Autoradiographie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant le nucléaire
Cet article est une ébauche concernant le nucléaire.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

« Autoradiogramme » (ou « autoradiographie ») d'une coupe (coronale) de cerveau embryonnaire de rat. Le marquage radioactif a été fait avec des séquences oligonucléotidiques conjugués avec de l'35S-dATP (désoxyadénosine triphosphate) qui se lie à du GAD67, acide glutamique décarboxylase 67 radiomarqué. Cet acide se montre ici surexprimé dans deux zones situées dans l'espace sous-ventriculaire du cerveau (zones noires correspondant aux niveaux élevés de radioactivité qui ont marqué la pellicule).
La barre d'échelle noire (en bas à gauche de l’image) correspond à une longueur de 2 mm. Elle est utilisée notamment pour observer le rôle de l'hypothalamus.

L’autoradiographie est une technique d'imagerie d'émission réalisée à partir d'une source radioactive placée au contact d'une émulsion ou d'un film photographique[1]. Comme l'indique le préfixe auto-, à la différence de la microradiographie, la source de rayonnement n'est pas une source externe (de rayons X par exemple), mais elle est incluse dans l'échantillon dont on produit une image[1]. En cela elle diffère fortement des techniques radiographiques classiques qui sont des techniques d'imagerie de transmission.

Utilisations[modifier | modifier le code]

L'autoradiographie est utilisée in situ ou ex situ :

  • dans l'industrie, et notamment dans l'industrie nucléaire par exemple pour la détection de microfissures laissant passer du tritium ou pour l'étude de microstructures métalliques interagissant avec un environnement radioactif[2] pour connaître la distribution de la radioactivité d'un matériau.
    C'est dans ce cas une technique d'imagerie complémentaire (ou de substitution) aux techniques d'imagerie ionique (SIMS), et de la microanalyse nucléaire[2] ;
  • en imagerie médicale ; pour déterminer la biodistribution d'une substance radioactive dans un organe[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en)Rogers, Andrew W (1979). Techniques of Autoradiography (3rd ed.). New York: Elsevier North Holland. (ISBN 0-444-80063-8).
  2. a et b G Lelièvre (1998), Étude du rôle des précipités intermétalliques dans l'absorption d'hydrogène lors de la corrosion aqueuse d'alliages de zirconium / Study of the role of intermetallic precipitates in hydrogen pick-up during aqueous corrosion of zirconium alloys ; Thèse universitaire (Doctorat) ; 1998 Note(s) : 149 p. (bibl.: 194 ref.) Ref no 98 GRE1 0174 (résumé INIST/CNRS, Cote INIST : T 123239.
  3. Jean Dutreix, Biophysique des radiations et imagerie médicale, Masson, 1997 (ISBN 2-225-85490-4).