Axelle Jah Njiké

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Axelle Jah Njiké
Axelle Jah Njiké.jpg
Biographie
Naissance
Nationalités

Axelle Jah Njiké, née en 1972[1], est une autrice afropéenne d'origine camerounaise, podcastrice et chroniqueuse féministe païenne.

Elle a créé en 2015 le site Parlons plaisir féminin puis en 2018 le podcast inclusif Me My Sexe and I[2] consacré à l’intimité de femmes noires. À l’automne 2020, son deuxième podcast, La fille sur le canapé, consacré aux violences sexuelles intrafamiliales sur les enfants, dans l'enfance ou la jeunesse, au sein des communautés noires, donne la parole à des survivantes et des expertes. Au printemps 2021, son troisième podcast, la série documentaire Je suis noire et je n'aime pas Beyoncé, consacré aux féminismes noirs francophones des années soixante à nos jours, fait d’elle la première productrice afropéenne de La Série Documentaire sur l'antenne de France Culture.

Axelle Jah Njiké milite en faveur de l'abolition des mutilations sexuelles, « infligées aux femmes en raison de leur sexe »[3] et est depuis 2014 administratrice bénévole au sein de la Fédération GAMS.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance, formation et débuts[modifier | modifier le code]

Axelle Jah Njiké est née au Cameroun et vit à Paris depuis son enfance.

Parcours et carrière[modifier | modifier le code]

Après 15 ans de carrière dans la photo et la publicité en qualité d’Entremetteuse de Talent(s) ©, elle crée en 2009 le blog Si Paris était une Femme ©, illustrant la diversité DES Parisiennes de naissance ou d’adoption, avec la volonté de dépoussiérer le cliché monochrome de LA Parisienne.

En 2015, à la suite de sa contribution au recueil collectif de nouvelles érotiques Volcaniques - Une anthologie du plaisir [4] sous la direction de Léonora Miano, elle crée le site Parlons plaisir féminin dédié à la littérature sexuellement explicite au féminin, reflet d’un combat personnel au droit à lire, écrire, choisir… et jouir ! pour toutes. Premier ouvrage collectif consacré au plaisir féminin vu par douze femmes, autrices des mondes Noirs, Volcaniques, une anthologie du plaisir, explore sans fard la sexualité féminine.

Axelle se définit comme « féministe païenne » et « milite pour le droit des femmes à disposer de leur sexe au sens propre comme au figuré »[5]. Passionnée de littérature, elle cite comme référence la militante afro-américaine Maya Angelou et son livre Je sais pourquoi chante l’oiseau en cage ou encore l'autrice américaine d'ouvrages érotiques Anaïs Nin, qui lui ont permis de mettre des mots sur les traumatismes liées à sa propre enfance et de se réapproprier son corps[5].

En avril 2018, elle lance le podcast bimensuel Me My Sexe and I®. Dans chaque épisode, une femme noire y est invitée pour raconter son parcours personnel et intime[6],[7].

À l’automne 2020, son deuxième podcast, La fille sur le canapé, consacré des violences sexuelles intrafamiliales sur les enfants, dans l'enfance ou la jeunesse, au sein des communautés noires, donne la parole à des survivantes et des expertes.

Au printemps 2021, son troisième podcast, la série documentaire Je suis noire et je n'aime pas Beyoncé, consacré aux féminismes noirs francophones des années soixante à nos jours, fait d’elle la première productrice afropéenne de La Série Documentaire sur l'antenne de France Culture.

Axelle est l'une des 8 contributrices de l'ouvrage collectif Nos amours radicales, paru en septembre 2021 aux éditions Les Insolentes, et elle a préfacé la réédition de l'ouvrage de Mariama Bâ Un chant écarlate, publié en février 2022 aux éditions Les Prouesses.

Chroniqueuse, elle a officié pour Le Monde Afrique et Africa N°1, et partage depuis Septembre 2021 une fois par mois dans le magazine féministe Causette, son humeur (en lien ou non avec l'actualité) dans la rubrique Lance-flammes, devenant la première chroniqueuse afropéenne d'un titre de presse féministe.

Elle a été désignée par Le Monde comme l'un des nouveaux visages du féminisme[7].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

Axelle Jah Njiké a participé à l'écriture de l'ouvrage collectif Volcaniques : Une anthologie du plaisir, publié en 2015 par la maison d'édition Mémoire d'encrier. Elle est également l'une des contributrice de l'ouvrage collectif Nos amours radicales,

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Axelle Jah Njiké, "Journal intime d'une féministe (noire)" (Au Diable Vauvert) : Sexualité enchantée », sur Livres Hebdo (consulté le )
  2. « Me My Sexe and I® », sur podcastfrance.fr (consulté le )
  3. « 3 questions à Axelle Jah Njiké | Excision, parlons-en ! », sur www.excisionparlonsen.org (consulté le )
  4. « Volcaniques. Une anthologie du plaisir », sur memoiredencrier.com (consulté le )
  5. a et b « Axelle Jah Njiké : « Je milite pour le droit des femmes à disposer de leur sexe au sens propre comme au figuré » », Into The Chic,‎ (lire en ligne, consulté le )
  6. Cheek Magazine, « Me My Sexe and I, le podcast consacré à l'intimité et la sexualité des femmes noires », ChEEk Magazine,‎ (lire en ligne, consulté le )
  7. a et b Eléa Pommiers, « Axelle Jah Njiké, le féminisme chevillé au corps », Le Monde, .

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]