Auvers-le-Hamon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Auvers-le-Hamon
Auvers-le-Hamon
La mairie.
Blason de Auvers-le-Hamon
Blason
Auvers-le-Hamon
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Sarthe
Arrondissement La Flèche
Intercommunalité Communauté de communes de Sablé-sur-Sarthe
Maire
Mandat
Jean-Louis Lemaître
2020-2026
Code postal 72300
Code commune 72016
Démographie
Gentilé Auversois
Population
municipale
1 478 hab. (2019 en diminution de 2,7 % par rapport à 2013)
Densité 31 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 54′ 09″ nord, 0° 21′ 06″ ouest
Altitude Min. 29 m
Max. 93 m
Superficie 47,83 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Sablé-sur-Sarthe
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Sablé-sur-Sarthe
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Pays de la Loire
Voir sur la carte administrative des Pays de la Loire
City locator 14.svg
Auvers-le-Hamon
Géolocalisation sur la carte : Sarthe
Voir sur la carte topographique de la Sarthe
City locator 14.svg
Auvers-le-Hamon
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Auvers-le-Hamon
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Auvers-le-Hamon
Liens
Site web auverslehamon.mairie72.fr

Auvers-le-Hamon est une commune française, située dans le département de la Sarthe dans la région Pays de la Loire, peuplée de 1 478 habitants[Note 1].

La commune fait partie de la province historique du Maine[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Auvers-le-Hamon est un vaste territoire traversé du nord au sud par le Treulon et l’Erve, affluents de la Sarthe.

Géologie[modifier | modifier le code]

La commune repose sur le bassin houiller de Laval daté du Culm, du Viséen supérieur et du Namurien (daté entre -346 et -315 millions d'années)[3].

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique dégradé des plaines du Centre et du Nord », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[4]. En 2020, la commune ressort du type « climat océanique altéré » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Il s’agit d’une zone de transition entre le climat océanique, le climat de montagne et le climat semi-continental. Les écarts de température entre hiver et été augmentent avec l'éloignement de la mer. La pluviométrie est plus faible qu'en bord de mer, sauf aux abords des reliefs[5].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent à la normale 1971-2000[Note 2]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[4]

  • Moyenne annuelle de température : 11,4 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 2,1 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 4,1 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 3] : 14 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 4] : 699 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 11,7 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 6,6 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[8] complétée par des études régionales[9] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Saint-Loup-du-Dorat », sur la commune de Saint-Loup-du-Dorat, mise en service en 2000[10] et qui se trouve à 5 km à vol d'oiseau[11],[Note 5], où la température moyenne annuelle est de 12,1 °C et la hauteur de précipitations de 757,2 mm pour la période 1981-2010[12]. Sur la station météorologique historique la plus proche, « Le Mans », sur la commune du Mans, mise en service en 1944 et à 42 km[13], la température moyenne annuelle évolue de 11,6 °C pour la période 1971-2000[14], à 12 °C pour 1981-2010[15], puis à 12,5 °C pour 1991-2020[16].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Auvers-le-Hamon est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 6],[17],[18],[19].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Sablé-sur-Sarthe, dont elle est une commune de la couronne[Note 7]. Cette aire, qui regroupe 39 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[20],[21].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (92,1 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (92,9 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (55,3 %), prairies (28,3 %), zones agricoles hétérogènes (8,5 %), forêts (5,3 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (1,5 %), zones urbanisées (1,1 %)[22].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[23].

Toponymie[modifier | modifier le code]

D'après Albert Dauzat, le toponyme aurait une origine gauloise, soit issu d'Arvernus, surnom ethnique, ou composé d'are, « devant », et vern-, « aulne »[24]. Le toponyme pourrait aussi faire référence à la géographie locale : le village étant un lieu à flanc de coteau (alversus en latin)

  • Le nom de la localité est attesté sous les formes Alversus vers 1050[25], Alvercus aussi en 1050[25], Alvers en 1064[24].
  • À partir du XIIe siècle, est rajouté « le Hamon » à Auvers[25]. Hamon est Hamon de Laval le fils du fondateur du prieuré.
  • En 1793, la commune porte brièvement le nom d'Auvers-l'Union[26].

Le gentilé est Auversois.

