Aller au contenu

Avanton

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Avanton
Avanton
Le château d'Avanton.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Vienne
Arrondissement Poitiers
Intercommunalité Communauté de communes du Haut-Poitou
Maire
Mandat
Anita Poupeau
2020-2026
Code postal 86170
Code commune 86016
Démographie
Gentilé Avantonnais
Population
municipale
2 221 hab. (2021 en augmentation de 5,01 % par rapport à 2015)
Densité 206 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 39′ 49″ nord, 0° 18′ 16″ est
Altitude Min. 98 m
Max. 132 m
Superficie 10,80 km2
Type Bourg rural
Unité urbaine Hors unité urbaine
Aire d'attraction Poitiers
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Migné-Auxances
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Avanton
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Avanton
Géolocalisation sur la carte : Vienne
Voir sur la carte topographique de la Vienne
Avanton
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
Avanton
Liens
Site web avanton.fr

Avanton est une commune du Centre-Ouest de la France, située dans le département de la Vienne en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Représentations cartographiques de la commune
Carte OpenStreetMap
Carte topographique
Carte avec les communes environnantes

Localisation[modifier | modifier le code]

Le bourg d'Avanton est situé sur le Seuil du Poitou, passage peu élevé entre le Massif armoricain à l'ouest et le Massif central à l'est. À une dizaine de kilomètres au nord de Poitiers, dans la plaine du Haut-Poitou.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La région d'Avanton présente un paysage de plaines de champs ouverts. Le terroir se compose[1] :

  • de groies moyennement profondes (pour 88 %) sur les Plaines calcaires. Les groies sont des terres du Sud-Ouest de la France, argilo-calcaires, peu profondes - en général de moins de 50 cm d’épaisseur – et plus ou moins riches en cailloux. Elles sont fertiles et saines et donc, propices à la polyculture céréalière mais elles s’assèchent vite ;
  • des constructions de l'agglomération (pour 12 %).

Climat[modifier | modifier le code]

Historiquement, la commune est exposée à un climat océanique du nord-ouest[2]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat océanique altéré et est dans la région climatique Poitou-Charentes, caractérisée par un bon ensoleillement, particulièrement en été et des vents modérés[3].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 11,6 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 14,7 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 716 mm, avec 10,8 jours de précipitations en janvier et 6,7 jours en juillet[4]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique la plus proche, située sur la commune de Neuville-de-Poitou à 5,12 km à vol d'oiseau[5], est de 12,5 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 704,6 mm[6],[7]. Pour l'avenir, les paramètres climatiques de la commune estimés pour 2050 selon différents scénarios d’émission de gaz à effet de serre sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[8].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Au , Avanton est catégorisée bourg rural, selon la nouvelle grille communale de densité à sept niveaux définie par l'Insee en 2022[9]. Elle est située hors unité urbaine[10]. Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Poitiers, dont elle est une commune de la couronne[Note 1],[10]. Cette aire, qui regroupe 97 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[11],[12].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (84,4 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (88,7 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (81,1 %), zones urbanisées (14,4 %), zones agricoles hétérogènes (3,3 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (1,2 %)[13]. L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Risques majeurs[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune d'Avanton est vulnérable à différents aléas naturels : météorologiques (tempête, orage, neige, grand froid, canicule ou sécheresse), mouvements de terrains et séisme (sismicité modérée). Il est également exposé à un risque technologique, le transport de matières dangereuses[14]. Un site publié par le BRGM permet d'évaluer simplement et rapidement les risques d'un bien localisé soit par son adresse soit par le numéro de sa parcelle[15].

Risques naturels[modifier | modifier le code]

Carte des zones d'aléa retrait-gonflement des sols argileux d'Avanton.

Les mouvements de terrains susceptibles de se produire sur la commune sont des affaissements et effondrements liés aux cavités souterraines (hors mines) et des tassements différentiels[16]. Afin de mieux appréhender le risque d’affaissement de terrain, un inventaire national permet de localiser les éventuelles cavités souterraines sur la commune[17]. Le retrait-gonflement des sols argileux est susceptible d'engendrer des dommages importants aux bâtiments en cas d’alternance de périodes de sécheresse et de pluie[18]. 3,7 % de la superficie communale est en aléa moyen ou fort (79,5 % au niveau départemental et 48,5 % au niveau national)[Carte 2]. Depuis le , en application de la loi ÉLAN, différentes contraintes s'imposent aux vendeurs, maîtres d'ouvrages ou constructeurs de biens situés dans une zone classée en aléa moyen ou fort[Note 2],[19].

La commune a été reconnue en état de catastrophe naturelle au titre des dommages causés par les inondations et coulées de boue survenues en 1982, 1999 et 2010, par la sécheresse en 2005 et 2017 et par des mouvements de terrain en 1999 et 2010[14].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Les traces d'Avanton se retrouvent en 732 avec la forme latine Ad ventum signifiant « Au vent, là où il vente », la commune étant située sur un plateau où le vent souffle[20]. Autre hypothèse, le fonctionnaire romain chargé de dresser l'état du site aurait mentionné Aventonem ou Villa Aventi pour désigner le domaine d'un riche propriétaire terrien de l'époque, autochtone ou Picton, un certain Aventos[21].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le cône rituel en or d’Avanton.

En 1844, un cône d'or ouvragé, le cône d’Avanton est mis à jour dans le village. Ce cône rituel en or, dont on fait aujourd'hui remonter la fabrication au début du IIe millénaire av. J.-C., c'est-à-dire de l'âge du bronze ancien, était le deuxième spécimen d'un artéfact que l'on avait découvert une première fois à Schifferstadt, en Allemagne, en 1835. L'objet, endommagé, est considéré comme un symbole de fertilité. La comparaison avec les autres cônes de l'âge du bronze donne à penser que la partie inférieure (un évasement faisant office de rebord) a disparu. Ce qui subsiste du cône d’Avanton est long de 55 cm et pèse 321 g[22].

Le cône d’Avanton est aujourd'hui exposé au Musée d'Archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye.

Les Hospitaliers[modifier | modifier le code]

Le château d'Avanton est bâti sur l’immense cave du premier niveau, qui constitue probablement la salle de chapitre d’une commanderie des Hospitaliers de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem, le corps central du château est édifié au milieu du XVIe siècle par François Aubert. Le corps de logis principal est surtout remarquable par son pavillon central qui contient l’escalier rampe sur rampe et est agrémenté de deux tourelles en encorbellement. Les façades offrent une ordonnance symétrique, éclairées d’origine par des fenêtres à meneaux. La porte d’entrée monumentale, décalée du fait de l’escalier, est très large, suivant les modèles utilisés sous la première Renaissance, et porte la couleur rouge « cochenille évasée ».

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[23]
Période Identité Étiquette Qualité
mai 1929 mars 1951 Louis Ribardière Rad. Industriel
mars 1951 novembre 1966 Maurice Bouchet   Agriculteur
novembre 1966 mars 1971 Roger Grenet   Agriculteur
mars 1971 mars 1983 Bernard Rabussier   Ingénieur chimiste
mars 1983 mars 1989 Jean Chenebault   Militaire retraité
mars 1989 août 1989 Rémy Berger   Instituteur en retraite
septembre 1989 mars 2001 Gilles Cibert   Directeur technique
mars 2001 mars 2008 Gabriel Ferer DVD Agent territorial
mars 2008 mars 2014 Nina Barriquault PS Retraitée de la fonction publique
Suppléante du député Alain Claeys (2012 → 2017)
mars 2014 octobre 2016[24]
(démission)
Jean-Luc Couillault DVD Chef d'entreprise
22 octobre 2016[25] En cours Anita Poupeau SE Cadre du secteur privé

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

La commune relève du tribunal d'instance de Poitiers, du tribunal de grande instance de Poitiers, de la cour d'appel Poitiers, du tribunal pour enfants de Poitiers, du conseil de prud'hommes de Poitiers, du tribunal de commerce de Poitiers, du tribunal administratif de Poitiers et de la cour administrative d'appel de Bordeaux, du tribunal des pensions de Poitiers, du tribunal des affaires de la Sécurité sociale de la Vienne, de la cour d’assises de la Vienne.

Services publics[modifier | modifier le code]

Les réformes successives de La Poste ont conduit à la fermeture de nombreux bureaux de poste ou à leur transformation en simple relais. Toutefois, la commune a pu maintenir le sien.

2015, première année où les subventions ne sont pas accordées aux associations sauf à celle qui interviennent dans les écoles, et aux associations qui présentent un projet.
2015, le maire soutient la banque postale pour fermer la poste. Et mettre en place un relais postal, (avec ou sans l'accord de la municipalité, cette action aurait de toute façon était mené ) . Conséquence, un mi-temps en moins pour cette initiative.

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants sont appelés les Avantonnais[26].

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[27]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[28].

En 2021, la commune comptait 2 221 habitants[Note 3], en augmentation de 5,01 % par rapport à 2015 (Vienne : +1,03 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
379482473496556563565588620
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
594654677649725792699645581
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
563605638545514513524534536
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
5706408171 1201 1641 4141 7711 8081 815
2015 2020 2021 - - - - - -
2 1152 2132 221------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[29] puis Insee à partir de 2006[30].)
Histogramme de l'évolution démographique

En 2008, la densité de population de la commune était de 169 hab./km2, 61 hab./km2 pour le département, 68 hab./km2 pour la région Poitou-Charentes et 115 hab./km2 pour la France.

Économie[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

Selon la direction régionale de l'Alimentation, de l'Agriculture et de la Forêt de Poitou-Charentes[31], il n'y a plus que 10 exploitations agricoles en 2010 contre 13 en 2000.

Les surfaces agricoles utilisées ont diminué et sont passées de 920 hectares en 2000 à 729 hectares en 2010. 60 % sont destinées à la culture des céréales (2/3 pour le blé tendre et 1/3 pour l'orge) et 2 9% pour les oléagineux (colza et tournesol). En 2010,10 hectares (12 en 2000) sont consacrés à la vigne. Le vignoble se répartit sur cinq domaines (onze en 2000)[31].

Commerce et industrie[modifier | modifier le code]

La vie économique d'Avanton se compose de commerces dans le centre mais aussi d'entreprises basées sur la ZAE des Cosses. L'ensemble comprend une dizaine de commerces/artisans et une vingtaine d'entreprises installées à Avanton. Quelques activités sont réalisées à domicile de particuliers.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

  • Le château d'Avanton : le château a connu deux dommages : un premier en 1869, quand l’aile nord s’écroule, et le deuxième en 1922, quand la même aile est de nouveau détruite par un feu de cheminée[32]. Le château est inscrit comme monument historique depuis 1927.
  • Pigeonnier de 1844 boulins[33].
  • Dans le cimetière, stèle sculptée, rare témoin de la sépulture funéraire moderne en Poitou (tombeau de Mlle Simonet, sculpteur : A. Desoulières).

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

La commune contient cinq zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF)[35] qui couvrent 100 % de la surface communale :

  • Le bois de la Bardonniere,
  • La Marguienne,
  • La plaine de Furigny-Bellefois,
  • La plaine d'Avanton,
  • Les plaines du Mirebalais et du Neuvillois qui sont aussi protégées au titre de la directive oiseaux qui assure la protection des oiseaux sauvages et de leurs biotopes[36].

Le bois de la Bardonniere[modifier | modifier le code]

Le bois de la Bardonnière constitue une des dernières reliques de milieu naturel dans le paysage céréalier intensif de la plaine du Haut-Poitou, autour de Poitiers. Sur ces terres de "groies" peu profondes et caillouteuses où le substratum de calcaire jurassique n’est jamais très loin de la surface, l’essence dominante du boisement est le chêne pubescent, ou "chêne noir", un arbre thermophile mais résistant bien aux froids.

En raison du caractère presque linéaire du peuplement ici et des vicissitudes passées, il est accompagné sur le site par diverses autres espèces : érable sycomore, érable plane, orme champêtre et même if, qui témoignent ici d’une introduction volontaire ou accidentelle d’essences décoratives par l’homme. En pied de haie, se trouve une bande herbacée mêlant parmi des plantes communes de ce type de biotope comme l’Iris fétide ou le Géranium pourpré, une espèce rarissime en Poitou-Charentes, voire dans tout l’ouest de la France : la Centaurée de Trionfetti. Il s’agit d’une plante vivace de la famille des Astéracées, haute de 25 cm à 70 cm, à tige munie de feuilles linéaires et aiguës, se terminant par un unique capitule d’un bleu profond qui, comme chez toutes les espèces de cette famille, est formé en fait par la réunion de nombreuses petites fleurs individuelles serrées sur un support commun, le réceptacle.

