au Sahel (Mali et Niger) au gré des missions de 1967 à 1987 puis de missions de consultant pour des ONG. Lors de son dernier poste au Mali (1983-87), il est conseiller du directeur national de l'élevage avec également une mission au Nord-Mali (Tessalit) sur la relance de l'économie d'oasis. Il est l'auteur de trois films : Quel avenir pour les nomades sinistrés (1986, 110'), Le lévrier de l'Azawakh (2006, 33') et L'économie d'oasis (2007, 34'). Gervais Coppé est propriétaire du château de La Coste à Grézels (Lot) depuis 1983.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :