Ave César

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Ne doit pas être confondu avec Ave, César ! ou Hail Caesar.
Ave Caesar Morituri te Salutant, toile de Jean-Léon Gérôme (1859), représentant des gladiateurs devant l'empereur Vitellius

Ave César (en latin : Avē Cæsar) était à l'époque impériale romaine une formulation rapide utilisée pour saluer l'empereur. Il s'agit, contrairement à salvē, d'une forme de salutation principalement militaire[1]. Cette phrase a souvent été reprise, parfois à des fins caricaturales, dans la littérature et la culture populaire, qu'il s'agisse de péplums ou d'œuvres humoristiques comme les aventures Astérix le Gaulois[2].

Avē est un interjection latine issue du verbe ăvĕo (« saluer »)[3]. Quant à Cæsar, il s'agit d'un nom de famille employé par la gens Iulia, qui fut ensuite employé comme un titre honorifique par les empereurs et, à partir d'Hadrien, par leurs successeurs présomptifs[4].

Écriture et prononciation[modifier | modifier le code]

Écrit avec des macrons optionnels: Avē Imperātor (Cæsar), moritūrī tē salūtant.

Prononciation latine classique: [aweː ɪmpɛraːtɔr (kajsar) mɔrɪtuːriː teː saluːtant]

Matériel source historique[modifier | modifier le code]

Le matériel source provient des travaux de trois historiens romains, qui sont tous nés après les événements de 52 apr. J.-C.. Suétone (environ 69-75 à après 130, probablement écrit autour de 121), et Dion Cassius (environ 155-164 à après 229, probablement écrit 200-22) tous deux écrit sur l'événement et ont cité le phrase. Tacite (vers 56-117, écrit d'environ 98 à 117) mentionne l'événement mais ne cite pas la phrase.

Le premier enregistrement connu de la phrase est dans les écrits de Suétone :

Même quand il [Claudius] était sur le point de laisser sortir l'eau du lac Fucinus, il donna d'abord un combat fictif. Mais quand les combattants s'écrièrent: « Salut, empereur, ceux qui vont mourir te saluent», répondit-il, « Ou non » [ Sed cum proclamantibus naumachiariis: "Ayez Imperator, Morituri te salutant!" respondisset: "Aut non". ], et après que tous ont refusé de se battre, soutenant qu'ils avaient été graciés. Il hésita quelque temps à les détruire tous avec du feu et de l'épée, mais il bondit enfin de son trône et courut au bord du lac avec sa démarche ridicule et chancelante. Il les engagea à se battre, en partie par des menaces et en partie par des promesses. Lors de cette représentation, une flotte sicilienne et une flotte rhodienne se sont engagées, chacune comptant douze trirèmes...

Le même incident est décrit dans les écrits de Dion Cassius, consul et historien romains qui écrivait en grec. Dans le livre 60 de son histoire romaine, il dit:

Claudius a conçu le désir d'exposer une bataille navale sur un certain lac; ainsi, après avoir construit un mur de bois autour de lui et érigé des stands, il a rassemblé une multitude énorme. Claudius et Néron étaient habillés en tenue militaire, tandis qu'Agrippine portait une belle chlamyde tissée de fils d'or, et que le reste des spectateurs aimaient leur fantaisie. Ceux qui devaient prendre part au combat naval étaient des criminels condamnés, et chaque côté avait cinquante navires, l'un étant appelé «Rhodiens» et l'autre «Siciliens». D'abord, ils se réunirent en un seul corps et tous ensemble s'adressèrent à Claudius de cette manière: «Salut, empereur! Nous qui sommes sur le point de mourir, je te salue [ χαῖρε, αὐτοκράτορ · οἱ ἱπολούμενοί σε ἀσπαζόμεθα ]. Et quand cela ne servit à rien de les sauver et qu'ils reçurent l'ordre de se battre tout de même, ils traversèrent simplement les lignes de leurs adversaires, se blessant le moins possible. Cela a continué jusqu'à ce qu'ils aient été forcés de se détruire les uns les autres.