Histoire[modifier | modifier le code]

  • Préhistoire : présence humaine constatée sur plusieurs sites : hommes de l'époque Néanderthal au bois de Sirion[27] et la Girardière, éperon barré néolithique de Rimer[28].
  • Antiquité : Traces de fermes antiques et d'un temple à double cella sur le territoire de la commune, découvertes par prospections aériennes[29]. Des fouilles récentes ont permis d'explorer une ferme gallo-romaine[30], un établissement agricole et un four de réduction du fer d'époque romaine[31].
  • XIe siècle : fondation du prieuré par Guérin, moine de Saint-Calais, sur volonté de Guy de Déneré (également appelé Guy Ier de Laval)[32].
  • Au XIIe siècle, une foire est créée à Auvers-le-Hamon par Guy VI de Laval.
  • 1199 : Signature du traité d'Auvers par le roi Jean sans Terre, en présence de Guillaume des Roches[33].
  • Guerre de Cent Ans : peu d'informations sont présentes dans les archives, mais une phase de grandes reconstructions notamment manoriales au XVe siècle fait penser à la destruction de nombreux bâtiments (de nombreux villages autour de Sablé-sur-Sarthe ont été détruits par les troupes anglaises à la fin de la guerre de Cent Ans).
  • XVIIIe siècle : Auvers-le-Hamon est le point de départ de plusieurs expérimentations agricoles comme l'implantation du trèfle irlandais pour le fourrage des bêtes par Philippe Jourdain de la Panne[34].
  • 1780 : déménagement définitif du petit cimetière vers le grand cimetière (cimetière actuel) libérant une place autour de l'église.
  • Révolution française : Auvers-le-Hamon est l'un des haut lieu de la Chouannerie du Maine, avec les agissements d'une troupe menée par le capitaine Armand. Le village est très brièvement renommé Auvers-l'Union en 1793[35].
  • 1805 : Découverte des premières mines d'anthracite de la vallée de la Sarthe sur les terres de la ferme de Chantemêle à Auvers-le-Hamon[36]. Cette découverte fut mise à profit pour la production de chaux destinée à l'amendement des terres. L'extraction de l'anthracite s'est faite de 1822 à 1859 sur la commune et s'est poursuivi jusqu'au milieu du XXe siècle dans la région malgré la mauvaise rentabilité de la production rendue difficile par la géologie peu favorable[3]. Quelques terrils subsistent encore, visibles de la route menant à Poillé-sur-Vègre (D 79).
  • 1843 : La route de Sablé est percée. Ce nouvel axe nord-sud traversant le village, perturbe le parcellaire ancien et constitue un nouveau pôle d'occupation.
  • 1867 : agrandissement du chœur de l'église.
  • 1871 : présence prussienne.
  • 1902-1903 : découverte par l'abbé Toublet de peintures murales dans la nef de l'église.
  • 1919 : stationnement de troupes américaines[37],[38],[39].
  • 8 août 1945 : libération d'Auvers-le-Hamon par la 2e DB.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
1791 1792 Louis Janin   Premier maire de la commune, prêtre de la paroisse.
1792 1813 Louis René Mathieu Lelasseux   Ancien fermier général du prieuré d’Auvers-le-Hamon (1782-1790), bourgeois (1791).
2 septembre 1816 13 mai 1821 Gabriel Géré Lamotte    
13 mai 1821 6 janvier 1824 Pierre Noël Hamelin    
6 janvier 1824 28 août 1830 Louis Jean Pioger   Propriétaire
28 août 1830 15 janvier 1834 Auguste-Pierre Charles   Notaire
15 janvier 1834 28 mai 1837 Auguste Toussaint Ozou    
28 mai 1837 25 juillet 1837 François Dugué    
25 juillet 1837 7 février 1841 Léon Géré    
7 février 1841 30 septembre 1847 René Lebannier    
30 septembre 1847 1855 Charles Girard de Charnace   Propriétaire ; réélu en 1852.
1855 1868 Adolphe Théodule Chevallier   Notaire, réélu en 1865.
30 septembre 1847 1898 Charles Girard de Charnace   Propriétaire ; réélu en 1874, 1878, 1892, 1896, il exerce la fonction de maire jusqu'à sa mort en 1898.
1898 8 mai 1905 Pierre Roger   Ingénieur agricole ; réélu en 1904, il exerce la fonction de maire jusqu'à sa mort le 8 mai 1905.
1905 1908 Victor Lebreton    
mai 1908 1912 Auguste Plaçais    
1912 1929 François Houtin    
1929 1936 Camille Breton   Notaire
         
années 1970 vers 1976 Alfred Ballue    
avant 1981 1983 Claude Besse    
1983 1989 Henri Lemaitre    
1989 mars 2008 Michel Lavoué    
mars 2008[40] mai 2020 Jean-Pierre (dit Pierrot) Legay SE Retraité de l'enseignement
mai 2020[41] En cours Jean-Louis Lemaître SE Agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.

