Aversion à l'incertitude

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

En psychologie, l'aversion à l'incertitude est une forme d'aversion au risque se traduisant par la crainte, assez répandue, qu'en cas d'incertitude (situation pourtant générale dans la vie et dans la société, comme dans tout système dynamique) il y ait plus à perdre qu'à gagner.

On constate dans la pratique qu'en ce qui concerne les enjeux importants un individu est disposé à engager des ressources pour réduire son incertitude (par exemple : achat de portes blindées, souscription de contrats d'assurance).

En ce qui concerne les enjeux plus modestes, au contraire, il se montre prêt à en dépenser pour augmenter cette même incertitude :

  • si un changement de vie, même de probabilité très faible, peut en être espéré (ex: loterie et jeu de hasard)
  • ou tout simplement pour échapper à l'ennui (ex; jeu de cartes, réussites, patiences...)

L'aversion à l'incertitude conduit souvent à préférer les stratégies ne s'écartant pas trop du statu quo (effet de résistance au changement).

En économie[modifier | modifier le code]

En économie, Frank Knight dans son livre 'Risk, Uncertainty and Profit'(1921) distingue le risque de l'incertitude, tous deux étant des approches de l'aléa, en ce que le risque est quantifiable (par les probabilités, mesurées ou estimées) tandis que l'incertitude ne l'est pas. Dans cette optique, l'aversion à l'incertitude n'est pas une aversion au risque, puisque l'incertitude n'est pas une catégorie de risque. Les travaux à ce sujet mettent par ailleurs en évidence qu'il est tout à fait possible d'être avers à l'incertitude, mais pas au risque, et inversement.

Voir aussi[modifier | modifier le code]