Autorité régionale de transport métropolitain

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Autorité régionale de transport métropolitain
Logo de l'organisation
Situation
Région Drapeau : Québec Québec
Création
Type Personne morale de droit public
Siège 700 Rue de la Gauchetière Ouest, Montréal
Organisation
Directeur général Benoît Gendron

Site web http://www.artm.quebec

L'Autorité régionale de transport métropolitain (ARTM) est une agence gouvernementale québécoise chargée de la planification, de l'organisation et du financement du transport collectif dans la Communauté métropolitaine de Montréal[1]. Elle succède à l'Agence métropolitaine de transport (AMT) et aux Conseils intermunicipaux de transport (CIT).

Un comité de transition a été instauré à cet effet. L'ARTM a été créée le , à la suite de l'entrée en vigueur légale du projet de loi 76 et n'a pas encore hérité des responsabilités de l'AMT et des CIT au [2]. Le , l'autorité de l'ARTM devient effective et celle-ci remplace l'AMT et les CIT en ce qui a trait aux mandats relatifs à la planification et à l'organisation du transport collectif[3]. Quant à lui, le Réseau de transport métropolitain (Exo) succède à ces mêmes organisations en ce qui a trait aux mandats opérationnels[4].

Description[modifier | modifier le code]

En collaboration avec le ministère des Transports du Québec, l'Autorité organise et supervise la planification et la tarification du transport collectif sur le territoire des municipalités de la Communauté métropolitaine de Montréal, de Saint-Jérôme et de Kahnawake. Quatre organismes publics de transport en commun, qui agissent notamment à titre d'exploitants, sont sous sa juridiction[5] :

L'ARTM peut également conclure des ententes contractuelles avec un autre exploitant d'un système de transport collectif qui se trouve sur son territoire[6]. C'est d'ailleurs ce qu'elle a fait avec la Caisse de dépôt et de placement du Québec dans le cadre des travaux du Réseau express métropolitain (REM).

Elle est aussi responsable de la Carte OPUS, des 61 stationnements incitatifs, des terminus métropolitains et de plusieurs autres projets. Elle doit :

  • planifier et établir une offre de transport;
  • coordonner les services de transport collectif du territoire;
  • gérer les recettes tarifaires;
  • favoriser la fluidité de la circulation sur le réseau artériel métropolitain;
  • le maintien, l’amélioration, ou le remplacement d’équipements et d’infrastructures de transport collectif.

Pour certains de ses équipements métropolitains, tels que les terminus métropolitains, l'ARTM peut en déléguer l'exploitation à l'une des quatre sociétés de transport sous sa juridiction[7].

Identité visuelle (logotype)[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Deux organismes de transport remplaceront l’AMT », sur Le Devoir (consulté le 4 septembre 2020).
  2. http://www.assnat.qc.ca/fr/travaux-parlementaires/projets-loi/projet-loi-76-41-1.html
  3. « ARTM - À propos », sur Autorité régionale de transport métropolitain / ARTM (consulté le 4 septembre 2020).
  4. « Québec réorganise la gouvernance du transport en commun dans le grand Montréal », sur canada.ca, Radio-Canada, (consulté le 4 septembre 2020).
  5. Loi sur l’Autorité régionale de transport métropolitain (lire en ligne), article 5
  6. Loi sur l’Autorité régionale de transport métropolitain (lire en ligne), article 8
  7. Autorité régionale de transport métropolitain, Programme des immobilisations 2020-2029, Montréal, , 53 p. (lire en ligne), p. 9

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]