Auzielle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Auzielle
Auzielle
La mairie et l'église Saint-Pierre.
Blason de Auzielle
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Haute-Garonne
Arrondissement Toulouse
Canton Castanet-Tolosan
Intercommunalité Sicoval
Maire
Mandat
Joseph revelliere
2016-2020
Code postal 31650
Code commune 31036
Démographie
Gentilé Auziellois
Population
municipale
1 393 hab. (2015 en augmentation de 8,49 % par rapport à 2010)
Densité 303 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 32′ 33″ nord, 1° 34′ 00″ est
Altitude Min. 154 m
Max. 234 m
Superficie 4,59 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne

Voir sur la carte administrative de la Haute-Garonne
City locator 14.svg
Auzielle

Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne

Voir sur la carte topographique de la Haute-Garonne
City locator 14.svg
Auzielle

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Auzielle

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Auzielle
Liens
Site web www.auzielle.fr

Auzielle (Ausièla en occitan) est une commune française située dans le département de la Haute-Garonne en région Occitanie. Elle fait partie de la communauté d'agglomération du Sicoval.

Ses habitants sont appelés les Auziellois et les Auzielloises.

Géographie[modifier | modifier le code]

Cette commune de l'aire urbaine de Toulouse est située dans son pôle urbain, sur la Marcaissonne à 14 km au sud-est de Toulouse.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Auzielle est limitrophe de cinq autres communes.

Carte de la commune de Auzielle et de ses proches communes.
Communes limitrophes d’Auzielle[1]
Lauzerville
Saint-Orens-de-Gameville Auzielle[1] Sainte-Foy-d'Aigrefeuille
Escalquens Odars

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est arrosée par le Marcaissonne affluent de l'Hers-Mort.

Géologie[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune est de 459 hectares ; son altitude varie de 154 à 234 mètres[2].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Transport à la demande dans l'agglomération toulousaine

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Le site d’Auzielle a probablement été occupé dès le néolithique, comme en témoignent des outils en pierre taillée qui ont été retrouvés dans les environs. Plus tard la région a été occupée successivement par les Wisigoths, puis par les Francs, ce qui explique l’origine germanique du nom de notre village "Audavilla"; « Auda » signifie vieux, seigneur ou noble ; « Villa » veut dire richesse, patrimoine. Le nom d’Osvilla apparaît dans des écrits latins en 1213, à l’époque du catharisme triomphant. Au fil des siècles, Osvilla est devenu Auzielle. En 1213 lors de la Bataille du Pujol, une garnison Templière de Simon IV de Montfort campait dans un bâtiment situé à 500 mètres du château d’eau actuel de Lauzerville. De nombreux Auziellois, alors languedociens, se rallièrent au comte Raymond de Toulouse pour attaquer les envahisseurs croisés d'origine normand. La réaction est rapide, le château est rapidement repris et les trois chevaliers normands que Montfort y avait installés sont faits prisonniers et seront exécutés à Toulouse. En 1226, Un château est construit, l’extension de l’influence de Toulouse fait d’Auzielle le chef-lieu d’une châtellenie de la Viguerie de Toulouse. L’église d’Auzielle n’est alors qu’une annexe de celle de Saint-Orens. Cette église fut l’ancienne chapelle du château où un souterrain relié les 2 édifices (secretum sub terra) d'origine Wisigoths, la porte du cœur, à droite du maître-autel, permettait au seigneur l’accès direct aux offices. Cette porte a dû être murée après les guerres de religions (1570) ou lors de la transformation de la chapelle en église paroissiale. Cette porte sert actuellement de niche à la statue de saint Pierre, patron de la paroisse. Son nom est mentionné sur une plaque à l’extérieur près de l’entrée.

Église Saint-Pierre[modifier | modifier le code]

La première mention écrite de l’existence de l’église date de 1272, dans un livre des prévôts[Lequel ?]. En 1527, on trouve trace d’un contrat pour la reconstruction du clocher. L’église est bâtie sur les restes d’un fort médiéval, comme en témoigne sa situation, l’épaisseur de ses murs et son porche qui est celui de l’ancienne demeure fortifiée. À l’ouest se trouve le clocher rectangulaire à deux étages percé de baies cintrées et terminé en forme de pyramide. Il a été construit au milieu du XVIe siècle. Il se distingue des clochers murs des autres églises construites à la même époque dans le Lauragais. C’est donc un ouvrage de prestige qui témoigne de l’importance qu'Auzielle avait à cette époque. Dès le XVIe siècle, l’église apparaît dans sa configuration actuelle avec un vaisseau central et quatre chapelles latérales, de chaque côté du cœur, abritant des autels secondaires offerts par les paroissiens. Le maître-autel daterait de la construction de l’église.

Saccagée à plusieurs reprises au temps des guerres de religion et à la suite de la Révolution, l’église est remise en était lors d’importants travaux conduits au XIXe siècle. Ces dernières années, la mairie a contribué à d’importants travaux de restauration tant de l’intérieur du bâtiment que sur les façades, mais il reste aujourd’hui à remettre en état le haut du clocher fortement dégradé.

Seigneurie d’Auzielle[modifier | modifier le code]

Au XVe siècle, Bernard de Roquette s’installe à la tête de la Seigneurie et édifie le nouveau château d’Auzielle. Au XVIe siècle, Auzielle subit les désastres des guerres de religion. La ville est dévastée en 1570, 1577 et 1589. Reconstruite, elle devient une communauté rurale active. Le plus illustre propriétaire de ce château est François du Perier, avocat au parlement de Toulouse au XVIe siècle (Malherbe compose des vers célèbres pour la fille de du Perier : «… et rose elle a vécu ce que vive les roses… »). Appartenant à la fin du XVIe siècle aux Maurice, le château passe au XVIIe siècle à Marc Noé de Guitaut qui cède ses droits aux Martin. À la fin du XVIIIe siècle, la seigneurie appartient au marquis de Rocher du Bollay qui rend la justice au château. La famille émigre pendant la révolution, fuyant la terreur. Au milieu du XIXe siècle, la seigneurie revient aux Boussac, héritiers de du Perier.

Légende du château d'Auzielle[modifier | modifier le code]

À l’origine, le château est entouré de douves franchissables au sud et au nord par des ponts dormants et à l’est par un pont-levis. Au XVIe siècle, les angles du château sont flanqués de deux tours rondes au sud et carrées au nord, au XVIIe siècle le rez-de-chaussée et le premier étage sont remaniés, sur la façade principale, l’avant corps central est surmonté d’un fronton. Au XVIIIe siècle, construction du deuxième étage qui condamne les fenêtres des tours.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Auzielle

Son blasonnement est : D'argent aux trois barres d'azur.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le nombre d'habitants au recensement de 2011 étant compris entre 500 et 1 499 habitants, le nombre de membres du conseil municipal pour l'élection de 2014 est de quinze[3],[4].

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Commune faisant partie de la troisième circonscription de la Haute-Garonne du Sicoval et du canton de Castanet-Tolosan.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

La mairie
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 2008 Jean-Claude Georgelin    
mars 2008 2016 Francis Condat DVG Retraité
2016 actuel Joseph reveiliere    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[6].

En 2015, la commune comptait 1 393 habitants[Note 1], en augmentation de 8,49 % par rapport à 2010 (Haute-Garonne : +7,35 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
204 204 205 264 249 260 263 278 278
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
222 212 205 203 210 159 154 157 138
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
160 161 164 144 138 145 146 141 164
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
166 138 410 1 002 1 091 1 558 1 378 1 353 1 327
2013 2015 - - - - - - -
1 263 1 393 - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[9] 1975[9] 1982[9] 1990[9] 1999[9] 2006[10] 2009[11] 2013[12]
Rang de la commune dans le département 431 180 109 113 99 124 131 140
Nombre de communes du département 592 582 586 588 588 588 589 589

Économie[modifier | modifier le code]

Service public[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Auzielle fait partie de l'académie de Toulouse.

L'éducation est assurée sur la commune par une école maternelle et une école primaire.

Culture[modifier | modifier le code]

Activités sportives[modifier | modifier le code]

Pétanque, tennis, football

Écologie et recyclage[modifier | modifier le code]

La collecte et le traitement des déchets des ménages et des déchets assimilés ainsi que la protection et la mise en valeur de l'environnement se font dans le cadre du Sicoval[13].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Pierre

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]