Autreville-sur-Moselle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Autreville-sur-Moselle
Autreville-sur-Moselle
Église Saint-André.
Blason de Autreville-sur-Moselle
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Meurthe-et-Moselle
Arrondissement Nancy
Intercommunalité Communauté de communes du bassin de Pont-à-Mousson
Maire
Mandat
Jean-Jacques Bic
2020-2026
Code postal 54380
Code commune 54031
Démographie
Gentilé Autrevillois [1]
Population
municipale
272 hab. (2018 en augmentation de 1,87 % par rapport à 2013)
Densité 61 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 49′ 25″ nord, 6° 06′ 58″ est
Altitude Min. 180 m
Max. 377 m
Superficie 4,49 km2
Élections
Départementales Canton d'Entre Seille et Meurthe
Législatives Sixième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Autreville-sur-Moselle
Géolocalisation sur la carte : Meurthe-et-Moselle
Voir sur la carte topographique de Meurthe-et-Moselle
City locator 14.svg
Autreville-sur-Moselle
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Autreville-sur-Moselle
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Autreville-sur-Moselle

Autreville-sur-Moselle est une commune française située dans le département de Meurthe-et-Moselle en région Grand Est[2].

Géographie[modifier | modifier le code]

D’après les données Corine Land Cover, le ban communal, en forme de patatoïde de 460 hectares, comprend en 2011, plus de 48 % de terres arables et de prairies, près de 20 % de forêt, 10 % de surfaces agricoles diverses et 21 % de surfaces en eau.

Le territoire est arrosé par la Moselle[3] et sa canalisation et la commune est desservie par la route départementale no 40[4]. L'altitude moyenne de la commune est de 254 m (Moselle à 184 m et plateau à 331 m)

Altimétrie de la commune d'Autreville, suivant un axe Sud-Nord, passant par le village

Localisation[modifier | modifier le code]

Autreville-sur-Moselle se situe sur la rive droite de la Moselle, à une vingtaine de kilomètres au nord de Nancy.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

OpenStreetMap Limite communale

Communes voisines

Rose des vents Dieulouard (7 km), Verdun (78 km) Pont-à-Mousson (12 km), Metz (42 km) Nomeny (13 km) Rose des vents
N
O    Autreville-sur-Moselle    E
S
Toul (30 km) Pompey (9 km), Frouard (10 km), Nancy (20 km) Custines (6,5 km)

Communes limitrophes

Communes limitrophes d’Autreville-sur-Moselle
Dieulouard Bezaumont Ville-au-Val
Autreville-sur-Moselle
Belleville Millery

Topographie[modifier | modifier le code]

Le village d’Autreville est établi au pied d'une colline (« côte ») nommée la Falaise (de même étymologie que l'allemand Fels, « rocher »[5]).

La Falaise est un plateau allongé de 900 à 200 m entouré de restes de remparts de pierres et de terre[6]. Vers l’Ouest de ce plateau dominant le village se devinent des traces de vallum[7],[8]. Des cavités anthropiques – une série de petits trous probablement creusés par l'homme – ont été explorées sur la Falaise au début des années 1960[9], d'un développement souterrain allant de 4 à 12 m[10].

Une seconde colline, la Côte Pelée, se situe également en partie sur le territoire de la commune, au nord-ouest de la Falaise, étant séparée de cette dernière par un vallon, le lieu-dit Entre Deux Monts, qui débouche sur la commune limitrophe de Ville-au-Val ainsi que sur la ferme fortifiée de Villers-les-Prud'hommes[11]. Aussi appelée la Grande Côte, cette côte est qualifiée de « pelée » car dépouillée de la forêt primitive qui devait encore exister aux premiers siècles de l’occupation romaine. Elle fait partie d'un massif se prolongeant jusqu'au village de Sainte-Geneviève et forme le début du Grand Couronné rendu célèbre par les combats de la Première Guerre mondiale en 1914[12].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Autreville-sur-Moselle se situe sur la rive droite de la Moselle.

Un petit cours d'eau, le ruisseau Lesage, s'écoule dans le vallon séparant la Côte Pelée et la Falaise, traverse le lieu-dit Le Rouot, puis se jette dans la Moselle à l'ouest du village[13].

Une source ferrugineuse, Bonne Fontaine, est mentionnée historiquement à l'est du village[13].

La Moselle a connu dans l'Histoire plusieurs modificiations naturelles de son cours. C'est ainsi que la presqu'île de Graslieux, au nord-ouest d'Autreville, a été créée en 1734 après un orage subit[14].

Géologie[modifier | modifier le code]

Le sous-sol de la rive droite de la Moselle se caractérise par la présence de marnes infraoolithiques[15]. La découverte fréquente de fossiles marins (ammonites sonninia[16], rostres de bélemnites...) atteste la présence de la mer à différentes époques géologiques[17].

Faune et flore[modifier | modifier le code]

280 espèces et infra-espèces animales et végétales sont recensées sur le territoire de la commune[18].

Deux zones sont classées zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF)[19] : des gîtes à chiroptères du côté de Ville-au-Val et les prés du Liégeot[20] du côté de Dieulouard.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Autreville-sur-Moselle est située sur la route Départementale 40[21], entre Millery et le Pont-de-Mons, qui autrefois traversait le village, avant la construction d'un contournement[Quand ?] sur la berge de la Moselle.

Les grands axes de communication Nord-Sud du département se trouvent sur l'autre rive de la Moselle :

L'aéroport le plus proche est celui de Metz-Nancy-Lorraine, distant de 26 km.

La Moselle canalisée passe devant Autreville depuis la fin des années 1960, période à laquelle a été creusée la dérivation de Belleville en face du village, ainsi devenu un lieu de passage de péniches et de bateaux de plaisance.

À noter que, jusqu'avant la Seconde Guerre mondiale, un bac traversant la Moselle — et déjà indiqué sur une carte d'état-major datant du milieu du XIXe siècle[24]— permettait de rejoindre la gare de Belleville sur l'autre rive, comme en témoigne encore la présence, en contrebas de la RD40, de la crémaillère qui servait à tendre le câble pour guider le bac[25] : « ...des habitants d’Autreville, qui après avoir traversé la Moselle (bac avec passeur ou barques personnelles), se rendaient à la gare pour rejoindre leur lieu de travail."[26] » La commune est desservie en semaine par la ligne R370[27] du réseau de bus TED à destination de Nancy, ainsi que par la ligne A du réseau Le Bus[28] vers Pont-à-Mousson via Dieulouard. Des lignes de transport scolaire desservent le collège de Dieulouard et les établissements de Pont-à-Mousson.

La commune se trouve sur le tracé de la véloroute L'Échappée bleue (ex-Véloroute Charles le Téméraire).

Toponymie[modifier | modifier le code]

Les noms de lieu composés d’un nom propre et de « villa » (signifiant en latin « maison de campagne » ou « ferme ») ont été formés aux époques mérovingienne et carolingienne. L'étymologie de la première partie du toponyme pourrait donc être le nom d'un personnage germanique (Alterus[29]) plutôt que celle, plus intuitive, issue de l'adjectif latin altera (« autre »)[30].

Le nom de la localité a évolué au fil du temps :

  • Altera villa, 896[31].
  • Ultris, Utris villa, in comitatu Scarponinse, 932 (Charte de Saint-Gauzelin à l'abbaye de Bouxières).
  • Altrivilla, 936 (Histoire de Lorraine I, c. 343).
  • Atreville, 1424 (Comptes du domaine de Nancy).
  • Aultreville, 1501 (acte notarié)[32], 1600 (Comptes du domaine de Nancy)[33].

La commune a pris son nom d’Autreville-sur-Moselle le 25 juin 1936[34], à la suite d'une demande dans ce sens approuvée en août 1932[35], afin de se différencier de ses divers homonymes en France, notamment Autreville dans les Vosges, avec laquelle il lui est arrivé d'être confondue.

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire[modifier | modifier le code]

Différentes fouilles archéologiques réalisées au XIXe et au XXe siècle ont mis au jour divers objets (éclats, pointes de flèches, grattoirs, etc.) en silex ou autres matériaux datant du néolithique et attestant une occupation humaine dès cette période sur la Côte Pelée et le plateau d'Autreville[36],[37],[38]. Un certain nombre de ces objets sont catalogués dans les collections du Musée historique lorrain au palais ducal de Nancy[39].

Une épée datée de l'Âge du bronze III a été découverte en 1928 dans la Moselle en face d'Autreville[40],[41] par l'archéologue lorrain Georges Poirot, par ailleurs auteur d'un article consacré notamment à l'enceinte d'Autreville[42].

Époque gallo-romaine et Moyen Âge[modifier | modifier le code]

L'histoire d'Autreville est intimement liée à celle de son voisin Millery, distant d'à peine un kilomètre en amont au bord de la Moselle et dont le territoire est peuplé depuis une époque reculée. Les premiers habitants occupaient le sommet de la Falaise, la côte qui surplombe les deux villages. À la période romaine, notamment lors de la construction d'une importante villa romaine au lieu-dit le Bâtiment, une partie des habitants s'établit autour de celle-ci à l'endroit du village actuel de Millery. Quelques familles s'installèrent autour d'une autre villa, qui aurait alors donné le nom du village d'Autreville[43].

Selon le Vallerius Lotharingiae de Buchoz[44], une bataille entre Romains et Germains aurait eu lieu en 366 après J-C quelque part entre Millery et Scarpone. Il s'agirait en fait d'une bataille entre les légions de Flavius Jovin et des envahisseurs alamans, rapportée par l'historien Ammien Marcellin[45],[46],[47].

Le premier nom latin d'Autreville (Alteravilla) est relevé pour la première fois dans un diplôme[31], en date de l'an 896 (DCCCXCVI), du roi de Lotharingie Zwentibold (895-900), aux côtés de ceux de Scarpone, Marbache, Rosières-en-Haie, Millery et Belleville :

« Il y est dit expressément que les bourgs de Belleville, Autreville et Millery font partie du comté de Scarpone.[48] »

Autreville apparaît par la suite dans divers écrits (charte, diplôme, échanges de taxes et terres), notamment dans une charte donnée en 932 par Saint-Gauzelin à l'Abbaye de Bouxières, puis en 948 dans une charte du roi Othon Ier de Germanie confirmant les biens de l'abbaye de St.-Epvre-lès-Toul[49].

D'après une monographie de 1889[50], les tuiles de Scarpone auraient été fabriquées à Autreville et acheminées par voie d'eau[51]. À l’époque gallo-romaine, cette tuilerie située à la limite de Millery, alimentait les bâtiments de la région par la Moselle[2]. L’ouvrage Histoire de Pont-à-Mousson[52] affirme également que les Romains exploitaient à Autreville une tuilerie dont ils transportaient, par eau, les produits à Metz.

Jusqu'en 1760 était encore visible, dans les vignes d’Autreville[53], une ligne de circonvallation faisant partie d'un système de défense organisé, selon les uns par les Romains [un oppidum] ou, selon d’autres, par l'armée des Huns d'Attila, lorsque celui-ci vint assiéger Scarpone[54]. Un passage de l'historien carolingien Paul Diacre laisserait en effet entendre que les Huns, en 451, auraient campé, notamment sur la Falaise d'Autreville et le coteau de Sainte-Geneviève, en vue de faire le siège de Scarpone mais cette version a été contestée[55].

Nécropole mérovingienne[modifier | modifier le code]

Au début des années 2000, à l'occasion de travaux d'aménagement d'un jardin au lieu-dit Haut la Vigne, a été découverte une sépulture attribuable à l’époque mérovingienne. Jusque-là, seules des découvertes anciennes (en 1888[56]) attestaient la présence d’une nécropole mérovingienne, localisée sur un ancien lieu-dit Champ des Prussiens, disparu des documents cadastraux aujourd'hui disponibles[57]. Cette nécropole fait partie des importants groupements découverts autour de Scarpone et de Mousson[58].

Présence apparente des Templiers[modifier | modifier le code]

Autreville aurait été le site d'une maison des Templiers[59], à l'instar de plusieurs localités du voisinage du temple Saint-Pieger (ou Saint-Préjet) de Millery, parfois appelé Millery-aux-Templiers[60], ce qui veut dire que l'ordre y possédait des terres[61]. Le temple de Millery aurait été fondé vers l'an 1200 par les Hospitaliers de Libdeau[62].

Indice de ce passé, le nom de la rue des Templiers qui monte à gauche de l'église Saint-André et fut baptisée ainsi à la suite de la découverte de vestiges lors de travaux de réfection dans le 4e quart du XXe siècle.

En 1307, l'évêque de Metz Renaud de Bar eut un différend avec les chanoines du chapitre de la Cathédrale, qui l'accusaient d'avoir envoyé des gens de guerre sur leurs terres de Millery et d'Autreville, où ceux-ci avaient causé des dégâts « pour plus de deux cens livres messins »[63].

Après la dissolution de l'ordre du Temple en 1312, le comte Henri IV de Bar fit don en 1338 à l'Évêché de Metz de ses possessions à Autreville et Millery[62].

Campement du duc René II et affrontement contre Charles le Téméraire[modifier | modifier le code]

Autreville est mentionné dans diverses publications[64],[65],[66],[67],[68],[47],[69],[70] comme le lieu d'un affrontement, en octobre 1476, entre des partisans du duc de Lorraine René II et celles du duc de Bourgogne Charles le Téméraire, précédant le siège et la bataille de Nancy au cours duquel ce dernier devait trouver la mort quelques semaines plus tard.

Les récits relatent que le duc René, après avoir quitté Saint-Nicolas-de-Port, vint camper le 17 octobre 1476 (ou bien le lundi 14[71] ?) dans la plaine d'Autreviile, sur la rive droite de la Moselle. Charles le Téméraire avança de son côté sur l'autre rive et s'arrêta le même jour à Dieulouard. Les deux armées échangèrent des tirs de couleuvrine par-dessus la rivière[72],[73]. Le duc de Lorraine entendait ainsi empêcher la jonction de l'armée du duc de Bourgogne avec celle de son allié l'évêque de Metz. Il décida cependant de profiter de la nuit pour s'en aller prendre Pont-à-Mousson. Le lendemain, Charles, ayant compris le stratagème, traversa la Moselle afin d'occuper le campement déserté afin d'y attendre des vivres envoyés par son allié. Voulant rejoindre leur duc René en traversant les lignes ennemies, les milices de Jean, bâtard de Vaudémont[69], au nombre de 300, affrontèrent les Bourguignons mais furent taillées en pièces. Seule une vingtaine de survivants parvint à s'échapper dans un bois voisin.

