Autretot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Autretot
Autretot
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Seine-Maritime
Arrondissement Rouen
Canton Yvetot
Intercommunalité Communauté de communes de la région d'Yvetot
Statut Commune nouvelle
Maire délégué Gérard Legay
2019-2020
Code postal 76190
Code commune 76041
Démographie
Gentilé Autretotais
Population 675 hab. (2016 en diminution de 3,16 % par rapport à 2011)
Densité 178 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 39′ 08″ nord, 0° 43′ 55″ est
Altitude Min. 126 m
Max. 152 m
Superficie 3,8 km2
Historique
Date de fusion
Commune(s) d’intégration Les Hauts-de-Caux
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

Voir sur la carte administrative de la Seine-Maritime
City locator 15.svg
Autretot

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

Voir sur la carte topographique de la Seine-Maritime
City locator 15.svg
Autretot

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Autretot

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Autretot

Autretot est une ancienne commune française située dans le département de la Seine-Maritime, en Normandie.

Elle a fusionné avec Veauville-lès-Baons pour former, le , la commune nouvelle des Hauts-de-Caux dont elle est désormais le siège et une commune déléguée.

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte de la commune.

Autretot est un village du pays de Caux située à 5 km au nord-est d'Yvetot.

Il est desservi par la route départementale 131 qui relie Yvetot à Cany-Barville et le littoral, en passant par la vallée de la Durdent.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Altetot au XIIe siècle (forme isolée), Altretot en 1219[1],[2].

Le second élément -tot représente l'ancien scandinave topt, toft « emplacement à bâtir, domaine rural, ferme ». Par contre, l'élément Autre- issu régulièrement de Alte ou Altre, ne peut être déterminé avec certitude. François de Beaurepaire évoque sans conviction l'adjectif roman haut avec -tot, généralement masculin, employé ici au féminin comme dans Bonnetot[3], hypothèse reprise par Ernest Nègre[Note 1]

Histoire[modifier | modifier le code]

Du XVIe siècle au XVIIIe siècle, la commune est un centre du tissage et du protestantisme[réf. nécessaire].

Fusion de communes

Après une réflexion menée à compter de 2016 en vue de la fusion de quatre communes, Veauville-les-Baons et d’Autretot Hautot-le-Vatois et Hautot-Saint-Sulpice, seules les deux premières ont décidé de s'unir au sein d'une commune nouvelle destinée à limiter l'impact de la baisse des dotations d’État, mutualiser les moyens, maintenir l'offre de services publics et développer leurs complémentarités : « Les conseillers [municipaux] ont souhaité partager entre deux communes très complémentaires les moyens qui sont à leur disposition car, dans certains domaines, des concessions réciproques seront nécessaires et ont été jugées beaucoup plus aisées à réaliser à deux », indiquent les maires des deux communes qui fusionnent. Leurs conseils municipaux réunis le même jour, le , ont approuvé ce projet par 10 oui, 3 non et 1 nul à Veauville-les-Baons et 11 oui et 3 blancs à Autretot[4],[5].

La commune nouvelle est ainsi créée au par un arrêté préfectoral du [6].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Autretot se trouve depuis 1926 dans l'arrondissement de Rouen du département de la Seine-Maritime. Pour l'élection des députés, elle fait partie depuis 1986 de la dixième circonscription de la Seine-Maritime.

Elle faisait partie depuis 1806 du canton d'Yvetot[7]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, ce canton, dont Autretot a été membre jusqu'à la fusion de 2019, a été modifié, passant de 12 à 54 communes.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Avant la fusion de 2019, Autretot était membre de la communauté de communes de la Région d'Yvetot créée fin 2001.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[8]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
2001 décembre 2018 Gérard Legay    

Liste des maires délégués[modifier | modifier le code]

Liste des maires délégués
Période Identité Étiquette Qualité
janvier 2019 En cours
(au )
Gérard Legay   Maire des Hauts-de-Caux (2019 → )

Distinctions et labels[modifier | modifier le code]

Autretot a obtenu le niveau quatre fleurs au concours des villes et villages fleuris de 1985, et a maintenu cette distinction prestigieuse depuis lors[9].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[10]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[11].

