Axel Voss

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Axel Voss
Illustration.
Axel Voss en 2018.
Fonctions
Député européen
En fonction depuis le
(11 ans, 11 mois et 11 jours)
Élection 7 juin 2009
Réélection 25 mai 2014
26 mai 2019
Législature 7e, 8e et 9e
Groupe politique PPE
Biographie
Date de naissance (58 ans)
Lieu de naissance Hamelin (Allemagne de l'Ouest)
Nationalité Allemande
Parti politique CDU
Diplômé de Université de Trèves
Université de Munich
Université de Fribourg-en-Brisgau

Axel Voss (né le à Hamelin) est un avocat allemand et un homme politique de l'Union chrétienne-démocrate d'Allemagne[1]. Il est député européen depuis 2009 et est devenu coordinateur du groupe du Parti populaire européen au sein de la commission des affaires juridiques en 2017[2]. Son travail parlementaire se concentre sur les questions numériques et juridiques.

Vie, éducation et début de carrière[modifier | modifier le code]

Voss est évangélique-luthérien, marié et père de deux filles[3]. De 1983 à 1990, il a étudié le droit dans les universités de Trèves, Munich et Fribourg pour se spécialiser dans le droit européen et international. Il a également etudié à l’école des langues à Paris. Il a ensuite obtenu le premier Staatsexamen en 1990[4]. Après avoir fait deux stages, l’un dans le Département de la coopération technique pour le développement des Nations unies à New York l’autre à la Cour de cassation de Coblence, il a obtenu son deuxième Staatsexamen. En 1994 il a commencé à travailler comme avocat[3]. La même année, Voss est devenu le conseiller des citoyens de la Commission européenne à la représentation régionale de la Commission Européenne à Bonn[2]. De 2000 à 2008, il a enseigné les affaires européennes à l’université RheinAhr de Remagen[4].

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Voss a rejoint la CDU allemande en 1996 et a présidé l'affiliation de Bonn de 2004 à 2009. Depuis 2011, il est le président de la CDU dans la région Mittelrhein[5]. Depuis les élections européennes de 2009, Voss est également député européen pour cette circonscription (qui comprend Bonn, Cologne, Leverkusen, Rhein-Sieg- et Rhein-Erft-Kreis)[3],[6]. Au cours de sa troisième législature, de 2019 à 2024, il est membre de la commission des affaires juridiques (JURI), membre adjoint de la commission des libertés civiles, de la justice et des affaires intérieures (LIBE), membre de la commission spéciale sur l'intelligence artificielle à l'ère numérique (AIDA), vice-président de la délégation pour l'Australie et la Nouvelle-Zélande (DANZ) et membre suppléant de la délégation pour l'Asie du Sud (DSAS)[1].

M. Voss a été rapporteur / shadow rapporteur pour le groupe de centre-droit du Parti populaire européen (PPE) sur le règlement général sur la protection des données (GDPR), le dossier passager (PNR), le règlement Eurojust, le bouclier de protection de la vie privée UE-USA, la directive sur le contenu numérique, la réforme de la législation européenne sur le droit d'auteur, le règlement "Vie privée et communications électroniques", le rapport d'initiative législative du Parlement européen sur un régime de responsabilité civile pour l'intelligence artificielle et le rapport spécial de la commission AIDA[7],[8],[9],[10].

En 2014, lorsque Edward Snowden a témoigné devant le Parlement européen, Voss a demandé que Snowden avait mis en danger la vie d'innocents et collaboré potentiellement avec des terroristes ainsi qu'avec les services de renseignement russes et chinois[11]. Cependant, Voss a également déclaré que l'accès clandestin de pays tiers aux données européennes est illégal. En tant que rapporteur, Voss était un fervent défenseur de l'article 13 de la directive européenne sur le droit d'auteur, déclarant que "cette directive est une étape importante pour corriger une situation qui a permis à quelques entreprises de gagner d'énormes sommes d'argent sans rémunérer correctement les milliers de créatifs et de journalistes dont ils dépendent"[12],[13].

Depuis l'adoption du GDPR en 2016, Voss a critiqué à plusieurs reprises le grand nombre de dérogations, l'interprétation incohérente de la loi entre les États membres et les exemptions manquantes pour les petites et moyennes entreprises, les organisations, les clubs et les sociétés ainsi que les utilisateurs privés[14],[15]. Considérant le "consentement" comme la "mort de la vie privée", Voss plaide fortement en faveur de nouvelles approches techniques pour simplifier le traitement des données (personnelles), accélérer le partage des données à travers l'Europe et permettre l'utilisation complète des technologies émergentes telles que l'IA tout en protégeant plus efficacement les données personnelles des citoyens[16]. Utilisant des arguments similaires, il rejette également la proposition de nouveau règlement sur la vie privée et les communications électroniques, d'autant plus qu'elle remplacerait partiellement les dispositions de la GDPR en tant que lex specialis. D'autres, tels que les droits numériques européens, contredisent son point de vue et mettent l'accent sur les améliorations massives pour la vie privée des citoyens européens[17].

Début 2020, les médias ont rapporté l'avertissement de Voss selon lequel l'Europe deviendrait une "colonie numérique des États-Unis ou de la Chine" si les États membres ne parvenaient pas à s'entendre sur des contre-mesures radicales et n'étaient pas disposés à étendre massivement le marché unique numérique. « L'Europe doit suivre une troisième voie de numérisation - une voie européenne - qui repose sur nos valeurs en matière de protection et de souveraineté des données", a déclaré M. Voss lors de la conférence DLD à Munich[18],[19]. Il a ensuite publié un manifeste numérique de 19 pages[20] contenant une série de propositions concrètes à l'intention des institutions européennes afin de renforcer la souveraineté numérique et la compétitivité géopolitique de l'Europe[21].

Autres activités[modifier | modifier le code]

  • Président de l'Europa-Union Deutschland de Bonn/Rhein-Sieg e.V.
  • Vice-président du groupe d'amitié Mérite Européen Allemagne e.V.
  • Sénateur de SME Europe, l'association professionnelle officielle du Parti populaire européen
  • Rotary International, membre
  • Plate-forme logistique européenne, membre du conseil consultatif[22]

Reconnaissance[modifier | modifier le code]

En 2019, M. Voss a reçu le prix du marché unique numérique lors de la remise annuelle des prix du Parlement européen par le magazine The Parliament.[23]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Axel Voss » (consulté le 26 janvier 2021)
  2. a et b « Axel Voss » (consulté le 26 janvier 2021)
  3. a b et c (de) « Wahlkreis », sur Axel Voss (consulté le 26 janvier 2021)
  4. a et b « Axel Voss: Curriculum vitae » (consulté le 26 janvier 2021)
  5. (de) « Vorstand », sur CDU Bezirksverband Mittelrhein (consulté le 26 janvier 2021)
  6. (de) « Axel Voss », sur CDU/CSU-Gruppe in der EVP-Fraktion, (consulté le 26 janvier 2021)
  7. « Rapport(s) - en tant que rapporteur | Axel VOSS | Députés | Parlement européen », sur www.europarl.europa.eu (consulté le 26 janvier 2021)
  8. « 7ème législature | Axel VOSS | Députés | Parlement européen », sur www.europarl.europa.eu (consulté le 26 janvier 2021)
  9. « 8ème législature | Axel VOSS | Députés | Parlement européen », sur www.europarl.europa.eu (consulté le 26 janvier 2021)
  10. (en) « Movers and Shakers | 2 October 2020 », sur The Parliament Magazine, (consulté le 26 janvier 2021)
  11. (en-US) « Edward Snowden's Testimony to the European Parliament on NSA Spying and its Consequences », sur Independent Science News | Food, Health and Agriculture Bioscience News, (consulté le 26 janvier 2021)
  12. « Le Parlement approuve de nouvelles règles sur le droit d’auteur sur internet | Actualité | Parlement européen », sur www.europarl.europa.eu, (consulté le 26 janvier 2021)
  13. « La directive de l’UE sur le droit d’auteur à l’heure du numérique est adoptée », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 26 janvier 2021)
  14. (de) « Neue EU-Regeln zum Datenschutz nicht überinterpretieren », sur CDU/CSU-Gruppe in der EVP-Fraktion, (consulté le 26 janvier 2021)
  15. « Ce que propose concrètement la directive européenne « copyright » », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 26 janvier 2021)
  16. « FEDMA Held a Debate on EU Digital Legislations Impact on Users and The Data-Driven Industry – Fedma », sur www.fedma.org (consulté le 26 janvier 2021)
  17. (en) European Digital Rights, « EDRi’s position on the proposal of an e-Privacy Regulation », (consulté le 26 janvier 2021)
  18. « Fallait-il aussi disrupter la démocratie ? (#DLD20) », sur Meta-media | La révolution de l'information, (consulté le 26 janvier 2021)
  19. (de) Michael Kroker, « Digitalkonferenz DLD: Auf der Suche nach dem europäischen Weg in die Digitalisierung », sur www.wiwo.de (consulté le 26 janvier 2021)
  20. (en) Axel Voss, « A manifesto for Europe’s digital sovereignty and geo-political competitiveness », (consulté le 26 janvier 2021)
  21. (en-GB) Philipp Grüll, « MEP Axel Voss publishes EU digital manifesto, warns of EU's 'digital dependency' », sur www.euractiv.com, (consulté le 26 janvier 2021)
  22. (en) « Advisory Board » (consulté le 28 janvier 2021)
  23. (en) « MEP Awards 2019: Heartfelt reactions from our winners » (consulté le 28 janvier 2021)

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]