Le conseil municipal est composé de quinze membres dont le maire et quatre adjoints[41].

Jumelages[modifier | modifier le code]

Drapeau de l'Allemagne Hatten (de) (Allemagne) depuis 1980.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[42]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[43].

En 2019, la commune comptait 1 478 habitants[Note 8], en diminution de 2,7 % par rapport à 2013 (Sarthe : −0,46 %, France hors Mayotte : +2,17 %). Auvers-le-Hamon a compté jusqu'à 2 264 habitants en 1851.

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 9971 9811 9261 9942 1702 0882 1832 2332 264
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 1622 0782 0291 8761 8641 7561 7501 6951 615
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 6131 5111 4641 3061 2561 2071 1921 2511 279
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
1 1801 0669351 2011 1971 3741 4931 5101 524
2017 2019 - - - - - - -
1 4731 478-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[26] puis Insee à partir de 2006[44].)
Histogramme de l'évolution démographique

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • Une foire annuelle.
  • Un marché hebdomadaire.

Sports[modifier | modifier le code]

L'Union Club Auvers-Poillé fait évoluer trois équipes de football en divisions de district[45].

Économie[modifier | modifier le code]

Campagne auversoise : un marcassin adopté par des vaches.
  • Monoculture intensive : blé, maïs, tournesol. L'équipement dont bénéficient les cultivateurs allié au traitement des sols permettent deux, voire trois récoltes par an (lin).
  • Quelques administrations : centre d'entretien routier, centre d'études techniques de l'équipement, centre de traitement informatique des finances.

Tourisme[modifier | modifier le code]

  • Un gîte rural.
  • Un restaurant.
  • Un camping à la ferme.
  • Une zone artisanale.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Labels[modifier | modifier le code]

La commune a obtenu le niveau "trois fleurs" au concours des villes et villages fleuris[51].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Claude Dugué, prêtre, auteur et traducteur, né à Auvers-le-Hamon, mort après 1584[52]
  • Julien Alexandre Monique Lelasseux Lafosse (°9 octobre 1791 à Auvers-le-Hamon), polytechnicien — promotion 1810 — officier d’artillerie, professeur de mathématiques à l’école militaire de La Flèche, auteur d’un traité sur le jeu de trictrac[53].
  • Abbé Emmanuel Toublet, prêtre curé d'Auvers-le-Hamon (1902-1920), historien, a écrit une "Histoire d'Auvers-le-Hamon", et de nombreux articles sur l'histoire de la commune. Il est "l'inventeur" des peintures murales de l'église en 1903 [54].
  • Michel Lejeune (né en 1946 à Auvers-le-Hamon et mort le 29 avril 2021), homme politique.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Auvers-le-Hamon (Sarthe).svg

Les armes d'Auvers-le-Hamon se blasonnent ainsi :

De sable à l'arbre renversé d'argent[55].

Armoiries du prieuré d'Auvers-le-Hamon signalées par M. D'HOZIER, dite de la commune d'Auvers-le-Hamon par l'abbé Toublet dans ses écrits sur l'histoire d'Auvers-le-Hamon et confirmées par la municipalité le .


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2019.
  2. Les normales servent à représenter le climat. Elles sont calculées sur 30 ans et mises à jour toutes les décennies. Après les normales 1971-2000, les normales pour la période 1981-2010 ont été définies et, depuis 2021, ce sont les normales 1991-2020 qui font référence en Europe et dans le monde[6].
  3. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  4. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[7].
  5. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  6. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  7. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  8. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Sources[modifier | modifier le code]

Site internet de la commune: http://www.auverslehamon.mairie72.fr/

Références[modifier | modifier le code]

