Aymé Kunc

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Aymé et Kunc.
Aymé Kunc
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 81 ans)
ToulouseVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Père
Autres informations
Mouvement
Distinction

Aymé Kunc (Toulouse, le - Toulouse, le [1]) est un compositeur français, directeur du conservatoire de musique de Toulouse de 1914 à 1944. Il est un des fils d'Aloys Kunc, également musicien toulousain.

Parcours[modifier | modifier le code]

Représentation des Esclaves à Béziers (1911).

Aymé Kunc est fils d'Aloys Kunc et frère cadet de Pierre Kunc. En 1902, il remporte le premier Grand prix de Rome devant Maurice Ravel[2]. Le 27 août 1911, Les Esclaves, tragédie de Louis Payen dont il composa la musique est créé au Théâtre des Arènes, à Béziers (deuxième représentation le 30 août).

Chef d'orchestre du théâtre Apollo à Paris (1907), il prend ensuite la direction du conservatoire de musique de Toulouse (1914), qu'il dirigera pendant trente ans[1].

Depuis 1996, l'Association Aymé-Kunc enregistre les œuvres de ce compositeur qui était tombé dans l'oubli, et notamment sa Messe de Sainte-Cécile (1999).

Œuvres[modifier | modifier le code]

Musique de chambre[modifier | modifier le code]

  • Sonate pour violon et piano
  • Fantaisie en forme de danse, pour violon et piano
  • Pastorale, pour violon et piano
  • Suite symphonique pour deux violoncelles et piano
  • Suite pour flûte, violoncelle et piano
  • Trio pour violon, violoncelle et piano
  • Quatuor avec piano
  • Quatuor à cordes n°1 (1946)
  • Quatuor à cordes n°2 (1948)
  • Pièces brèves pour quatuor
  • Petite Suite pour quintette à vent
  • Quintette pour quintette à vent (1954)
  • Scherzetto pour quintette à vent
  • Asturiana pour quintette à vent

Œuvres pour clavier[modifier | modifier le code]

Œuvres pour piano
  • Scherzetto
  • Simples chansons
Œuvres pour orgue
  • Scherzetto
  • Fantaisie symphonique

Œuvres pour orchestre[modifier | modifier le code]

  • Ouverture de fête (1904-07)
  • Suite dramatique (1904-07)
  • Feuillets d’album
  • Quatre Esquisses méditerranéennes (1949)
  • Cloches d'Automne pour orchestre
  • Prélude et final
  • Fantaisie pour piano et orchestre (1904-07)
  • Pensée musicale pour harpe et orchestre (1916)
  • Quatre Pièces pour flûte et orchestre
  • Pastorales pour violon et orchestre (1919) [écouter en ligne]
  • Légende pour alto et orchestre (1931)
  • Poème pour violoncelle et orchestre (1943)
  • Nocturne pour cor et orchestre

Musique vocale[modifier | modifier le code]

Mélodies avec piano
  • Apaisement
  • Je ne sais pas de fleur
  • Printemps
  • Soleil d’automne
  • Le Voyage
Chœurs a cappella ou avec piano ou petit ensemble
  • Le Bohémien (avec violon)
  • Chanson pastorale (avec piano)
  • Deux Chants folkloriques
  • Chants populaires languedociens
  • Je ne veux plus chanter
  • Noël de la libération
  • Le Plus doux chant
Cantates
  • Cantate pour le couronnement de Dante (1921)
  • Hymne des ailes
Motets et œuvres sacrées
  • Ave Maria I
  • Ave Maria II
  • Ave Maria III
  • Ave verum I, pour soprano ou ténor solo et chœur à voix égales (ad libitum) avec accompagnement d'orgue (et harpe ad libitum), dédié à Eugène Gigout. Paris, Victor Sicard, ca1924?, V.S.134bis.
  • Ave verum II
  • Messe de Sainte Cécile (1923)
  • Psaume CXLVII

Musique pour la scène[modifier | modifier le code]

Ballets
  • Les Armes de Vulcain
  • Les dieux morts
  • Pastorale antique
Opéra
  • Les Esclaves (1911)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Marc Honegger, Dictionnaire de la musique : Tome 1, Les Hommes et leurs œuvres. A-K, Bordas, , 1232 p. (ISBN 2-0401-0721-5), p. 596
  2. Catherine Kauffman-Saint-Martin, in Le dictionnaire de Toulouse, Nouvelles Ed. Loubatières 2004

Liens externes[modifier | modifier le code]