Aviation d'affaires

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Dassault Falcon 7X
Cessna 560XL

L'aviation d'affaires désigne la branche du transport aérien consacrée au transport de passagers à la demande dans un but non touristique. Il se distingue ainsi de l'aviation civile de lignes régulières.

Ce terme s'applique aussi bien aux voyagistes spécialisés dans le transport de professionnels qu'aux constructeurs aéronautiques spécialisés dans les avions destinés à ce type de transport.

C'est un secteur économique à grand potentiel, même si la crise économique de ce début de XXIe siècle secoue fortement tous ses acteurs.

Marché[modifier | modifier le code]

Historique[modifier | modifier le code]

Lancée au milieu des années 1950, l’aviation d’affaires connaît un développement important, surtout aux États-Unis. Les distances franchissables y sont importantes et l’expansion économique impose aux hommes d’affaires de se déplacer fréquemment et rapidement. L’aviation d’affaires leur propose des avantages comme la souplesse d’exploitation ou la multiplication des aéroports utilisables.

Depuis la dérégulation du transport aérien au début des années 1980, les compagnies aériennes se livrent à une concurrence effrénée, doublée d’une course à la rentabilité. La plupart des transporteurs ont opté pour le système de « hub », ou plate-forme de correspondance, au détriment des vols directs. Pour les passagers, les temps de transport ont augmenté.

Depuis 2008, le secteur subit les effets de la crise, les consommateurs, même aisés, n'ayant plus les moyens de se permettre des avions d'affaires onéreux[1].

Exploitation[modifier | modifier le code]

Il y a plusieurs façons d'utiliser les avions d'affaires. Chaque type d'exploitation apporte des solutions.

  • Le vol à la demande

En fonction du trajet à effectuer, il est possible de choisir le type d'appareil le mieux adapté à la mission. L’avion est préparé pour le jour convenu. Au pied de la passerelle, un équipage attend et veille au confort des passagers jusqu'au retour. Il n'y a pas de charges fixes liées à l'exploitation de l'avion : la facturation tient compte du nombre d'heures de vol réellement effectuées sur la base d’un coût à l'heure de vol préalablement annoncé.

  • La pleine propriété

Il est possible d’acquérir un ou plusieurs appareils en pleine propriété. Cette décision implique de superviser la sélection, la qualification et l'entraînement d'un équipage, la maintenance, le garage et la planification des vols. Pour cela, certaines grandes entreprises possèdent leur propre département aviation d’affaires (corporate flight department). D’autres sous-traitent le plus souvent ces tâches à des compagnies spécialisées (flight management company) qui se comportent alors comme des « corporate flight departments » extérieurs. Elles intègrent l'avion dans leur flotte en garantissant la disponibilité à son propriétaire. Pour une meilleure rentabilité, celui-ci peut accepter que l'avion soit loué à des tiers lorsqu'il ne l'utilise pas.

  • La copropriété

Il est possible d'acheter un appareil à plusieurs, individus ou entreprises, afin de partager les coûts d'acquisition et d'exploitation. Cette solution nécessite une entente parfaite entre les copropriétaires.

Chiffres[modifier | modifier le code]

Les chiffres des livraisons d'avions d'affaires dans le monde entre 2005 et 2012[2] [3].

en nombre d'unités
2005 2006 2007 2008 2009 2012
moteurs à pistons 2465 2755 2675 2119 965 908
avions à hélices (turbopropulseurs) 365 412 459 535 441 584
avions à réaction (turboréacteurs) 750 886 1138 1313 870 1256
total 3580 4053 4272 3967 2276 2164

Constructeurs[modifier | modifier le code]

Dassault Falcon 900EX
Bombardier Challenger 300
Gulfstream G500
Dassault Falcon 2000

Historique[modifier | modifier le code]