À noter qu'au début du XXe siècle, le quotidien régional, l'Est Républicain, commémorait régulièrement cette bataille dans sa rubrique Éphémérides lorraines. Exemple en une de l'édition du 18 octobre 1905 :

« 1476. — Les troupes bourguignonnes de Charles le Téméraire mettent en déroute les milices de Vaudémont â Autreville, sur la Moselle.[74] »

Des restes de fortifications élevées en 1476 par les troupes de Charles le Téméraire étaient encore visibles au milieu du XIXe siècle sur la Falaise[75],[76].

XVIe, XVIIe, XVIIIe et XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Au milieu du XVIe siècle, Autreville dut subir le passage, les réquisitions, voire les dévastations de diverses armées, notamment les troupes du duc Antoine de Lorraine allant au secours de François Ier en 1541[49] ou celles de Charles Quint en 1549-1550[77].

Le village, qui dépendait jusque-là de la principauté épiscopale de Metz, fut rattaché en 1562 au Duché de Lorraine. Après des différends survenus au sujet d’Autreville et de Millery entre le duc Charles III de Lorraine et le chapitre de la cathédrale Saint-Étienne de Metz, le duc obtint la jouissance de la souveraineté dans ces deux villages, tandis que le chapitre y conserva la haute justice, l’institution et la destitution des officiers, etc.[54],[78]. Un traité à cet effet fut signé à Nancy le 26 février 1562[79].

Autreville fut dès lors enclavé dans la généralité et le bailliage de Nancy et suivait les coutumes de Lorraine. Au début du XVIIe siècle, les cartes de Lorraine en faisaient un lieu aussi considérable que Millery, Quant au spirituel, il était annexe de Millery et dépendait de la cure pastorale de Pont-à-Mousson[80].

Chaque ménage de Millery et d'Autreville devait payer au duc, « pour droit de sauvegarde, une rente d'un florin, de dix gros pièce, monnaie de Lorraine »[78].

En outre, depuis le Moyen Âge, le châtelain de Condé-sur-Moselle, en échange d'une protection dans l'enceinte de son château[49], « prétendait que chaque laboureur de ces deux lieux devait à sa recette une quarte d'avoine et les manœuvres une demi-quarte ; cette redevance était appelée l'avoine de la porte de Condé. »[33] Cette coutume aurait remonté à 1369, lorsque les habitants de Millery et Autreville obtinrent le droit de se réfugier avec leurs biens dans le château de Condé[81], moyennant le versement d'une redevance annuelle au châtelain. Condé avec un certain nombre de villages voisins, Faulx, Malleloy, Montenoy, Autreville et Millery, formait une circonscription judiciaire spéciale. Le tribunal était constitué d’un maître échevin et de deux échevins nommés par le duc de Lorraine[82].

En 1617, à la fin du mois d'avril, un faux pont en bois sur bateaux fut construit sur la Moselle en contrebas du village d'Autreville, pour le passage des troupes hollandaises[83].

Durant la Guerre de Trente Ans, à la suite des invasions françaises de la Lorraine autour de 1630, le village de Millery fut détruit par des mercenaires[43] et son église incendiée. Des épidémies, notamment la peste de novembre 1629 à juillet 1630[84], ainsi que la famine décimèrent la population d'Autreville, contrainte de se réfugier dans la forêt. Frappant à nouveau de mars à août 1631, la peste aurait coûté la vie à 25 hommes et 22 femmes adultes, sans compter des jeunes gens et des enfants[49],[84].

En 1633, les sœurs de la Visitation de Nancy reçurent en donation à Autreville une métairie avec des vignes, deux jardins et une maison[85],[86].

À partir de 1641, les habitants de Millery et Autreville furent ruinés par les gens de guerre, de sorte qu'il leur fut impossible de faire une déclaration pour leurs conduits[83] au receveur de Condé[87], les deux villages étant alors vidés de leurs habitants[88].

En 1644, Autreville était encore occupé par des soldats croates[49].

En 1645, les deux villages de Millery et Autreville furent ruinés par la grêle. En 1649, les habitants étant tombés dans une extrême pauvreté, celui d'Autreville était abandonné depuis quelque temps[49].

En 1658, Millery et Autreville, déserts en 1643, payèrent respectivement pour 3 et 4 conduits[89].

Le repeuplement[90] du village, comme du reste de la Lorraine, s'effectua par des colons venus d'autres provinces françaises, entre le milieu et la fin du XVIIe siècle.

En 1709, Autreville était annexe de Millery, quoiqu'ayant son ban séparé. Les deux villages ne formaient alors qu'une communauté réduite à moins de 50 habitants[78] et partageaient un seul maire[49].

En 1719, Condé fut érigé en marquisat sous le nom de Custines. Autreville et Millery dépendaient du canton de Pont-à-Mousson[91].

1722 est l'année à laquelle remontent les registres paroissiaux les plus anciens disponibles dans les archives départementales[92].

En 1766, Autreville fut rattaché, dans la province de Lorraine, au royaume de France.

En 1779, Autreville dépendait du diocèse de Metz[93], archidiaconé de Vic, archiprêtré de Mousson[94].

En mars 1789, la communauté d'Autreville, sous la présidence de Nicolas Mangeot, maître échevin en la haute justice de Millery et Autreville, réunie chez François Chèvre, syndic de la municipalité, rédigea un cahier de doléances en prévision des États généraux. Les habitants de l'époque s'y plaignaient en particulier du poids des impôts face au faible rapport des terres, notamment en raison des inondations annuelles de la Moselle[95].

À la suite de la Révolution française, Autreville intégra en 1790 le canton de Belleau dans le district de Pont-à-Mousson, alors des divisions administratives de la Meurthe, aux côtés des communes de Bezaumont, Landremont, Lixières, Millery, Morey, Serrières, Sivry et Ville-au-Val[91].

Sous le Premier Empire, Autreville fut érigé en succursale en 1802 puis à nouveau annexé à Millery à partir de 1807[49].

En 1822, Autreville dénombrait 350 individus, 88 feux et 73 habitations. Le village couvrait alors une superficie de 516 hectares, dont 378 de labours, 58 prés et 39 de bois[75].

Ce fut vers le milieu du XIXe siècle qu'Autreville connut son pic de population (375 habitants en 1841)[96].

À la fin du XIXe siècle, la commune devint un cas de jurisprudence et d'étude de droit lorrain à la suite d'un litige opposant celle-ci à des riverains de l'ancien cimetière communal[97],[98],[99].

Toujours à la fin du XIXe siècle, la localité fut citée dans un plan de fortification des abords de Nancy face à la frontière allemande rapprochée par l'annexion du département de la Moselle en 1871. Il fut ainsi envisagé la possibilité de bâtir un fort muni de tourelles sur le mamelon d'Autreville, afin de commander la vallée de la Moselle jusqu'à Dieulouard, d'une part, et la route de Nomeny, d'autre part[100].

D'après les Annales de la Chambre des députés de 1897, des conseillers municipaux d'Autreville demandèrent que l'État prenne à sa charge les travaux de rectification et d'enrochement de la rive droite de la Moselle, depuis l'embouchure de la Meurthe jusqu'à Pagny-sur-Moselle, et recherche la part des responsabilités dans les dégradations qu la commune subissait depuis un certain nombre d’années. Leur demande fut rejetée au motif que les terrains corrodés par les débordements de la Moselle appartenaient à des particuliers et n'étaient donc pas du ressort du conseil municipal[101].

XXe siècle[modifier | modifier le code]

En 1912, Autreville figurait parmi les neuf communes encore assujetties au versement annuel, au Trésor français, des centimes additionnels imposés au titre de l'indemnité de guerre de 1871[102].

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Dès le début de la guerre, le général Fayolle, à la tête de la 139e brigade de la 70e division de réserve, vint s'établir la journée du 9 août 1914 sur les hauteurs d'Autreville, en couverture au nord de Nancy[103].

Faisant partie de la 2° ligne de résistance, le centre de résistance no 1 comprenait les hauteurs au nord d'Autreville et de Millery jusqu'à la Falaise, garni par un bataillon avec pour mission d'interdire les approches de l'ennemi par la vallée de la Moselle et le débouché par Ville-au-Val et Landremont[104].

Contrairement à des communes voisines comme Dieulouard ou Nomeny, celle d'Autreville ne fut pas bombardée ni dévastée durant les intenses combats livrés dans la région, en particulier la Bataille du Grand-Couronné. Cependant, des chutes d'obus allemands y furent signalées le 8 septembre 1914[105]. Des habitants du village proche de Sainte-Geneviève, totalement dévasté, vinrent se réfugier notamment à Autreville[106]. Les habitants d'Autreville, comme d'autres communes situées sur la rive droite de la Meurthe, furent à leur tour évacués, puis autorisés vers la mi-septembre à regagner leur localité, à condition d'être munis d'un laissez-passer[107]. Autreville fait partie des sept communes épargnées par les dévastations parmi les 27 communes du canton de Pont-à-Mousson[108].

Le 232e Régiment d'infanterie fut cantonné en réserve dans le village du 3 au 6 octobre 1914[109].

Dans la suite de la guerre, le village accueillit des cuisines roulantes. Durant l'été 1918, le 202e Régiment d'artillerie de campagne y séjourna[110], avant d'être relevé par des soldats américains[111] de la 2e Division d'infanterie.

12 soldats natifs d'Autreville sont répertoriés comme étant morts pour la France au cours de la Première Guerre mondiale. Trois soldats français sont morts sur le territoire de la commune en 1916 et 1918[112].

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Quelques jours avant l'armistice, le 1er Bataillon de la Compagnie de mitrailleuses du 26e Régiment d'infanterie vint cantonner à Bezaumont, Autreville et Millery le 16 juin 1940[113].

Crash d'un bombardier allié fin juillet 1944[modifier | modifier le code]

Dans la nuit du 28 au 29 juillet 1944, un bombardier quadrimoteur Avro Lancaster Type B III de la RAF, en route pour un raid aérien sur Stuttgart, fut abattu par un chasseur de la Luftwaffe[114] et s'écrasa sur le flanc de la Falaise au-dessus de Millery[115], non loin d'Autreville. Trois aviateurs néo-zélandais et un Britannique, sur les sept membres d'équipage[116], trouvèrent la mort et furent inhumés dans le cimetière communal de Millery[117]. On estime qu'au moins 1 500 habitants des villages environnants, parmi lesquels des Autrevillois, assistèrent à la cérémonie en pleine occupation allemande[114].

Libération en septembre 1944[modifier | modifier le code]

Dans la nuit du 11 au 12 septembre 1944, le 2eet 3e bataillon du 317e Régiment d'infanterie de la 3e Armée du général Patton traversèrent la Moselle. Après la traversée, le 3e bataillon se plaça sur les hauteurs d’Autreville. En fin d'après-midi du 12 septembre, une tête de pont fut construite, englobant Atton, Loisy, Saint-Geneviève, Bezaumont, Ville-au-Val et les côtes d’Autreville[118],[119],[120].

Les habitants d'Autreville, comme des communes environnantes (Bezaumont, Millery), chassés par les troupes allemandes devant l’avance des Alliés, allèrent se réfugier dans les communes voisines de Belleau et Morey. Réciproquement, des habitants de Belleau vinrent se réfugier plusieurs jours à Autreville début octobre 1944 à la suite de l'incendie de leur village par le mitraillage d'avions américains[121].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[Note 1]
Période Identité Étiquette Qualité
mai 1945 mars 1959 Jules Butin    
mars 1959 mars 1965 Jean Vogin    
mars 1965 mars 1977 Robert Beck    
mars 1977 septembre 1977 André Moneret    
septembre 1977 mars 1983 Albert Mornet    
mars 1983 mars 1989 Richard Nowak    
mars 1989 mars 1995 Jean-Paul Bruché    
juin 1995 mars 2001 Édith Englert    
mars 2001 mars 2010 Chantal Vogin    
mars 2010 En cours Jean-Jacques Bic[129],[130]
Réélu pour le mandat 2020-2026
  Ancienne profession intermédiaire
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[131]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[132].

En 2018, la commune comptait 272 habitants[Note 2], en augmentation de 1,87 % par rapport à 2013 (Meurthe-et-Moselle : +0,03 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
299343345339343342375374362
1856 1861 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
340346311321290291263258271
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
254235229215203216204242239
1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015 2018
218230252264249298267274272
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[133] puis Insee à partir de 2006[134].)
Histogramme de l'évolution démographique

« Actuellement, une grande majorité des habitants d’Autreville travaille hors de la commune.

Le livre des familles d’Autreville comprend la transcription de 4 229 individus, 1525 unions, 710 patronymes.[2] »

Enseignement[modifier | modifier le code]

Située dans l'académie de Nancy-Metz, la commune dispose d'un groupe scolaire, baptisé Émile Schmitt en hommage à un instituteur de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle[135] et construit dans le dernier quart du XXe siècle en remplacement des deux écoles primaires communales précédentes : la "grande école", implantée dans le bâtiment de la mairie, et la "petite école", qui se trouvait au lieu-dit Le Faubourg. Le groupe scolaire Émile Schmitt accueille des élèves de maternelle et assure un accueil périscolaire[136]. L'école primaire la plus proche est l'école élémentaire Marguerite Reitz de Millery[137], avec laquelle l'école d'Autreville constitue, depuis le 1er septembre 2002, un regroupement pédagogique intercommunal (RPI)[138]. L'établissement secondaire le plus proche est le collège Joliot Curie de Dieulouard[139].

Économie[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

E. Grosse[140] indique dans son ouvrage, vers 1836 : « Surface territ. 516 hect., dont 378 en terres labour., 39 en bois et 58 en prairies. » Le village a donc eu une tradition agricole.

H. Lepage cite quant à lui pour la même période : « Surf. territ. : 451 hect. ; 506 en terres lab., 51 en prés, 45 en vignes. » ce qui confirme l'activité viticole[141].

Des vignobles couvraient tous les coteaux du village, comme en témoignent encore les noms de plusieurs lieux-dits[142] (Bourganvignes, Haut la Vigne, Vignes de Dessous Mont). En 1872, Autreville entretenait une culture mixte sur son territoire composé, pour moitié, de terres argilo-calcaires et très calcaires en limite de coteau et, pour moitié, d'un riche et fécond sol d'alluvion argilo-sableux et argilo-siliceux dans la vallée. Les cultures industrielles étaient alors le vin et le houblon, destiné aux brasseries des environs. Cinq principales exploitations agricoles étaient recensées, ainsi qu'une distillerie[143]. En 1891, le syndicat viticole d'Autreville comptait 60 membres[144]. Probablement à la suite de l'épidémie de phylloxéra au début du XXe siècle, les vignes ont largement cédé la place à des vergers de mirabelliers et autres. En 1909, divers vignerons d'Autreville sont encore cités dans le catalogue des exposants de l'Exposition internationale de l'est de la France, organisée à Nancy[145].

Toujours au début du XXe siècle, il existait dans la commune, à l'instar de nombre de celles du département, une association syndicale pour l'assainissement des prairies[146].