Variations de sources et interprétation[modifier | modifier le code]

La personne du verbe principal diffère dans les deux sources. Suétone le cite avec un verbe au pluriel (salutant, qui signifie «ils saluent / saluent»), et Cassius le cite avec un verbe au pluriel (ἀσπαζόμεθα, signifiant «nous saluons / saluons»). En dehors de cela, les expressions latines et grecques ont le même sens.

La réponse de Claudius est indiquée dans plusieurs sources comme Avete vos!, Suggérant un acte de faveur. Les premières éditions de De Vita Caesarum publiées à Rome en 1470 et Venise en 1471 utilisaient " Avete vos ", mais cette version était encore acceptée au XIXe siècle, comme on peut le voir dans l'édition Baumgarten-Crusius de 1816. Karl Ludwig Roth retourna aux manuscrits de meilleure qualité pour son édition de 1857 - principalement le Codex Memmianus du IXe siècle, la plus ancienne version connue de l'œuvre de Suétone - et corrigea la réponse de Claudius à " Aut non ". John C. Rolfe note les deux réponses, les décrivant comme "l'une des blagues faibles de Claudius, que les combattants prétendaient comprendre comme signifiant qu'ils n'ont pas besoin de risquer leur vie au combat". Donald Kyle le décrit comme une tentative possible à un witticism. Joseph Pike déclare dans ses notes sur le texte de Roth:

Basil Kennett, qui écrit en 1820, décrit la réaction de « Avete vos » comme une plaisanterie cruelle: « Quand ils l'auraient interprété volontiers comme un acte de faveur et comme une concession de leur vie, il leur donna bientôt à comprendre que elle procédait du principe contraire de la cruauté barbare et de l'insensibilité.

Contexte culturel[modifier | modifier le code]

Articles principaux: Claude et Naumachie

Claudius, le quatrième empereur romain de la dynastie julio-claudienne, a régné sur l'Empire romain après la mort de Caligula en l'an 41 jusqu'à sa mort en 54. Selon Suetonius, Claudius était extraordinairement friand des jeux. Il s'est levé avec la foule après les matchs de gladiateurs et a prodigué des éloges inconditionnels aux combattants, et il a été critiqué pour ne pas garder l'habitude de quitter l'arène pendant les exécutions, comme c'était l'usage parmi les classes nobles.

Claudius a également présidé de nombreux événements nouveaux et originaux. Peu de temps après son arrivée au pouvoir, Claudius institua des jeux en l'honneur de son père, Nero Claudius Drusus, à l'occasion de l'anniversaire de ce dernier. Les jeux annuels ont été également tenus en l'honneur de son accession au pouvoir, et ont eu lieu au camp prétorien où Claudius avait été proclamé empereur.

Claudius a célébré les jeux séculiers - une fête religieuse qui a été relancée par Augustus - pour marquer le 800e anniversaire de la fondation de Rome. Il a également participé à une chasse aux animaux sauvages au moins une fois, selon Pline l'Ancien, avec les cohortes prétoriennes pour combattre un épaulard pris au piège dans le port d'Ostie.

Les divertissements publics variaient du combat entre seulement deux gladiateurs, à des événements de grande envergure avec potentiellement des milliers de morts. La naumachia (aussi appelée navalia proelia par les Romains) était l'un des derniers, un événement combatif spectaculaire à grande échelle et sanglant qui se déroulait sur de nombreux navires et se tenait dans de grands lacs ou des arènes inondées. Les prisonniers de guerre et les criminels condamnés à mort ont été chargés d'exécuter des batailles navales à mort pour des divertissements publics. Ceux sélectionnés étaient connus sous le nom de naumachiarii.

À la différence des combats de gladiateurs, les naumachiae étaient rarement tenues - elles étaient habituellement appelées uniquement pour célébrer des événements notables. Jules César a tenu un événement avec 6.000 naumachiarii dans le moindre Codeta, un secteur marécageux par le Tibre, pour célébrer sa quatrième victoire pour être honoré par le triomphe. Cassius Dio écrit de deux naumachiae que Titus a tenues pendant les jeux inauguraux de l'amphithéâtre de Flavian, en incluant un événement de 3.000 hommes exécutant une bataille entre les Athéniens et les Syracusains ; Domitien a tenu une naumachia dans laquelle Dio rapporte "pratiquement tous les combattants et beaucoup de spectateurs ont péri".

