Avenue Gambetta (Paris)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Avenue Gambetta.
20e arrt
Avenue Gambetta
Avenue Gambetta vue en direction du boulevard de Ménilmontant.
Avenue Gambetta vue en direction du boulevard de Ménilmontant.
Situation
Arrondissement 20e
Quartier Saint-Fargeau
Début 6, place Auguste-Métivier
Fin Boulevard Mortier et 328, rue de Belleville
Morphologie
Longueur 2 280 m
Largeur 20 m
Historique
Dénomination Arr. du 26 décembre 1893
Géocodification
Ville de Paris 3937
DGI 3933

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Avenue Gambetta
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

L'avenue Gambetta est une voie située dans le 20e arrondissement de Paris.

Situation[modifier | modifier le code]

Bordée d'arbres, l'avenue Gambetta est formée par quatre axes différents. Elle commence place Auguste-Métivier à 54 mètres d'altitude, d'où elle monte sur la colline de Ménilmontant vers le nord-est, le long du square Samuel-de-Champlain, en direction de la place Martin-Nadaud. L'avenue s'oriente alors plein est et atteint la place Gambetta (87 m). Là, elle s'oriente vers le nord-est, longe la mairie du 20e arrondissement, le square Édouard-Vaillant et l'hôpital Tenon, et atteint les places Paul-Signac (99 m) puis Saint-Fargeau (108 m), où elle subit son dernier désaxement. Après être passée derrière le Centre administratif des Tourelles, siège de la DGSE, elle borde la piscine olympique Georges-Vallerey et le square du Docteur-Variot et s'achève porte des Lilas à 116 m d'altitude.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Elle doit son nom actuel, attribué en 1883, peu après son percement, à Léon Gambetta (1838-1882), homme politique, membre du gouvernement de la défense nationale en 1870, président du Conseil et député du 20e arrondissement.

Historique[modifier | modifier le code]

Une première partie de l'avenue a été ouverte en 1862, entre la place Gambetta et le boulevard Mortier sous le nom de « rue de la Dhuis ».

En 1876, une deuxième partie est percée entre la rue de la Bidassoa et le passage des Rondeaux jusqu'à la place Gambetta, sous le nom de « rue Sorbier ». Cette partie fut réunie, en 1879, à l'avenue de la République.

En 1887, une troisième partie est ouverte depuis la place Auguste-Métivier jusqu'à la place Martin-Nadaud et la rue des Rondeaux.

L'ensemble de cette voie prend le nom d'« avenue Gambetta » en 1893.

En 1910, l'avenue est amputée de la partie qui débouchait sur le boulevard de Ménilmontant pour former la place Auguste-Métivier et absorbe un tronçon de la rue des Prairies.

Bâtiments remarquables et lieux de mémoire[modifier | modifier le code]

  • No 58 : hôpital Tenon (entrée des piétons) ;
  • square Édouard-Vaillant ;
  • no 94: rectorat de Paris ;
  • no 95: l'immeuble du 95, avenue Gambetta et du 1, rue de la Chine, est un immeuble de rapport de sept étages, construit par l'architecte François-Adolphe Bocage (1860-1927). Il fait partie d'un ensemble de six immeubles construits par le même architecte entre l'avenue Gambetta, la rue de la Chine et la rue des Gâtines. Lui appartenant personnellement, c'est le seul immeuble de l'ensemble qui se distingue par sa façade plus travaillée de style Art nouveau.
    La demande du permis de construire est publiée le 24 février 1908. Bocage fait appel au céramiste Alexandre Bigot pour orner sa façade en briques d'ornements en grès flammé, principalement des frises au niveau du premier et du cinquième étage. Les deux oriels, donnant l'un sur l'avenue Gambetta et l'autre sur la rue de la Chine, possèdent des soubassements amplement décorés de motifs végétaux.
    La porte d'entrée en fer forgé représente des paons faisant la roue, motif fréquent en Art nouveau. Au-dessus de la porte, une salamandre se repose sur des feuilles de nénuphar (immeuble inscrit sur la liste des protections patrimoniales du 20e arrondissement[1]) ;

Accès[modifier | modifier le code]

Ce site est desservi par les stations de métro Père Lachaise, Gambetta, Pelleport, Saint-Fargeau et Porte des Lilas.

Notes, sources et références[modifier | modifier le code]

  1. Règlement du PLU, tome 2, annexe VI, p. 426.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]