Plusieurs exploitations ont pratiqué l'élevage de bovins, puis de moutons et de chevaux.

Aujourd'hui, le village est un terroir réputé pour ses asperges[147], dont...

« ...la géologie des boucles de la Moselle, terre d'alluvions, est historiquement propice au développement. [...] Auparavant, la commune d'Autreville louait des terrains [dits « les portions »] aux habitants qui cultivaient tous un peu d'asperge.[148] »

Secteur primaire moderne[modifier | modifier le code]

Le secteur primaire comprend, outre les exploitations agricoles et les élevages, les établissements liés à l’exploitation de la forêt et les pêcheurs. D'après le recensement agricole 2010 du Ministère de l'agriculture (Agreste[149]), la commune d' Autreville-sur-Moselle était majoritairement orientée[Note 3] sur la polyculture et le poly - élevage (auparavant même production ) sur une surface agricole utilisée[Note 4] d'environ 182 hectares (inférieure à la surface cultivable communale) en diminution depuis 1988 - Le cheptel en unité de gros bétail s'est réduit de 283 à 74 entre 1988 et 2010. Il n'y avait plus que 3 (6 en 1988) exploitation(s) agricole(s) ayant leur siège dans la commune employant 4 unité(s) de travail[Note 5], (jusqu'à 6 auparavant) : l'activité agricole s'est étiolée.

Étangs[modifier | modifier le code]

Les étangs d'Autreville-sur-Moselle[150] sont exploités par des sablières, ainsi que pour la pêche et le tourisme[151].

Un projet de création d'une carrière d’extraction (gravière) de matériaux alluvionnaires destinés au BTP est à l'étude[152].

Par ailleurs, en aval d'Autreville, en face de Dieulouard, se trouve sur la Moselle le barrage du Liégeot[20],[153], construit en 1958, et sa microcentrale hydroélectrique.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-André, restaurée fin XVIIIe siècle :
    • Chœur de style gothique du XIIIe ou XIVe siècle[50].
    • Nef de style grange de 15,25 m (L) x 6,25 m (l) x 6,50 m (H) et clocher de 15 m[50]
    • Fonts baptismaux du XIIIe siècle[50].
    • Retable aux douze apôtres (4e quart du XVe siècle[154])
    • Autel latéral sud : la mort de l'époux très chaste de la Vierge (Artiste inconnu - XIXe siècle) ; Photo et description[155]
    • Tableau : l'Institution du Rosaire (1er quart du XVIIe siècle)[156]
    • Sous le grand crucifix à l'intérieur de l'église serait inhumé Louis Juliac, maire du village au XVIIIe siècle, décédé en 1755[127].
    • En 1859, le Comité du Musée lorrain fit l'acquisition de deux anges adorateurs, des rondes-bosses sculptées en 1736 par un cordonnier nommé Léopold Bigot et envoyées à l'église d'Autreville dans des circonstances inconnues[157].
    • Autrefois, comme c'est souvent le cas dans les villages lorrains, l'église était entourée du cimetière communal jusqu'en 1865, date à laquelle celui-ci fut désaffecté[158] et transféré vers le haut du village.
  • Monument aux Morts : à l'intérieur du cimetière communal - Nos morts pour la Patrie 1914-1918[117] Photo[2]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique, logotype et devise[modifier | modifier le code]

Blason de Autreville-sur-Moselle Blason
Coticé bandé contre bandé ondé d'azur et d'argent, au flanchis de gueules en chef à dextre et à trois sandres (poissons) d'or, posés en bande, un en chef à senestre, les deux autres en pointe.
Détails
Le trait en barre partageant les ondes de la Moselle représente le câble du bac d'Autreville. Il peut aussi représenter l'autoroute qui coupe la commune en deux. Le sautoir ou croix de Saint André évoque le patron de la paroisse. Il est en outre le patron des pêcheurs. Les sandres d'or symbolisent la pêche et les étangs, richesses de la commune[159].
Adopté le 13 novembre 1986.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • É. Grosse, Dictionnaire statistique du Département de la Meurthe, Lunéville: Creusat, 1836
  • H. Lepage, Dictionnaire des communes de Meurthe, Peiffer, 1843
  • H. Lepage, Les communes de la Meurthe : journal historique des villes, bourgs, villages, hameaux et censes de ce département, Nancy : A. Lepage, 1853.
  • J. Beaupré, Répertoire archéologique pour le département de Meurthe-et-Moselle, époques préhistoriques, gallo-romaines, mérovingiennes, Nancy : A. Crépin-Leblond, 1897, In-16, 150 p.
  • G. Poirot, L’Enceinte d’Autreville, Revue lorraine d’Anthropologie, IV, 1932, p. 173-174
  • J.-P. Millotte, Carte archéologique de la Lorraine (âges du bronze et du fer), Paris, Les Belles Lettres (Besançon, Impr. Néo-typo), 1965,In-8° (24 cm), 173 p.
  • G. Hamm, Carte Archéologique de la Gaule. 54. La Meurthe-et-Moselle, Paris, 2005.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Sources : avant la Révolution française, fiches généalogiques sur https://www.geneanet.org/ ; pour les maires de 1790 à 1945, registres d'état civil et listes nominatives de recensement de population de la commune, consultés sur le site http://www.archives.meurthe-et-moselle.fr/archives-en-ligne ; pour les maires depuis 1945, d'après la liste des maires et conseillers municipaux transmise par le site de la mairie : http://www.autrevillesurmoselle.mairie54.fr
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  3. Orientation technico-économique de la commune : production dominante de la commune, déterminée selon la contribution de chaque surface ou cheptel de l'ensemble des exploitations agricoles de la commune à la production brute standard.
  4. Superficie agricole utilisée : superficies des terres labourables, superficies des cultures permanentes, superficies toujours en herbe, superficies de légumes, fleurs et autres superficies cultivées de l'exploitation agricole.
  5. Unité de travail annuel : mesure en équivalent temps complet du volume de travail fourni par toutes les personnes intervenant sur l'exploitation. Cette notion est une estimation du volume de travail utilisé comme moyen de production et non une mesure de l'emploi sur les exploitations agricoles.

Références[modifier | modifier le code]

  1. https://www.habitants.fr/meurthe-et-moselle-54
  2. a b c et d « AUTREVILLE-sur-MOSELLE », sur www.geneablenodpam.fr
  3. « La moselle [A---0060] - Cours d'eau », sur www.sandre.eaufrance.fr (consulté le 13 août 2019)
  4. « Fiche Ma Commune - SIGES Rhin-Meuse - ©2019 », sur sigesrm.brgm.fr (consulté le 12 août 2019)
  5. Roger Brunet, Trésor du terroir. Les noms de lieux de la France., CNRS Editions, (ISBN 978-2-271-09278-6, lire en ligne)
  6. Jacques-Pierre Millotte, Carte archéologique de la Lorraine : Ages du Bronze et du Fer, Les Belles Lettres, (lire en ligne)
  7. « Vallum : Définition simple et facile du dictionnaire », sur www.linternaute.fr (consulté le 27 août 2019)
  8. « Séance du 28 mars 1907 », Bulletin de la Société préhistorique française, vol. 4, no 3,‎ , p. 145–164 (lire en ligne, consulté le 4 juillet 2019)
  9. Association spéléologique de la Haute-Marne et Union spéléologique autonome de Nancy, Travaux et recherches spéléologiques, , 134 p. (lire en ligne), page 44
  10. « Phénomènes », sur ikare.loterr.univ-lorraine.fr (consulté le 27 juin 2019)
  11. « Château de Villers-les-Prud'homme à Ville-au-Val - PA54000020 - Monumentum », sur monumentum.fr (consulté le 27 août 2019)
  12. Sylvestre Urbain, « Sites et cités de Lorraine - Scarponne, son île et le Pont de Mons », L'Est Républicain,‎ , p. 3 (lire en ligne)
  13. a et b « Carte IGN SCAN50 », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 11 août 2019)
  14. Revue de géographie, Ch. Delagrave, (lire en ligne), p. 420
  15. Museum of Comparative Zoology Société linnéenne de Bordeaux, Bulletin d'histoire naturelle de la Société linnéenne de Bordeaux. v. 1-3 - Actes de la Société linnéenne de Bordeaux, Bordeaux, The Society, (lire en ligne), p. 138
  16. Mémoires du Service de la carte géologique d'Alsace et de Lorraine, (lire en ligne), p. 54
  17. « Géologie de la Lorraine : Annexes scientifiques », sur www4.ac-nancy-metz.fr (consulté le 3 mai 2020)
  18. « INPN - Liste des espèces recensées dans - Commune : Autreville-sur-Moselle », sur inpn.mnhn.fr (consulté le 2 mai 2020)
  19. « INPN - Liste des ZNIEFF dans - Commune : Autreville-sur-Moselle », sur inpn.mnhn.fr (consulté le 2 mai 2020)
  20. a et b Conseil général de l’environnement et du développement durable (CGEDD), Avis délibéré de l’Autorité environnementale sur la rénovation du barrage du Liégeot, , 14 p., p.9
  21. « Route départementale française D40 (54) », sur WikiSara (consulté le 27 août 2019)
  22. « Viaduc d'Autreville (Autreville-sur-Moselle) », sur Structurae (consulté le 27 août 2019)
  23. Annales de l'Institut technique du bâtiment et des travaux publics, Institut technique du bâtiment et des travaux publics., (lire en ligne), p. 87
  24. « Comparaison entre photographies aériennes et carte de l'état-major (1820-1866) », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 11 août 2019)
  25. « Autreville INFOS - Mai 2016 », sur autrevillesurmoselle.mairie54.fr, (consulté le 9 août 2016)
  26. « Mémoires bellevilloises - Le pont du canal », sur memoiresbellevilloises.f (consulté le 11 août 2019)
  27. « R370 – Nancy - Nomeny - Pont-à-Mousson », sur www.fluo.eu, (consulté le 27 août 2019)
  28. « Ligne le bus - Autreville - Dieulouard - Pont-à-Mousson - Transports », sur www.autrevillesurmoselle.mairie54.fr (consulté le 27 août 2019)
  29. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, Librairie Droz, , 676 p. (ISBN 978-2-600-00133-5, présentation en ligne), p. 953
  30. Martina Pitz, « Wirth, Aude. 2004. Les noms de lieux de Meurthe & Moselle. Dictionnaire étymologique », Nouvelle revue d'onomastique, vol. 49, no 1,‎ , p. 263–269 (lire en ligne, consulté le 29 septembre 2019)
  31. a et b Benoit, père, 1663-1720., Histoire de Toul, Laffitte, (OCLC 809568237, lire en ligne), p.12
  32. a et b Société d'archéologie lorraine et du Musée historique lorrain, Mémoires de la Société d'archéologie lorraine et du Musée historique lorrain, Nancy : Gustave Crépin-Leblond, (lire en ligne), p. 80
  33. a et b Henri Lepage, Dictionnaire topographique du département de la Meurthe, Paris, Imprimerie impériale, 1862 (lire en ligne)
  34. Guide des archives de Meurthe-et-Moselle, Services des Archives départementales, , 546 p. (ISBN 978-2-86054-020-9, lire en ligne)
  35. « Nouvelles régionales », sur kiosque.limedia.fr, Le Lorrain, (consulté le 11 septembre 2019), p. 3
  36. F. BARTHÉLÉMY, Société d'archéologie lorraine et du Musée historique lorrain : Mémoires, (lire en ligne), p. 29
  37. Jules Beaupré, Répertoire archéologique pour le département de Meurthe-et-Moselle, époques préhistoriques, gallo-romaines, mérovingiennes, (lire en ligne), p. 19, 29
  38. Société préhistorique française, « Bulletin de la Société préhistorique de France », sur Gallica, (consulté le 6 septembre 2019), p. 428
  39. Lucien Wiener, Musée historique lorrain au palais ducal de Nancy. Catalogue des objets d'art et d'antiquité, (lire en ligne), p. 3, 6, 8-10
  40. Georges Poirot, « Quelques objets en bronze trouvés dans le lit de la Moselle », Bulletin de la Société préhistorique française, vol. 35, no 7,‎ , p. 314–318 (DOI 10.3406/bspf.1938.4631, lire en ligne, consulté le 24 septembre 2019)
  41. Annales littéraires de l'Université de Besançon, Belles Lettres, (lire en ligne), pp. 55, 59
  42. Georges Poirot, « Les Enceintes d'Autreville, de Grandfontaine et du Chatelet (Meurthe-et-Moselle). », Revue Lorraine d'Anthropologie,‎ , p. 173-174
  43. a et b « Millery - Son histoire », sur www.millery.com (consulté le 27 juin 2019)
  44. Pierre Joseph Buc'hoz, Vallerius Lotharingiae, ou Catalogue des mines, terres fossiles, sables et cailloux qu'on trouve dans la Lorraine et les Trois Evêchés, C. S. Lamort, (lire en ligne), p. 100-101
  45. Séances générales tenues à... en... par la Société française pour la conservation des monuments historiques : 1845-1846, Derache, (lire en ligne)
  46. Société nationale des antiquaires de France, Mémoires, (lire en ligne)
  47. a et b Abbé Melnotte, Notice historique sur Scarpone et Dieulouard, Nancy, Impr. de R. Vagner, (lire en ligne)
  48. Mémoires et dissertations sur les antiquités nationales et étrangères, Société royale des antiquaires de France, (lire en ligne)
  49. a b c d e f g et h Henri Lepage, Les communes de la Meurthe : journal historique des villes, bourgs, villages, hameaux et censes de ce département.... Volume 1, (lire en ligne), p. 56 et suivantes
  50. a b c et d « Autreville », sur galeries.limedia.fr (consulté le 27 juin 2019)
  51. « Histoire d'Autreville - Mairie d'Autreville », sur www.autrevillesurmoselle.mairie54.fr (consulté le 27 juin 2019)
  52. Napoléon Henry, Histoire de Pont-à-Mousson et des environs : suivie d'une biographie des grands hommes auxquels cette ville donna naissance, ou qui s'y distinguèrent, imprimé chez A.-T. Breton, (lire en ligne)
  53. Henri Le Page, Le département de La Meurthe : statistique, historique et administrative, Peiffer, (lire en ligne)
  54. a et b Henri Le Page, Le département de La Meurthe : statistique, historique et administrative, Peiffer, (lire en ligne)
  55. Mémoires de la Société des Sciences de Nancy, (lire en ligne), p. 29
  56. Jean Hurtel, Sépultures médiomatriques et techniques artisanales du Ve au VIIIe siècle, Dir. Régional des Affaires Culturelles, , p. II p.18
  57. « BILAN SCIENTIFIQUE DE LA RÉGION LORRAINE - PDF », sur culture.gouv.fr, (consulté le 12 août 2019)
  58. Alain Simmer, « Peuplement et langues dans l’espace mosellan de la fin de l’Antiquité à l’époque carolingienne », sur docnum.univ-lorraine.fr, (consulté le 6 septembre 2019), p. 421
  59. « Maisons et Commanderies des Templiers », sur www.templiers.net (consulté le 27 août 2019)
  60. « Millery retrouve ses Templiers », sur www.estrepublicain.fr (consulté le 16 août 2019)
  61. « Templiers en Lorraine - A. Digot », sur http://www.blamont.info (consulté le 27 juin 2019)
  62. a et b Henri Le Page, Le département de La Meurthe : statistique, historique et administrative, Peiffer, (lire en ligne)
  63. Jean François et Nicolas Tabouillot, Histoire de Metz, Marchal, (lire en ligne), p. 499
  64. Augustin Calmet, Histoire de Lorraine, ... depuis l'entree de Jules-Cesar dans les Gaules, jusqu'a la cession de la Lorraine, arrivée en 1737. Nouv. éd. rév. corr. et augm., A. Leseure, (lire en ligne), p. 354
  65. Émile Auguste Nicolas Jules Bégin, Histoire des duchés de Lorraine et de Bar et des Trois Évêchés : Meurthe, Meuse, Moselle, Vosges, Vidart et Jullien, (lire en ligne)
  66. Alexandre Huguenin, Histoire de la guerre de Lorraine et du siège de Nancy par Charles le Téméraire, duc de Bourgogne, 1473-1477, (lire en ligne), p. 178 et suivantes
  67. Marie Théodore Renouard de Bussierre, Histoire de la ligue formée contre Charles le Téméraire, Lecoffre & Cie, (lire en ligne)
  68. « La Bibliothèque populaire : journal paraissant le dimanche : sciences, arts et métiers, agriculture, industrie... », sur Gallica, (consulté le 28 août 2019)
  69. a et b F.-J. Zabel, Histoire de Lorraine, Nancy, A. Crépin-Leblond, (lire en ligne), p. 98
  70. Julien Florange et Pierre Lœvenbruck, Notre cher Pont-à-Mousson : Histoire d'une ville-frontière d'hier, centre universitaire d'autrefois, cité industrielle d'aujourd'hui, FeniXX réédition numérique, (ISBN 978-2-402-19762-5, lire en ligne)
  71. Christian Pfister, Histoire de Nancy. Tome premier. Depuis les origines jusqu'à la mort de René II (1508) (Edition de la Lorraine-artiste), (lire en ligne), p. 172
  72. Revue historique de l'Armée, Ministère des armées., (lire en ligne), p. 100
  73. Christian Pfister, Histoire de Nancy, Berger-Levrault & cie, (lire en ligne), p. 434
  74. « BMN Corpus Presse », sur https://kiosque.limedia.fr (consulté le 9 août 2019)
  75. a et b Louis Antoine Michel, Statistique administrative et historique du département de la Meurthe, Chez l'auteur, (lire en ligne)
  76. Itinéraire du chemin de fer de Nancy à Metz et de Metz à Saarbruck à l'usage des voyageurs ..., Dembour et Gangel, (lire en ligne), p. 19
  77. Annuaire administratif, statistique, historique, judiciaire et commercial de Meurthe-et-Moselle, (lire en ligne), « Comptes de la recette de Condé-sur-Moselle p.437 »
  78. a b et c Henri Lepage, Communes de la Meurthe, journal historique des villes, bourgs, villages, hameaux et censes de ce département, Volume 2, A. Lepage, (lire en ligne), p. 40-42
  79. « Recueil de documents sur l'histoire de Lorraine - p. 131 », sur Gallica, (consulté le 12 août 2019)
  80. E. Grosse (abbé.), Dictionnaire statistique du Département de la Meurthe : contenant une introduction historique sur le pays, avec une notice sur chacune de ses villes, bourgs, villages, hameaux, censes rivières, ruisseaux, étangs et montagnes, Creusat, (lire en ligne)
  81. Gérard Giuliato, Châteaux et maisons fortes en Lorraine centrale, Editions de la Maison des sciences de l'homme, (lire en ligne)
  82. Société de géographie de l'Est, Bulletin, Berger-Levrault and cie., (lire en ligne), p. 122
  83. a et b H. Lepage, Inventaire-sommaire des archives départementales - Meurthe-et-Moselle, Collin, (lire en ligne)
  84. a et b Académie de Stanislas (Nancy), « Mémoires de l'Académie de Stanislas », sur Gallica, (consulté le 29 août 2019), p. 445-446, 474
  85. Jean-Jacques Lionnois, Histoire des villes vieille et neuve de Nancy, Tome 2, (lire en ligne), p. 328
  86. Christian Pfister, Histoire de Nancy. Tome 2, 1902-1909 (lire en ligne), p. 909
  87. Lucien Geindre, Custines, jadis Conde, L. Geindre, (lire en ligne), p. 104
  88. Stéphane Gaber, La Lorraine meurtrie, Presses Universitaires de Nancy, (ISBN 978-2-86480-486-4, lire en ligne), p. 86
  89. Pierre Braun, La Lorraine pendant le gouvernement de la Ferté Sénectère (1643-1661), Crépin-Leblond, (lire en ligne), p. 139
  90. « Le repeuplement en Lorraine après la Guerre de 30 ans », sur www.francegenweb.org (consulté le 10 septembre 2019)
  91. a et b Henri Lepage et Société d'archéologie lorraine et du Musée historique lorrain, Dictionnaire topographique du département de la Meurthe, Paris, Imprimerie impériale, (lire en ligne)
  92. Direction des archives de France, Chronique des archives departementales, (lire en ligne), p. 383
  93. M. Durival, Description de la Lorraine et du Barrois, Vve Leclerc, (lire en ligne), p. 22, 277
  94. « Archives Départementales de la Moselle - Inventaires - 1er dépôt (1093-1977) : Fonds de l'Évêché de Metz, ancien diocèse jusqu'en 1790 », sur www.archives57.com (consulté le 4 octobre 2019), p. 67-68
  95. a et b Charles Étienne et 1789 France. États généraux, Cahiers de doléances des bailliages des généralités de Metz et de Nancy pour les États généraux de 1789. 1. sér.; Département de Meurthe-et-Moselle, Nancy Berger-Levrault, (lire en ligne), pp. 376-380
  96. Henri Lepage, Le Département de la Meurthe: statistique historique et administrative, Berger-Levrault, (lire en ligne), p. 32
  97. Charles Guyot, Deux études de droit lorrain : […] Les droits de vue sur le cimetière d'Autreville, (lire en ligne)
  98. « L'Avenir administratif. Recueil », sur Gallica, (consulté le 6 septembre 2019), p. 108
  99. « Pandectes françaises périodiques : Recueil mensuel de jurisprudence et de législation... », sur Gallica, (consulté le 6 septembre 2019), p. 114-117
  100. Vive la France ! Capitaine X***, (lire en ligne), p. 149
  101. France Assemblée nationale (1871-1942) Chambres des députés, Annales: Débats parlementaires, (lire en ligne), p. 2236
  102. « Gil Blas / dir. A. Dumont », sur Gallica, (consulté le 6 septembre 2019)