La naumachia appelée par Claudius a célébré l'achèvement d'un projet de drainage et de récupération de terres agricoles dans le plus grand lac intérieur d'Italie, le lac Fucino, un lac de cratère de 19 km situé dans la chaîne des Apennins. (80 km) de Rome. Le projet, qui a duré onze ans et qui a nécessité l'embauche de 30 000 hommes comprenait le nivellement du sommet d'une colline et la construction d'un tunnel de 4,8 km entre le lac et la rivière Liris. Le tunnel a été décrit comme "le plus grand tunnel romain " (Encyclopedia Americana) malgré succès initialement partiel seulement, et était le plus long tel tunnel jusqu'à la construction de celle du Mont Cenis en 1876. Selon les Annales de Tacite:

Dans une note de bas de page d'une publication de 2008 des Annales de Tacite, il est noté qu'"une telle quantité de criminels [19 000 selon Tacite et d'autres sources] peut représenter probablement les balayages des provinces ainsi que de Rome et de l'Italie ; cette supposition du nombre, comme le remarque Friedländer (II, 324), suggère des condamnations iniques ".

Description de l'événement par Tacitus[modifier | modifier le code]

Selon Tacitus (écrit environ 50 ans après l'événement):

Utilisation à l'époque romaine[modifier | modifier le code]

HJ Leon de l'Université du Texas a considéré cette salutation dans les Transactions de l'American Philological Association en 1939. Il a observé que le salut était devenu largement représenté et embelli dans "de nombreux travaux traitant des antiquités romaines, de sorte qu'il est devenu un des coutumes romaines les plus connues et les plus souvent citées ". Il a été reconnu dans les écrits laïques et académiques comme un salut coutumier des gladiateurs à l'empereur. Et pourtant «il n'y a pas d'autre référence ancienne à un salut des gladiateurs, et dans ce cas il n'a pas été prononcé par des gladiateurs du tout, mais par naumachiarii. Un exemple frappant de cette croyance omniprésente, même dans le milieu universitaire, peut être trouvé dans le livre de l'historien Jérôme Carcopino, La Vie Quotidienne à Rome à l'Apogée de l'Empire (Vie quotidienne dans la Rome antique : Le peuple et la ville à la hauteur de l'Empire). Dans ce livre, l'auteur, membre de l'Académie française, professeur au Havre et à la Sorbonne et directeur de l'Académie française à Rome, cite la phrase et écrit avec des détails vifs et poétiques de la «mélancolie salutation» des gladiateurs. défilé passé l'empereur avant d'entrer dans le Colisée.

Après un examen des documents de base relatifs à la naumachie de l'an 52, Leon observe que les combattants n'étaient pas des gladiateurs mais étaient des criminels condamnés à mort. Leur destinée était occidioni (massacre, ou massacre). Le lac avait été entouré de «radeaux» pour éviter une rupture de masse et était entouré de «soldats de la garde du prétoire, de l'infanterie et de la cavalerie, protégés par des remparts et équipés de catapultes et de ballistes. marines prêts pour l'action ". Il conclut que ce n'était pas un salut formel, mais selon toute probabilité un incident isolé d'un plaidoyer de masse pour la sympathie ou la pitié par des hommes condamnés désespérés condamnés à mort à une occasion spécifique, et que

Alan Baker est largement d'accord, déclarant : "Il n'y a aucune preuve que c'était une pratique courante chez les gladiateurs. À notre connaissance, la seule fois où cette phrase a été utilisée était lors d'un événement organisé par Claudius." Plass note qu '"il est difficile de voir pourquoi ou comment l'expression a été utilisée à cette occasion si ce n'était pas une formule régulière. " D'un autre côté, si c'était quelque chose que Claudius pourrait espérer entendre plus naturellement servir dans son rôle de ligne d'alimentation pour sa repartie décrivant son invincible gaucherie ". Il commente l'effet de distanciation de la source latine et la première personne de la source grecque et note que l'interprétation et la réponse par les combattants "semble être une manœuvre dans les règles gouvernant la clémence dans l'arène".

