Avenue Bugeaud

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
16e arrt
Avenue Bugeaud
image illustrative de l’article Avenue Bugeaud
Avenue Bugeaud vue depuis la place Victor-Hugo.
Situation
Arrondissement 16e
Quartier Porte-Dauphine
Début 8, place Victor-Hugo
Fin 77, avenue Foch
Morphologie
Longueur 542 m
Largeur 15 m
Historique
Dénomination 1864
Ancien nom Avenue Dauphine
Géocodification
Ville de Paris 1367
DGI 1373

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Avenue Bugeaud
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

L'avenue Bugeaud est une voie du 16e arrondissement de Paris, en France.

Situation et accès[modifier | modifier le code]

L'avenue Bugeaud est une voie publique située dans le 16e arrondissement de Paris. Elle débute au 8, place Victor-Hugo et se termine au 77, avenue Foch.

L’avenue est desservie par la ligne (M)(2), aux stations Porte Dauphine et Victor Hugo, ainsi que par la ligne de bus RATP 52.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Thomas Robert Bugeaud.

L'avenue porte le nom du maréchal Thomas Robert Bugeaud (1784-1849).

Historique[modifier | modifier le code]

Entrée de l'Hippodrome (1856-1869[1]).

Cette voie de l'ancienne commune de Passy et de la commune de Neuilly était appelée initialement « avenue Dauphine ».

Depuis 1845 jusqu'à 1855, durant dix années, existait place de l’Étoile un très vaste et célèbre lieu de spectacles parisiens en plein air : l'Hippodrome.

La partie comprise entre la rue Spontini et l'avenue Foch a été ouverte lors du percement de l'ancienne avenue du Bois-de-Boulogne.

Le réaménagement de la place de l’Étoile obligea l'Hippodrome à déménager, et, le 10 juin 1856, il rouvrit sur la future place Victor-Hugo, appelée alors « rond-point de la Plaine de Passy », puis « place d'Eylau ». Son entrée se trouvait avenue de la Dauphine (aujourd'hui avenue Bugeaud). L'architecte de ce nouvel Hippodrome était Gabriel Davioud[1].

L'Hippodrome disparut treize ans plus tard, dans un incendie survenu dans la nuit du 29 au 30 septembre 1869[2].

La voie est classée dans la voirie parisienne par un décret du 23 mai 1863.

Bâtiments remarquables et lieux de mémoire[modifier | modifier le code]

  • No 1 : le polémiste et homme politique Henri Rochefort a habité à cette adresse, d'où son convoi funéraire pour le cimetière Montmartre est d'ailleurs parti[3].
  • No 20 : école maternelle et primaire Saint-François.
  • No 34 : ambassade du Nicaragua en France.
  • No 35 : le compositeur Paul Misraki y vit entre 1963 et 1998.
  • No 43 : Saint James Paris, hôtel de luxe et club privé.

Bâtiment détruit[modifier | modifier le code]

  • No 30-34 : c'est ici que se trouvait le hangar transformé en Skating Palais, salle de patinage inaugurée le 23 avril 1876 et considérée comme l’une des plus belles du monde[4].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Le second hippodrome », Bulletin de la Société historique d'Auteuil et de Passy, 4e trimestre 1916, bulletin XCIV, tome IX, no 3, p. 69, 1re colonne.
  2. « Incendie de l'Hippodrome », Le Petit Journal, 1er octobre 1869, p. 3, 2e et 3e colonnes. « Incendie de l'Hippodrome », Le Figaro, 1er octobre 1869, p. 1, 5e et 6e colonnes.
  3. « Les funérailles d'Henri Rochefort », La Presse, 5 juillet 1913, p. 1, 3e colonne.
  4. Anna Madœuf, Divertissements et loisirs dans les sociétés urbaines à l’époque moderne et contemporaine, Presses universitaires François-Rabelais, 2013.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]