  103. « Carnet de la Sabretache : revue militaire rétropective / publiée mensuellement par la Société "La Sabretache" », sur Gallica, (consulté le 5 septembre 2019), p. 227
  104. Les Armées françaises dans la Grande Guerre, Imprimerie nationale, (lire en ligne), p. 1048
  105. Historique de la 20e légion de gendarmerie : depuis le 2 août 1914 jusqu'au 1er mai 1919, (lire en ligne), p. 14
  106. « Pages de guerre écrites au jour le jour », sur Gallica, (consulté le 28 août 2019), p. 236
  107. « L'Est Républicain », sur kiosque.limedia.fr, 14-18 septembre 1914 (consulté le 18 septembre 2019)
  108. Michel Huber, La population de la France pendant la guerre: avec un appendice sur Les revenus avant et après la guerre, Les Presses universitaires de France, (lire en ligne), p. 496
  109. Colonel Boisselet, Histoire du 232e régiment d'infanterie pendant la grande guerre 1914-1919, (lire en ligne), p. 2
  110. Historique du 202e régiment d'artillerie de campagne pendant la guerre 1914-1918, (lire en ligne), p. 27
  111. Exposition Marguerite Favier - Janvier 2019 http://www.autrevillesurmoselle.mairie54.fr/globalflexit/images/UserFiles/112/Image/marguerite-favier/1280_1024_1_diapositive17.JPG
  112. « GénéaFrance – Autreville-sur-Moselle – Liste des morts pour la France », sur geneafrance.com (consulté le 14 août 2019)
  113. Émile Dezavelle, Un Village lorrain, Loisy, (lire en ligne), p. 101
  114. a et b (en) Kelvin Youngs, « Aircrew Remembered Aviation Personal Histories and Databases », sur Aircrew Remembered site (consulté le 21 août 2019)
  115. « France-Crashes 39-45 », sur francecrashes39-45.net (consulté le 21 août 2019)
  116. (en) « 75 Squadron Lancaster III ND756 AA-M », sur aircrewremembered.com (consulté le 21 août 2019)
  117. a et b « Mémorial GenWeb », sur www.memorialgenweb.org
  118. « Accueil - histoire-lorraine », sur www.histoire-lorraine.fr (consulté le 27 juin 2019)
  119. Pierre Mangin, De la Meuse à la Moselle avec l'armée Patton : septembre-octobre 1944, Impr. Typo-Lorraine, (lire en ligne)
  120. (en) Charles B. MacDonald, United States Army in WWII - Europe - the Lorraine Campaign: [Illustrated Edition], Pickle Partners Publishing, (ISBN 978-1-78289-417-9, lire en ligne)
  121. Gros plan sur Belleau
  122. « Généalogie de Henry AMADIS », sur Geneanet (consulté le 5 octobre 2019)
  123. « Généalogie de Claudin PIERRON », sur Geneanet (consulté le 5 octobre 2019)
  124. « Généalogie de Paul RAMBOUR », sur Geneanet (consulté le 5 octobre 2019)
  125. « Généalogie de Nicolas PIERRON », sur Geneanet (consulté le 5 octobre 2019)
  126. « Généalogie de François JULIAC », sur Geneanet (consulté le 5 octobre 2019)
  127. a et b « Généalogie de Louis JULIAC », sur Geneanet (consulté le 5 octobre 2019)
  128. « Généalogie de Antoine JULIAC », sur Geneanet (consulté le 5 octobre 2019)
  129. « Résultats des élections municipales 2020 - Maire sortant », sur le site du Télégramme de Brest (consulté le 10 août 2020)
  130. « Répertoire national des élus (RNE) - version du 24 juillet 2020 », sur le portail des données publiques de l'État (consulté le 10 août 2020)
  131. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  132. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  133. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  134. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  135. Emile SCHMITT et ses élèves vers 1920 http://www.autrevillesurmoselle.mairie54.fr/UserFiles/112/Image/4166.jpg
  136. « Autreville-sur-Moselle », sur bassin-pont-a-mousson.fr, Bulletin communautaire du Bassin de Pont-à-Mousson, (consulté le 21 août 2019), p. 14
  137. « Écoles à Autreville-sur-Moselle (54380) », sur journaldesfemmes.fr (consulté le 8 août 2019)
  138. Livret de présentation des écoles du RPI
  139. « Collège Joliot Curie », sur college-lycee.com (consulté le 27 août 2019)
  140. E. Grosse (abbé), Dictionnaire statistique du Département de la Meurthe : contenant une introduction historique sur le pays, avec une notice sur chacune de ses villes, bourgs, villages, hameaux, censes rivières, ruisseaux, étangs et montagnes, Lunéville, Creusat, 1836-1838 (OCLC 669189596, lire en ligne), p. 34
  141. Lepage, Henri., Dictionnaire topographique du département de la Meurthe, etc., (OCLC 561948412, lire en ligne), p. 32
  142. « Liste des lieux-dits cadastraux du fichier FANTOIR pour la commune de Autreville-sur-Moselle - 54031 », sur territoires-fr.fr (consulté le 12 août 2019)
  143. Édouard Bécus, Statistique agricole de l'arrondissement de Nancy, Nancy, Librairie de Nicolas Grosjean, (lire en ligne), p. 240
  144. Bulletin du Ministère du travail, Berger-Levrault, (lire en ligne), p. 604
  145. Exposition internationale de l'est de la France. Nancy 1909. Catalogue des exposants, (lire en ligne), p. 163
  146. Georges Hottenger, La propriété rurale en Lorraine, Morcellement et remembrement ...., J.B. Baillière et fils, 1913* (lire en ligne), p. 84
  147. « Blanches ou vertes : les asperges récoltées à Autreville-sur-Moselle – viàMirabelle » (consulté le 21 septembre 2019)
  148. « L'asperge, reine du printemps à Autreville-sur-Moselle », sur www.francebleu.fr, (consulté le 7 août 2019)
  149. « Ministère de l'agriculture et de l'alimentation - agreste - La statistique, l'évaluation et la prospective agricole - Résultats - Données chiffrées », sur agreste.agriculture.gouv.fr (consulté le 28 novembre 2019) : « Principaux résultats par commune (Zip : 4.4 Mo) - 26/04/2012 - http://agreste.agriculture.gouv.fr/IMG/zip/Donnees_principales__commune.zip »
  150. « Val de Lorraine - », sur www.tourisme-valdelorraine.com (consulté le 27 août 2019)
  151. « Les étangs d'autreville - Etangs - pêche - Vivre à autreville - », sur www.autrevillesurmoselle.mairie54.fr (consulté le 27 août 2019)
  152. « Création d'une carrière à Autreville-sur-Moselle », sur www.meurthe-et-moselle.gouv.fr, (consulté le 7 août 2019)
  153. « Commission de la Moselle – Rénovation barrage Liégeot », sur commission-de-la-moselle.org (consulté le 27 août 2019)
  154. « Retable d'Autreville-sur-Moselle », sur www.pop.culture.gouv.fr/ (consulté le 27 juin 2019)
  155. « Autreville-sur-Moselle — Diocèse de Nancy - Catholiques en Meurthe-et-Moselle », sur www.catholique-nancy.fr (consulté le 12 août 2019)
  156. « Inventaire du Ministère de la Culture », sur www.inventaire.culture.gouv.fr (consulté le 27 juin 2019)
  157. Société d'Archéologie Lorraine, Journal de la Société d'Archéologie et du Comité du Musée Lorrain, (lire en ligne), p 275
  158. « Pandectes françaises périodiques : Recueil mensuel de jurisprudence et de législation... », sur Gallica, (consulté le 5 septembre 2019), p. 115
  159. « L'Armorial », sur armorialdefrance.fr (consulté le 27 juin 2019)