Kyle reconnaît qu'aucune autre source n'enregistre le "salut du gladiateur supposé" dans un autre contexte "et il n'est pas venu ici de vrais gladiateurs". Traités comme une marchandise, ils n'étaient pas des gladiateurs d'élite mais des captifs et des criminels condamnés à mourir, qui se battaient habituellement jusqu'à ce que tous soient tués. Quand le salut ou l'appel a échoué, et qu'ils ont été forcés de se tuer sérieusement,

Il conclut que «les sources ont fait remarquer l'incident, en partie, parce que c'était une anomalie dans la pratique de l'arène - un sursis de masse aux androïdes ».

Utilisation dans les temps modernes[modifier | modifier le code]

L'histoire était bien connue au 20ème siècle, et apparaît en effet dans la pièce Androcles et le Lion de George Bernard Shaw en 1912, juste avant que les Chrétiens affrontent les lions comme "Salut, César, ceux qui vont mourir te saluent", avec l'Empereur répondant "Bonjour, amis". En plus de prendre racine dans les conceptions modernes des coutumes romaines, la phrase a passé dans la culture contemporaine, y compris l'utilisation par des pilotes de l'armée de l'air comme John Lerew (sa biographie est intitulée, un film de la Seconde Guerre mondiale intitulé Morituri, un épisode de M * A * S * H intitulé "Peace on Us", la bande dessinée française "Astérix conquiert rome" de 1976 et son prédécesseur animé intitulé "The douze tâches d'astérix "des créateurs René Goscinny et Albert Uderzo, une bande dessinée Marvel des années 1980 appelée Strikeforce: Morituri qui se concentre sur les super-héros qui allaient inévitablement mourir, l'épisode Adventure Time " Morituri Te Salutamus "," un ensemble d'un - des pièces de théâtre des années 1890 par Hermann Sudermann, le roman canonique de 1902 Heart of Darkness de Joseph Conrad le roman de James Joyce Ulysses, prononcé par l'antagoniste principal, M. Brown, peu avant sa mort dans le roman de 1924 d'Agatha Christie The Secret Adversary, ainsi que mentionné dans l'épilogue de Christie's b ook A Caribbean Mystery (1964), dans la musique populaire des années 1980, ainsi que la musique dans les jeux vidéo, dans le titre de la recherche médicale évaluée par les pairs, dans un discours inaugural politique, commentaire de marché pendant la crise financière mondiale de 2008 et dans l'art moderne, fiction, non-fiction et poésie liés à la période romaine. Le film de science-fiction et de comédie 1985 My Science Project avait deux de ses principaux protagonistes - Vince et Sherman - en présence d'une sentinelle des gladiateurs. Ils ont été accueillis la phrase coutumière; lequel, avant de le soumettre, traduit par le Sherman aisé comme simplement, "Il va nous botter le cul!" Le personnage Old Bugs de la nouvelle de HP Lovecraft "Old Bugs" dit une légère modification à cette citation, "Ave, César, moriturus te saluto!" avant de s'effondrer sur le sol du speakeasy Sheehan dans lequel il travaille.

Dans la culture[modifier | modifier le code]

Selon une croyance moderne erronée et néanmoins persistante, durant les combats, les gladiateurs auraient eu l'habitude de saluer l'empereur en ces termes : Ave Caesar morituri te salutant ce qui signifie : « Salut César, ceux qui vont mourir te saluent »[1].

La formule a une origine authentique, mais n'est basée que sur un unique témoignage[1], celui de l'historien romain Suétone dans le cinquième livre de sa Vie des douze Césars[5], et dont le texte exact est Hauē Imperātor, moritūrī tē salūtant! [6]. Cependant, cette citation ne s'appliquait pas aux gladiateurs, puisque ces derniers n'avaient aucune certitude de mourir, comme l'implique le terme morituri. Elle fut apparemment prononcée en une seule occasion, et ce par des soldats renégats que Claude avait condamnés à mourir au cours d'une naumachie au bord du lac Fucin. L'association incorrecte avec la gladiature demeure malgré tout vivace dans la culture populaire[7],[1]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Félix Gaffiot, Le grand Gaffiot : dictionnaire latin-français, Paris, Hachette, (1re éd. 1934), 1766 p. (ISBN 2-01-166765-8)
  • Éric Teyssier et Brice Lopez, Gladiateurs. Des sources à l’expérimentation, Errances, , 154 p. (ISBN 2-87772-315-1)