Avenue Vincent-d'Indy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour Avenue Vincent-D'Indy (Montréal), voir Avenue Vincent-D'Indy.

12e arrt
Avenue Vincent-d'Indy
Image illustrative de l’article Avenue Vincent-d'Indy
Vue générale de l'avenue.
Situation
Arrondissement 12e
Quartier Bel-Air
Début Rue Jules-Lemaître et avenue Maurice-Ravel
Fin 6, avenue Courteline
Morphologie
Longueur 170 m
Largeur 23 m
Historique
Création 1938
Dénomination
Géocodification
Ville de Paris 9832
DGI 9856

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Avenue Vincent-d'Indy
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

L'avenue Vincent-d'Indy est une voie du 12e arrondissement de Paris.

Situation et accès[modifier | modifier le code]

L'avenue Vincent-d'Indy, située dans le quartier du Bel-Air, débute rue Jules-Lemaître et avenue Maurice-Ravel et se termine au no 6, avenue Courteline.

Elle est accessible par la ligne 3 du tramway (T)(3a) aux arrêts Alexandra David-Néel et Montempoivre ainsi que par la ligne de métro (M)(1) à la station Porte de Vincennes et les lignes de bus RATP 29 56.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Elle doit son nom au compositeur français Vincent d'Indy (1851-1931)[1].

Historique[modifier | modifier le code]

L'avenue a été ouverte, sous sa dénomination actuelle, en 1938 sur l'emplacement de l'enceinte de Thiers et de La Zone.

Elle fut créée pour donner accès à l'arrière du bloc des habitations à bon marché (HBM) que la ville de Paris a fait construire à cette époque dans le secteur tout au long des boulevards des Maréchaux. Dans les années 1960, le côté est de la rue, reliquat de La Zone, est profondément restructuré avec la construction du collège Vincent-d'Indy (aujourd'hui collège Germaine-Tillion), qui sera totalement reconstruit en 1987-1988 sur les plans de l'architecte Claude Parent[2].

Bâtiments remarquables et lieux de mémoire[modifier | modifier le code]

  • L'écrivain Colette fait mention d'une « rue d'Indy » — où l'une des héroïnes prend des thés — dans son roman Claudine s'en va paru en 1903 et écrit avec Willy, lequel était un ami du compositeur et le soutint dans ses articles. L'anticipation d'une telle rue, alors fictive (Vincent d'Indy meurt en 1931 et la voie ne sera dénommée qu'en 1938), est un hommage amical et littéraire au musicien[3].
Entrée du collège Germaine-Tillion (ex-Vincent-d'Indy).

Notes, sources et références[modifier | modifier le code]