  • Bombardier Aéronautique est un groupe canadien. La gamme des Challenger avait été développée dès 1978 par la société canadienne Canadair, acquise auprès du gouvernement canadien en 1986. La gamme des Learjet a été développée à partir de 1962 par la société américaine Lear Jet Corporation, rachetée en 1990. La gamme des Global a été développée en interne à partir de 1996[4].
  • General Dynamics revint dans l'aviation d'affaires en 1999 en rachetant Gulfstream à Forstmann Little pour 5 milliards de dollars, puis se renforça dans le secteur en 2001 en acquérant le concurrent Galaxy Aerospace auprès d'Israel Aerospace Industries. Historiquement, la gamme Gulfstream fut créée par Grumman à partir de 1958 avec le Gulfstream I à turbopropulseurs Rolls-Royce Dart[4].
  • Dassault Falcon Jet est une société française, filiale du groupe Dassault Aviation, pour lequel les avions d'affaires représentent 73% de l'activité en 2011. Elle est actuellement leader sur le segment des jets d'affaires haut de gamme avec une part de marché de 29%[5]. Dassault Aviation développa ses jets d'affaires Falcon dès 1963, avec le Mystère-Falcon 20. En 2012, près de 2000 Falcon sont opérés dans le monde et la flotte Falcon a dépassé les 15 millions d'heures de vol.
  • Cessna fut un précurseur des avions d'affaires avec le Cessna 310 à moteurs Continental sorti en 1953[4]. C'est aujourd'hui une filiale du groupe d'armement Textron, qui racheta le constructeur à General Dynamics en 1992 pour 600 millions de dollars[6].
  • Hawker Beechcraft est l'ancienne division de jets d'affaires du groupe d'armement américain Raytheon. Cette filiale, Raytheon Aircraft Company, fut constituée par le regroupement de la société américaine Beechcraft, producteur d'avions d'affaires depuis 1959, et du britannique Hawker, racheté à British Aerospace en 1993[4]. Raytheon revendit cette filiale pour 3.3 milliards de dollars à la banque d'affaires américaine Goldman Sachs et au conglomérat canadien Onex Corporation en 2006[7].
  • Embraer est une société d'aéronautique brésilienne. Elle développa une gamme d'avions d'affaires à partir de la fin des années 1990 à partir de son activité d'avions de transport régionaux.

Classement des 6 leaders[modifier | modifier le code]

Classement en 2012 des 6 principaux constructeurs[8] :

Les 6 principaux constructeurs par Chiffres d'affaires - Année 2012
Constructeurs Unités Produits Chiffres d'affaires en $
Bombardier 179 Learjet, Challenger 300, Global 5000, Express XRS 5 832 700 000
Gulfstream Aerospace 94 G150, G350, G450, G500, G550, G650 4 067 078 871
Dassault Aviation 66 Falcon 2000, Falcon 900, Falcon 7X 2 938 800 000
Cessna 571 Citation Mustang, Citation CJ1+, Citation CJ2+, Citation CJ3, Citation CJ4, Citation XLS+, Citation Sovereign, Citation X, Citation Ten 1 852 092 441
Embraer 99 Lineage 1000, Embraer MSJ, Embraer MLJ 1 252 660 000
Hawker Beechcraft 157 Hawker 400XP, Hawker 750, Hawker 850 XP, Hawker 900XP, Hawker 4000 1 139 901 700

Catégories d'avions[modifier | modifier le code]

L'industrie de l'aviation d'affaires décline ses avions entre plusieurs catégories ou classes d'avions :

  • Very light (très léger)
  • Light (léger)
  • Super light (super léger)
  • Mid-Size (moyenne taille)
  • Super Mid-Size (super taille moyenne)
  • Large (grand)
  • Super Large (très grand)
  • Ultra Long-Range (très grand rayon d'action)
  • Converted Airliners (avions de lignes convertis)

Very Lights[modifier | modifier le code]

Les jets très légers (Very Light Jets) en projet
Constructeur Modèle Prix (US$) Sièges Vitesse (kt) Distance (NM) Piste (m)
Adam Aircraft (faillite de la société en 2008) Adam 700 2 250 000 1+6 340 1 100 900
Cessna Citation Mustang 3 285 000 6 340 1 150 948
Diamond D-Jet 1 380 000 2+3 315 1 350  ?
Eclipse Aviation (faillite de la société en 2008) Eclipse 500 1 400 000 1+5 375 1 280 657
Embraer Phenom 100 2 750 000 6-8 380 1 160 1 036
Excel Jet Sport-Jet 1 000 000 1+4 375 1 000 700
Honda Honda Jet 3 650 000 2+5 420 1 180 950

Airbus et Boeing qui proposent des avions de ligne et avions cargos, proposent également des versions affaire de leurs modèles. Ainsi Airbus décline toute sa gamme en aviation privée, de l'A318 Elite à l'Airbus A380 Flying Palace, plus gros avion privé au monde et dont un exemplaire a été commandé en novembre 2007 pour une livraison courant 2010 par le prince saoudien Al-Walid ben Talal ben Abd al-Aziz Al Saoud, ce dernier possédant déjà un Boeing 747 privé[9].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Les jets d'affaires à la reconquête de clients
  2. « Les livraisons d'avions d'affaires dans le monde », Les Echos,‎ 9 mai 2013, p. 15
  3. Les livraisons d'avions d'affaires dans le monde en 2012
  4. a, b, c et d Chronique de l'Aviation, Editions Chronique Acropole,‎ 2000
  5. Mars 2012 - Aerospace and Defense - MorganMarkets - JP Morgan
  6. « Textron souffle Cessna à Dassault », Les Echos, no 16061,‎ 22 janvier 1992, p. 8
  7. « Raytheon cède sa division de jets d'affaires », Les Echos, no 19821,‎ 22 décembre 2006, p. 21
  8. (en) GAMA : General Aviation Airplane Shipment Report - 2012 Year end, May 9, 2013
  9. Le Figaro, 12 novembre 2007 Qui s’est offert un A380 ?

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]