Avenue de Grammont

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Avenue de Grammont
Image illustrative de l'article Avenue de Grammont
Débouché nord de l'avenue, les bus circulent au centre.
Situation
Coordonnées 47° 22′ 53″ N 0° 41′ 34″ E / 47.381336, 0.69266147° 22′ 53″ Nord 0° 41′ 34″ Est / 47.381336, 0.692661  
Pays Drapeau de la France France
Ville Blason tours 37.svg Tours
Tenant Rue Nationale et place Jean-Jaurès
Aboutissant Avenue de l'Alouette
Morphologie
Type Avenue
Longueur 2600 m
Histoire
Création XIXe siècle
Anciens noms Saint Etienne, Grandmont, puis
Grammont

Géolocalisation sur la carte : Tours

(Voir situation sur carte : Tours)
Avenue de Grammont

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Avenue de Grammont

L’avenue de Grammont est la plus longue avenue de la ville de Tours.

Description[modifier | modifier le code]

L'avenue de Grammont est située dans le centre de Tours, elle est longue de 2600 mètres et s'étend sur un terrain plat du nord au sud. Elle relie la place Jean-Jaurès (où se trouvent l'hôtel de ville et le palais de justice) et les coteaux du bois de Grandmont.

Son tracé rectiligne s'inscrit à l'extrémité d'un grand axe de 6 kilomètres construit au XVIIIe siècle, que les tourangeaux surnomme l'axe majeur, constitué (du nord au sud) par l'avenue de la Tranchée, le Pont Wilson, la rue Nationale et donc l'avenue de Grammont.

L'avenue est plantée tout le long de platanes. Elle traverse la place de la Liberté et la place de Verdun puis elle enjambe le Cher.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'avenue de Grammont s'est appelée route de Saint-Étienne, puis avenue de Grandmont du temps où l'avenue s'étendait dans la commune de Saint-Étienne-Extra (devenu Tours). Grandmont provenait du nom du Prieuré Grandmontain de Bois Rahier (XIIe), remplacé par un château (XVIIe-XVIIIe), résidence secondaire des Archevêques de Tours à la demande de Monseigneur de Conzié, château édifiée donc à l'extrémité sud de la voie. Ce Château fut rasé et remplacé par le Lycée Grandmont. À l'époque le maire de Tours était Jean Royer. Le nom Grammont est donc une altération de Grandmont.
L'avenue est le premier maillon de la création de la nouvelle route dite l'Espagne voulu par les intendant et ordonnée par Louis XV ,les premiers travaux furent commencé en 1767 par l'avenue de grammont, et les dernier travaux dans les premières décennies du XIXe siècle[1] lorsque la ville de Tours s'étendait au delà de l'ancienne enceinte Chateauneuf.

En 1870, l'Empire français est abattu à Sedan. La délégation gouvernementale s'installe à Tours pour administrer les territoires non occupés et organiser la lutte. De nombreux services sont dispersés dans la ville. Au n°38 avenue de Grammont s'installe l'ambassade de Russie[2].

En 1945, l'avenue est utilisée pour reloger une partie des 90 commerces anéantis par les bombardements.

Jusqu'à la fin de la construction de l'autoroute A10 en 1981, l'avenue de Grammont est empruntée comme axe majeur reliant l'Espagne à Paris (ancienne Route nationale 10 ).

Au n°232 se trouve le siège de La Nouvelle République du Centre-Ouest et au n°171 une caserne de Gendarmerie.

Période contemporaine[modifier | modifier le code]

Rame du tramway, avenue de Grammont, entre la place Jean-Jaurès et la rue Charles-Gille.

Depuis 2008, l'avenue est composée de deux voies latérales pour stationner et circuler à vélo, de deux voies de circulation automobile, et de deux voies centrales pour les transports en commun.

Le tracé du tramway de Tours passe par l'avenue de Grammont (en implantation centrale) entre la place de la Liberté et le carrefour de Verdun, et entre la place Jean-Jaurès et la rue Charles-Gille.

Manifestations[modifier | modifier le code]

La grande ligne droite était empruntée en totalité jusqu'en 2010 pour des manifestations sportives. La course des 10 et 20 km de Tours et la course cycliste Paris-Tours utilisaient l'avenue de Grammont, elle offrait aux coureurs un sprint après 2600 mètres. À partir de 2011 seule la portion entre la place de la Liberté et la place Jean-Jaurès est empruntée.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Histoire de Tours p259, Privat 1985, ISBN 2-7089-8224-9
  2. Histoire de Tours p306, Privat 1985, ISBN 2-7089-8224-9