  1. Claude-Marin Saugrain, Dictionnaire universel de la France ancienne et moderne et de la Nouvelle France, vol. 1, , p. 253
  2. « Géoportail (IGN), couche « Limites administratives » activée ».
  3. a et b H. Etienne et J.-C. Limasset, Ressources en charbon de la région Pays-de-la-Loire : Loire-Atlantique, Maine-et-Loire, Mayenne, Sarthe et Vendée, Nantes, BRGM, (lire en ligne [PDF]).
  4. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  5. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  6. 2021 : de nouvelles normales pour qualifier le climat en France, Météo-France, 14 janvier 2021.
  7. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  8. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  9. [PDF]« Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (Oracle) - Pays de la Loire », sur pays-de-la-loire.chambres-agriculture.fr, (consulté le )
  10. « Station Météo-France Saint-Loup-du-Dorat - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  11. « Orthodromie entre Auvers-le-Hamon et Saint-Loup-du-Dorat », sur fr.distance.to (consulté le ).
  12. « Station Météo-France Saint-Loup-du-Dorat - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  13. « Orthodromie entre Auvers-le-Hamon et Le Mans », sur fr.distance.to (consulté le ).
  14. « Station météorologique de Le Mans - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  15. « Station météorologique de Le Mans - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  16. « Station météorologique de Le Mans - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  17. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  18. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  19. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  20. « Liste des communes composant l'aire d'attraction d'Sablé-sur-Sarthe », sur insee.fr (consulté le ).
  21. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  22. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  23. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  24. a et b Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Larousse, .
  25. a b et c Bénédictins de Solesmes, sous les auspices et aux frais de M. P. d'Albert duc de Chaulnes, Cartulaire des abbayes de Saint-Pierre de la Couture et de Saint-Pierre de Solesmes, Le Mans, E. Monnoyer, , XV-530 p. (lire en ligne).
  26. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  27. « Paléotime : Archéologie Préventive - Fouilles du bois de Sirion », sur www.paleotime.fr (consulté le ).
  28. a et b « Camp retranché (éperon barré) », notice no PA00109668, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  29. J-Ph. Bouvet, Carte archéologique de la Gaule, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l'homme, 520 p..
  30. « La Deniraie », sur Inrap (consulté le ).
  31. « La Forêt », sur Inrap (consulté le ).
  32. Abbé mmanuel Toublet, Fondation du prieuré d'Auvers-le-Hamon, Mamers, Impr. Fleury, , 37 p. (lire en ligne).
  33. Dom Léon Guilloreau, « Séjour et itinéraires de Jean-sans-Terre dans le Maine, 1199-1203 », Revue historique et archéologique du Maine, no 61,‎ , p. 251 (lire en ligne).
  34. Nicolas Poitou, La seigneurie de la Panne au cours du XVIIIe siècle à Auvers-le-Hamon. (mémoire de maîtrise), Le Mans, Université du Maine, s.d., 144 p..
  35. Abbé Almire Belin et Abbé Emmanuel Toublet, « Auvers-le-Hamon, pendant la Révolution », La Révolution dans le Maine, no 65,‎ , p. 380-395.
  36. Pierre Aubin, « Sur les pas de l'anthracite », Revue historique et archéologique du Maine,‎ , p. 49-96.
  37. (en) Through the war with company D 307th infantry 77th division. A history of the activities of company D from the time of its organization in september 1917 to the time of its demobilization in may 1919, New-York, s.n., , 36 p. (lire en ligne).
  38. (en) Julius Klausner Jr., Company B, 307th infantry, its history, honor roll, company roster., S.l., s.n, sept. 1917, may 1919, 1920, 31 p. (lire en ligne).
  39. (en) Douglas R. Eisenstein, Whispers in the wind, Bloomington, IN, Xlibris, , 271 p..
  40. « Pierrot Legay est le nouveau maire de la commune », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le ).
  41. a et b « Municipales 2020. Jean-Louis Lemaître élu maire d’Auvers-le-Hamon », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le ).
  42. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  43. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  44. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  45. « U. C. Auvers-le-Hamon-Poillé-sur-Vègre », sur Site officiel de la Ligue du Maine (consulté le ).
  46. « Église Saint-Pierre », notice no PA00109669, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  47. « Œuvres mobilières à Auvers-le-Hamon », base Palissy, ministère français de la Culture.
  48. « Manoir de Pantigné », notice no PA00109670, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  49. « Pont muletier du moulin Fresnay », notice no PA00109671, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  50. « Croix de chemin », notice no IA00058126, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  51. « Palmarès du concours des villes et villages fleuris » (consulté le ).
  52. B. Hauréau, Histoire littéraire du Maine, t. IV, Paris, Dumoulin libraire, (lire en ligne), p. 195-197.
  53. Julien Alexandre Monique Lelasseux-Lafosse, Le jeu de trictrac : ouvrage contenant des règles et des tables entièrement nouvelles, t. I, Paris, Chez Leboyen Libraire, (lire en ligne)
    Le traité de trictrac a été publié anonymement sous les initiales J.L., mais il s'agit bien de Julien Lelasseux-Lafosse.
    .
  54. [Liste d'articles écrit par l'abbé Toublet] « Catalogue en ligne des archives départementales de la Sarthe ».
  55. Auvers-le-Hamon sur armorialdefrance.fr"

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :