Auze (affluent de la Dordogne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Auze.

Auze
Illustration
La chute de l'Auze à Salins.
Caractéristiques
Longueur 44,2 km
Bassin 196 km2
Bassin collecteur Dordogne
Débit moyen 3,23 m3/s (Ally)
Régime pluvio-nival
Cours
Source près du lieu-dit Fontanet
· Localisation entre Anglards-de-Salers et Saint-Bonnet-de-Salers
· Altitude vers 1 195 m
· Coordonnées 45° 09′ 51″ N, 2° 34′ 05″ E
Confluence Dordogne
· Localisation entre Chalvignac et Pleaux (enclave de Tourniac)
· Altitude 264 m
· Coordonnées 45° 13′ 21″ N, 2° 12′ 11″ E
Géographie
Principaux affluents
· Rive gauche Monzola, Sionne
· Rive droite Ruisseau de Piallevedel
Pays traversés France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Cantal
Principales localités Mauriac

Sources : Sandre, Géoportail, Banque Hydro

L'Auze est une rivière française du Massif central dont le cours est intégralement situé dans le département du Cantal.

Géographie[modifier | modifier le code]

L'Auze prend sa source vers 1 195 mètres d’altitude, dans les monts du Cantal en limite des communes d'Anglards-de-Salers et de Saint-Bonnet-de-Salers, près du lieu-dit Fontanet, un kilomètre au nord-ouest et en contrebas du puy de l'Agneau (1 322 m), et à environ deux kilomètres du col de Néronne.

Elle passe sous la route départementale (RD) 22 au Pont d'Auze, un kilomètre au sud-est du bourg d'Anglards-de-Salers puis successivement, cinq kilomètres plus loin, sous l'ancienne ligne ferroviaire Aurillac-Mauriac puis sous la RD 922. Une cinquantaine de mètres en aval, elle chute d'une hauteur de 30 mètres[1] à la cascade de Salins qui marque le passage de son cours supérieur, sur roches volcaniques, vers son cours inférieur, sur roches schisteuses ravinées. Quelques centaines de mètres plus loin, le Monzola qui la grossit en rive gauche draine le plateau de Salers. Elle est ensuite franchie par la RD 38, commence à entrer dans des gorges puis reçoit son principal affluent, la Sionne sur sa gauche. Elle passe sous la RD 681, puis son cours est arrêté au barrage des Esprats qui alimente en eau la retenue du barrage de l'Aigle par une conduite souterraine longue de quatre kilomètres. L'Auze est ensuite franchie par la RD 678 au pont du Pestre. Elle reçoit sur sa droite le ruisseau de Piallevedel, puis passe sous la RD 105.

En aval du lieu-dit le Moulin d'Auze, elle rejoint la Dordogne dans la retenue du barrage du Chastang, à 264 m d'altitude, trois kilomètres au sud-ouest du bourg de Chalvignac, et autant en aval du barrage de l'Aigle, face à la commune de Soursac (département de la Corrèze, en région Nouvelle-Aquitaine).

Dans sa partie aval et sur plus de vingt kilomètres, ses gorges sauvages, hautes de 100 à 300 mètres, sont d'accès difficile, surtout à proximité de l'église de Brageac, où elles peuvent être impénétrables.

Son cours est long de 44,2 km pour un bassin versant de 196 km2[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Au XIIe siècle, Étienne d'Obazine et les moines cisterciens de l'abbaye d'Aubazine, fondent un petit prieuré auvergnat, dans la vallée de l'Auze, au lieu-dit lo Pestre, dans le hameau de Doumis bas, aujourd'hui sur la commune de Pleaux, dans l'enclave de Tourniac.

Le lieu se trouvant trop peu propice à la vie monastique, il est choisi de transférer l'abbaye naissante à Auriac[3]. Le premier abbé en est Bégon d'Escorailles[4].

Affluents[modifier | modifier le code]

Parmi les vingt affluents répertoriés par le Sandre[2], les trois plus longs sont le Monzola en rive gauche, un ruisseau de 10,7 km[5], la Sionne, également en rive gauche avec 15,1 km[6] et le ruisseau de Piallevedel, 9,2 km[7] en rive droite.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La station hydrologique d'Ally (Pont-d'Auze) a fonctionné pendant 23 ans entre 1946 et 1968[8]. À cet endroit, le bassin versant représente 112 km2, soit 57 % de la totalité du bassin.

Le module s'établissait alors à 3,23 m3/s, avec une période de hautes eaux caractérisée par un débit mensuel moyen évoluant dans une fourchette de 2,90 à 5,93 m3/s, de novembre à mai inclus (avec un maximum en décembre). La période des basses eaux a lieu de juillet à septembre, avec un minimum de 0,515 m3/s en juillet.

Débit moyen mensuel (en m3/s)
Station hydrologique : Ally
Données calculées sur 23 ans
(période 1946-1968)
Source : Banque Hydro

Sur cette période, le débit journalier maximal enregistré a été de 56 m3/s le 25 décembre 1968.

À cet endroit, l'Auze est un cours d'eau très abondant. La lame d'eau écoulée dans son bassin versant (912 millimètres annuellement) est près de trois fois supérieur à la moyenne de la France entière tous bassins confondus (320 millimètres).

Communes et département traversés[modifier | modifier le code]

À l'intérieur du seul département du Cantal, l'Auze arrose onze communes[2],[note 1], soit d'amont vers l'aval :

Monuments ou sites remarquables à proximité[modifier | modifier le code]

La cascade en contrebas du viaduc de Salins.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Contrairement à ce que note le Sandre, la commune corrézienne de Soursac n'est pas arrosée par l'Auze puisqu'elle se situe en rive droite de la Dordogne, rive opposée au confluent Auze-Dordogne

Références[modifier | modifier le code]

  1. la Cascade de Salins sur le site des cascades du Cantal, consulté le 2 février 2015.
  2. a b et c Sandre, « Fiche cours d'eau - L'Auze (P10-0400) » (consulté le 2 février 2015)
  3. Marie-France Houdart, « Une abbaye cistercienne : Valette », sur http://lemovica.free.fr/, Limousin, une histoire (consulté le 21 juin 2013).
  4. « Abbaye de Valette (comm. Auriac) », sur http://www.archives.cg19.fr, Archives départementales de la Corrèze (consulté le 21 juin 2013).
  5. Sandre, « Fiche cours d'eau - Le Monzola (P1000520) », consulté le 1er février 2015.
  6. Sandre, « Fiche cours d'eau - La Sionne (P1010520) », consulté le 1er février 2015.
  7. Sandre, « Fiche cours d'eau - Ruisseau de Piallevedel (P1030610) », consulté le 1er février 2015.
  8. Banque Hydro - MEDDE, « Synthèse de la Banque Hydro - l'Auze à Ally (P1024010) » (consulté le 2 février 2015)
  9. « Église Saint-Thyrse », notice no PA00093439, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 2 février 2015.
  10. « Château de la Trémolière », notice no PA00093438, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 2 février 2015.
  11. « Église Saint-Bonnet », notice no PA15000026, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 2 février 2015.
  12. « Château de Mazerolles », notice no PA15000018, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 2 février 2015.
  13. « Église Saint-Pantaléon », notice no PA00093685, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 2 février 2015.
  14. « Fortifications de la Trizague », notice no PA00093509, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 2 février 2015.
  15. Maison de la paille et du grain sur le site du Pays de Salers, consulté le 2 février 2015.
  16. « Église Saint-Thibaud », notice no PA00093434, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 2 février 2015.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]