Aller au contenu

Avernes-sous-Exmes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Avernes-sous-Exmes
Avernes-sous-Exmes
L'église Saint-Léger.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Orne
Arrondissement Argentan
Intercommunalité Argentan Intercom
Statut Commune déléguée
Maire délégué
Mandat
Claudine Poinsignon
2020-2026
Code postal 61310
Code commune 61019
Démographie
Gentilé Avernais
Population 82 hab. (2020 en diminution de -1.2 % par rapport à 2015)
Densité 12 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 47′ 20″ nord, 0° 12′ 14″ est
Altitude Min. 129 m
Max. 277 m
Superficie 7,03 km2
Élections
Départementales Argentan-2
Historique
Fusion
Commune(s) d'intégration Gouffern en Auge
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Avernes-sous-Exmes
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Avernes-sous-Exmes
Géolocalisation sur la carte : Orne
Voir sur la carte topographique de l'Orne
Avernes-sous-Exmes
Géolocalisation sur la carte : Orne
Voir sur la carte administrative de l'Orne
Avernes-sous-Exmes

Avernes-sous-Exmes est une ancienne commune française, située dans le département de l'Orne en région Normandie, peuplée de 82 habitants[Note 1]. Au 1er janvier 2017, Avernes-sous-Exmes est devenu commune déléguée de la commune nouvelle Gouffern en Auge.

Géographie

[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Auvernes vers 1335, Avernes en 1373[2]. La commune a porté le nom d'Avernes jusqu'en 1830[réf. nécessaire], date à laquelle elle devient par décret Avernes-sous-Exmes pour la distinguer de celle d'Avernes près de Vimoutiers qui devient à la même époque Avernes-Saint-Gourgon.

Pour Albert Dauzat, il est peut-être issu du gaulois areverno- ou un type toponymique semblable au latin Averna[3], tandis que René Lepelley y décèle le germanique afisna « pâturage », comme pour Avesnes ; le s aurait été ici altéré en r[4], selon un phénomène fréquemment observé en phonétique française. On trouve en vieil anglais un terme æfesn « pâturage », issu du germanique commun.

Avernes est-il un ancien *Avesnes, comme Avernes-Saint-Gourgon, Orne, Avesnis en 1214) et semblable aux nombreux Avesnes de Haute-Normandie et du Nord de la France ?
L'absence de formes suffisamment anciennes rend peu sûre une interprétation du toponyme dans ce sens, cependant il est probable qu'il faille exclure les propositions d'Albert Dauzat dans la mesure où il ne connaissait pas de formes anciennes (il n'en cite aucune, contrairement à son habitude), car on ne trouve pas trace d'un hypothétique *Arvernes : il n'y a jamais de r devant le v. Par comparaison avec les formes plus anciennes des autres Avernes comme Avernes-Saint-Gourgon déjà évoqué et le composé Authevernes (Eure, Altavesne en 1051 - 1056), la proposition de René lepelley empruntée à François de Beaurepaire est plus forte.

Le déterminant complémentaire sous-Exmes est celui de la commune d'Exmes, limitrophe au sud.

Le gentilé est Avernais.

Le dernier seigneur en était Jean-Jacques, comte de Beausobre et marquis de Brisseuil, seigneur de Grébert, la Folie, les Basses-Londes, Croisilles, etc. par permission spéciale du roi, né le 15 mars 1704, maréchal de camp et lieutenant-général d'armée ; il est chevalier (1738) puis grand-croix de l'ordre de l'Aigle rouge de Brandebourg (1765). Il se retire et meurt au château de Brisseuil.

En 1821, Avernes-sous-Exmes (252 habitants[5]) absorbe Grebert (120 habitants[6]).

Politique et administration

[modifier | modifier le code]
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1919 après 1954 Robert Soret    
mars 1965 juin 1995 René Lorphelin   Agriculteur
Chevalier du Mérite agricole (1972)
juin 1995 mars 2001 Pierre Besnard   Agriculteur
mars 2001[7] mars 2008 Marcel Pacory SE Contrôleur laitier
mars 2008[8] décembre 2016 Claudine Poinsignon[9] SE  

Le conseil municipal était composé de sept membres dont le maire et deux adjoints[9].

Démographie

[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[10]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[11],[Note 2].

En 2020, la commune comptait 82 habitants, en diminution de −1,2 % par rapport à 2015 (Orne : −1,55 %, France hors Mayotte : 2,49 %). Avernes-sous-Exmes a compté jusqu'à 314 habitants en 1841, mais les deux commune d'Avernes-sous-Exmes et Grébert, fusionnées en 1821, totalisaient alors 372 habitants. Avernes-sous-Exmes est la commune la moins peuplée du canton d'Exmes.

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1846 1851 1856
241245270252297314256271261
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
196234210192190193187183184
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
176154137125119142130125126
1968 1975 1982 1990 1999 2007 2011 2016 2020
1159168687670768182
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments

[modifier | modifier le code]
  • Église Saint-Léger (XIIe, remaniée au XVIIIe) et son porche roman remarquable. Elle abrite une Vierge à l'Enfant et une statue de saint Roch avec un enfant et un chien du XVIIe siècle classées à titre d'objets aux Monuments historiques[13],[14].
  • Ancien château seigneurial (XVe-XVIIIe).
  • Ancien manoir des Loges (XVIIe).
  • L'église Saint-Pierre de Grébert, qui datait du XVe siècle, a été détruite[15].

Activité et manifestations

[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune

[modifier | modifier le code]
  • Louis-Stanislas Estienne de Colleville, médecin et archéologue né au manoir des Loges (Avernes 1797-Le Bourg-Saint-Léonard 1883), auteur de nombreuses notes et études historiques publiées pour la plupart dans la revue de la Société des antiquaires de Normandie dont il était membre titulaire.
  • Léon Bazalgette (Paris 1873-1928), écrivain et journaliste, premier biographe et traducteur de Walt Whitman et de Henry David Thoreau. Il y possédait une maison de campagne, le Moulin des Noés, où il passa l'été de 1900 à sa mort. Il est enterré dans le cimetière communal où sa tombe est toujours visible.

Notes et références

[modifier | modifier le code]
  1. Population municipale 2020.
  2. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références

[modifier | modifier le code]
  1. « Géoportail (IGN), couche « Limites administratives » activée »
  2. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, t. 1 : Formations préceltique, celtiques, romanes, Genève, (lire en ligne), p. 349
  3. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Librairie Guénégaud, , p. 41b
  4. René Lepelley, Dictionnaire étymologique des noms de communes de Normandie, Condé-sur-Noireau, Éd. Charles Corlet, (ISBN 2-95480-455-4 (édité erroné), BNF 36174448), p. 144
  5. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale : Grebert », sur ehess.fr, École des hautes études en sciences sociales (consulté le ).
  7. « Marcel Pacory n'aura fait qu'un mandat de maire », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le )
  8. « Claudine Poinsignon pour un premier mandat », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le )
  9. a et b Réélection 2014 : « Avernes-sous-Exmes (61310) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le )
  10. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  11. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 20112012201320142015 2016 2017 2018 .
  13. « Statue : Vierge à l'Enfant », notice no PM61000911, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Palissy, ministère français de la Culture.
  14. « Groupe sculpté : Saint Roch avec un enfant et un chien », notice no PM61000910, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Palissy, ministère français de la Culture.
  15. « Église paroissiale Saint Pierre », notice no IA00001579, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.

Liens externes

[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :