Avenir Suisse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Avenir Suisse est un think tank de réflexion sur la Suisse de demain, dans les domaines politique, économique et social. Il vise essentiellement à stimuler le débat public et proposer de nouvelles idées à travers la publication d’études prospectives et d’articles, ainsi que l’organisation régulière de manifestations et de séminaires. Il est composé d’une équipe d’experts[1] de tous horizons et soutient une vision libérale du monde et de la société.

Avenir Suisse est organisé sous forme de fondation à but non lucratif ayant son siège à Zurich, pourvu d’un capital de 50 millions CHF et doté d’un budget annuel d’environ 5 millions CHF[2]. La fondation est complètement indépendante pour le choix et le contenu de ses recherches.

Fondée en 1999 par quatorze des plus grandes multinationales helvétiques[3], Avenir Suisse est aujourd’hui soutenu financièrement par près de 130 donateurs, entreprises suisses comme particuliers. Le cercle des donateurs est public[4].

Organisation[modifier | modifier le code]

Avenir Suisse est installé dans des bureaux à Zurich (bureau principal) et à Genève (antenne romande). Le directeur d’Avenir Suisse est actuellement Peter Grünenfelder. Il a succédé à Gerhard Schwarz (de)en avril 2016. Avant lui, Thomas Held (de) a été à la tête de la fondation dès sa création en 1999. Le directeur romand d’Avenir Suisse est Tibère Adler. Il a succédé au 1er juin 2014 à Xavier Comtesse, premier directeur romand de la fondation.

Plusieurs organes[5] composent le think tank :

- le Conseil de fondation, organe suprême qui approuve le budget, les comptes annuels et le rapport de gestion,

- le Comité directeur, qui assure la supervision opérationnelle de la fondation et prépare les séances du Conseil de fondation,

- le Comité de nomination, qui désigne les membres de toutes les commissions,

- la Commission de programme, qui conseille sur les thématiques abordées et suit les projets pour leur assurer une qualité méthodologique optimale,

- la Commission des finances, qui vérifie le budget et les bilans annuels et trimestriels.

Orientation[modifier | modifier le code]

Avenir Suisse se définit comme un « défenseur de l'économie de marché, soutenant une vision libérale du monde et de la société ». Pour lui, « les forces du marché doivent en règle générale bénéficier de la plus grande marge de manœuvre possible. Dans cette optique, l'État n'intervient pas en première instance dans la résolution des problèmes existants ». Cependant, le think tank « ne joue pas pour autant un rôle actif dans les procédures de consultation politiques ou campagnes de vote » mais se veut plutôt un « animateur (...) du débat public »[6].

Avenir Suisse aborde dans ses publications des sujets sociaux, politiques et économiques à long terme sur des questions de fond comme l’énergie et l’environnement, la fiscalité, la formation, la prévoyance vieillesse ou encore le système politique et le fédéralisme. En parallèle, le think tank se penche aussi sur des thèmes en rapport avec l’actualité comme le franc fort, le travail des seniors ou la péréquation financière intercantonale.

Les plus récentes publications d'Avenir Suisse sont «RPT 2 – Pour une revitalisation du fédéralisme suisse» (janvier 2017), «L’indice de liberté 2016 d’Avenir Suisse» (décembre 2016), «Le mythe de la poule aux œufs d'or - un programme de privatisations pour la Suisse» (novembre 2016), «Finances fédérales à l'épreuve - 1ère partie: Renforcer, et non pas relâcher, le frein à l'endettement» (octobre 2016), «Pour une Suisse ouverte aux échanges commerciaux - Une stratégie en trois piliers pour le commerce extérieur du pays» (octobre 2016), «Taux d’intérêt négatifs : une expérience à l’issue incertaine - La répression financière comme menace réelle» (juillet 2016), «CH 1995 2035 - Tendances globales, défis nationaux, solutions libérales» (juin 2016).

Liste des publications sur le site d'Avenir Suisse

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Team | avenir suisse », sur avenir suisse (consulté le 1er octobre 2015)
  2. Emmanuel Garessus, « Les "think tanks" font leur mue », Le Temps,‎
  3. Par ordre alphabétique : ABB, Credit Suisse Group, Groupement des Banquiers Privés Genevois, Jacobs Holding, Kuoni Holding, McKinsey Switzerland, Nestlé, Novartis, Roche, Sulzer, Swiss Re, UBS, Zurich Financial Services.
  4. « Cercle des donateurs | avenir suisse » (consulté le 1er octobre 2015)
  5. « Organes | avenir suisse » (consulté le 1er octobre 2015)
  6. « Principes directeurs | avenir suisse » (consulté le 1er octobre 2015)

Lien externe[modifier | modifier le code]

Site officiel d'Avenir Suisse: http://www.avenir-suisse.ch/fr/