Aysel Tuğluk

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la Turquie
Cet article est une ébauche concernant la Turquie.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Aysel Tuğluk, née le à Elâzığ, en Turquie, est une femme politique turque d'origine kurde, ancienne députée de la circonscription de Diyarbakir.

Biographie[modifier | modifier le code]

Avocate de formation, elle est membre et ex-présidente du Parti pour une société démocratique (Demokratik Toplum Partisi en turc) la principale formation pro-kurde de Turquie. Elle est l'une des 21 membres du DTP élus à l'Assemblée nationale turque lors des dernières législatives de juillet 2007.

En février 2009, un tribunal de Diyarbakir l'a condamnée à un an et demi de prison pour « propagande » de la rébellion kurde et du Parti des travailleurs du Kurdistan, mais elle n'ira pas immédiatement en prison à cause de son immunité parlementaire. Son dossier sera déféré devant la Cour de cassation qui pourra dans les mois à venir demander au Parlement d'Ankara de lever par un vote son immunité parlementaire[1]. Le 27 octobre 2009, elle est de nouveau condamnée à un an et demi d'emprisonnement[2].

Le , malgré les inquiétudes exprimées par l'Union européenne[3], la Cour constitutionnelle turque dissout le Parti pour une société démocratique, soupçonné d'entretenir des liens avec le PKK[4], et prononce la confiscation de tous ses biens et bannit de la vie politique, pour une durée de cinq ans, trente-sept des cadres du parti dont son président Ahmet Türk et la députée Aysel Tuğluk (qui se voient également privés de leur immunité parlementaire[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le Figaro.fr, Turquie: une députée kurde condamnée
  2. http://ovipot.blogspot.com/2009/11/les-prochaines-echeances-de-louverture.html
  3. AFP, « Parti turc interdit: l'UE s'inquiète », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  4. AFP, « La cour constitutionnelle turque dissout le principal parti pro-kurde », Le Monde,‎ (consulté le 11 décembre 2009)
  5. http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5h9jhE9Yfzk1FGN_f227yACkfaLqw