Les plaines du Mirebalais et du Neuvillois[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Alfred Plauzeau (1875 - 1918), peintre natif d'Avanton.
  • Romain Édouard (1990 - ), joueur d'échecs international (Titre : GMI) - Champion d'Europe U16 en 2003 - Champion de France en 2012 - 4e Français et 44e mondial - meilleur classement juin 2014 : 2702 pts fide.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Mémoire Avanton toute une histoire, Thierry Brouard.
  • Mémoire Avanton histoire et Mémoire de l'association Avanton Mémoire.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  2. Dans les zones classées en aléa moyen ou fort, différentes contraintes s'imposent :
    • au vendeur d'informer le potentiel acquéreur du terrain non bâti de l’existence du risque RGA ;
    • au maître d’ouvrage, dans le cadre du contrat conclu avec le constructeur ayant pour objet les travaux de construction, ou avec le maître d'œuvre, le choix entre fournir une étude géotechnique de conception et le respect des techniques particulières de construction définies par voie réglementaire ;
    • au constructeur de l'ouvrage qui est tenu, soit de suivre les recommandations de l’étude géotechnique de conception, soit de respecter des techniques particulières de construction définies par voie réglementaire.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).
  2. « Cartographie interactive de l'exposition des sols au retrait-gonflement des argiles », sur infoterre.brgm.fr (consulté le ).

Références[modifier | modifier le code]

  1. Chambre Régionale d'agriculture de Poitou-Charente - 2007
  2. « Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (ORACLE) en Nouvelle-Aquitaine. » [PDF], sur haute-vienne.chambre-agriculture.fr, (consulté le ), p. 2.
  3. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le ).
  4. Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  5. « Orthodromie entre Avanton et Neuville-de-Poitou », sur fr.distance.to (consulté le ).
  6. « Station Météo-France « Neuville de Poi » (commune de Neuville-de-Poitou) - fiche climatologique - période 1991-2020 », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  7. « Station Météo-France « Neuville de Poi » (commune de Neuville-de-Poitou) - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  8. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.fr, (consulté le ).
  9. « La grille communale de densité », sur le site de l'Insee, (consulté le ).
  10. a et b Insee, « Métadonnées de la commune ».
  11. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Poitiers », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  12. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Insee, (consulté le ).
  13. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le ).
  14. a et b « Les risques près de chez moi - commune d'Avanton », sur Géorisques (consulté le ).
  15. BRGM, « Évaluez simplement et rapidement les risques de votre bien », sur le site de l'observatoire national des risques naturels (consulté le ).
  16. « Dossier départemental des risques majeurs de la Vienne », sur le site de la préfecture de la Vienne (consulté le ), chapitre Mouvements de terrain.
  17. « Liste des cavités souterraines localisées sur la commune d'Avanton », sur le site de l'observatoire national des risques naturels (consulté le ).
  18. « Retrait-gonflement des argiles », sur le site de l'observatoire national des risques naturels (consulté le ).
  19. « Sols argileux, sécheresse et construction », sur ecologie.gouv.fr (consulté le ).
  20. Le Patrimoine des communes de la Vienne en 2 tomes – Édition FLOHIC – 2002 – (ISBN 2-84234-128-7).
  21. Mémoire Avanton histoire et Mémoire de l'association Avanton Mémoire.
  22. Notice du Musée d'archéologie nationale.
  23. Site de la préfecture de la Vienne, consulté le 10 mai 2008
  24. « Le maire d'Avanton démissionne », La Nouvelle République,‎ (lire en ligne).
  25. « Anita Poupeau élue maire de la commune », La Nouvelle République,‎ (lire en ligne).
  26. Gentilé sur le site habitants.fr Consulté le 29/09/2008.
  27. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  28. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  29. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  30. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  31. a et b Fiches communales 2000 - 2010 de la Vienne
  32. Notice du château d'Avanton.
  33. cf. Mairie d'Avanton
  34. « Eglise paroissiale Saint-Laurent », sur pop.culture.gouv.fr (consulté le ).
  35. Secrétariat scientifique de l'inventaire des ZNIEFF, DREAL Poitou-Charentes, 2011
  36. DREAL Poitou-Charentes / MNHN, 2013