En 2016, la commune comptait 675 habitants[Note 2], en diminution de 3,16 % par rapport à 2011 (Seine-Maritime : +0,48 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
943973929901951950927962918
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
896884819751722625547555534
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
480469381317317325304344336
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
351348466505620621701712691
2016 - - - - - - - -
675--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Les enfants de la commune sont accueillis dans une école municipale maternelle et élémentaire située allée des Tisserands, qui, à la rentrée 2018-2019, comptait 113 élèves répartis en 5 classes[13].

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • Fête des fleurs les 2 derniers week-end de juillet.
  • Fête cauchoise de Notre-Dame début septembre.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Mairie, dans une ancienne « cour masure » qui date du XVIe siècle.
  • Maisons et fermes des XVIIe, XVIIIe et XIXe siècles[14].
  • Ancienne ferme du XVIIIe siècle[15].
  • Manoir du XVIIIe siècle[16]
  • Circuit fleuri de la hêtraie de 5 km.
  • Église Notre-Dame - Saint-André, reconstruite après 1827 sur les plans de Delphir Isidore Marical (architecte)[17].

Liste des personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. De Beaurepaire et Nègre n'évoquent pas la possibilité d'un anthroponyme, cas le plus fréquent dans les formations en -tot, alors qu'il existe d'une part un nom de personne norrois Atli qui, par métathèse, pourrait correspondre à Altetot ou encore germanique continental Althari, d'où Altretot. Il se perpétue dans le nom de famille Authier / Autier.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. François de Beaurepaire (préf. Marianne Mulon), Les Noms des communes et anciennes paroisses de la Seine-Maritime, Paris, A. et J. Picard, , 180 p. (ISBN 2-7084-0040-1, OCLC 6403150), p. 34
  2. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, Librairie Droz, Genève, page 1017 - (ISBN 2600001336).
  3. François de Beaurepaire, op. cit.
  4. « Le projet de fusion entre Veauville-lès-Baons, Autretot, Hautot-le-Vatois et Hautois-Saint-Sulpice suscite bien des réserves », Paris Normandie,‎ (lire en ligne, consulté le 8 février 2019) « Les réunions publiques se sont succédé ces derniers jours dans chacune des communes concernées pour débattre de cet épineux projet de rapprochement, en réflexion depuis deux ans. Un projet qui divise. Samedi dernier, à la salle des fêtes de Veauville-lès-Baons, des habitants ont clairement exprimé leur désapprobation ».
  5. Éléonore Sinoquet, « Autretot et Veauville-les-Baons fusionnent et deviennent la commune nouvelle « Les-Hauts-de-Caux » : Veauville-les-Baons/Autretot. Depuis ce jeudi 29 novembre au soir, la commune nouvelle « Les-Hauts-de-Caux » a été créée. La fusion, initialement prévue à quatre, elle ne comprend finalement que deux communes », Paris Normandie,‎ (lire en ligne, consulté le 7 février 2019) « La commune nouvelle Les-Hauts-de-Caux, a donc été validée par la quasi-totalité des deux conseils. Mais on est assez loin du projet initial qui prévoyait d’intégrer deux autres communes, Hautot-le-Vatois et Hautot-Saint-Sulpice ».
  6. « Arrêté préfectoral du 19 décembre 2018 portant création de la nouvelle commune Les Hauts-de-Caux », Recueil des actes administratifs de la préfecture de la Seine-Maritime, nos 76-2018-141,‎ , p. 137-140 (lire en ligne [PDF], consulté le 7 février 2019).
  7. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. « Les maires de Autretot », sur http://www.francegenweb.org (consulté le 8 février 2019).
  9. « Autretot : le maire a reçu la visite du Comité national des villes et villages fleuris qui statuera sur le sort de la quatrième fleur », Paris Normandie,‎ (lire en ligne, consulté le 8 février 2019) « Il faut dire que Martine Lesage a le pouvoir d’enlever une précieuse fleur au village d’Autretot, qui en compte quatre depuis 1985 ».
  10. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  11. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  13. « École », sur https://autretot.fr (consulté le 8 février 2019).
  14. « Maisons et fermes », notice no IA00020408, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  15. « Ferme », notice no IA00020413, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  16. « Manoir », notice no IA00020410, base Mérimée, ministère français de la Culture
  17. « Église paroissiale Notre-Dame, Saint-André », notice no IA00020409, base Mérimée, ministère français de la Culture