La Liberté de pensée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La Liberté de pensée est le premier tome du roman libre d'anticipation Autonomy Project écrit par Jean-Michel Smith. Ce texte présente un aspect philosophique non négligeable et des opinions proches du mouvement libre, d'où la licence qui gère sa diffusion : le texte original et la traduction sont tous deux placés sous une licence Creative Commons, avec comme seule restriction que le nom de Jean-Michel Smith ne soit pas employé pour faire la publicité de produits dérivés.

Résumé[modifier | modifier le code]

L’histoire raconte un futur proche et possible, un monde où la brevetabilité du logiciel, du vivant et plus généralement de tous les savoirs humains, est légale dans tous ces domaines et pratiquée à outrance dans un but mercantile. La recherche scientifique y est interdite de fait, car réservée aux quelques multinationales qui ont les moyens de se défendre juridiquement de leurs concurrents.

Alors, quelques scientifiques avides de liberté créent une communauté d’humains “autonomes”, où le respect de l’autonomie d'autrui est la seule et unique règle. Si des innovations technologiques récentes (et prohibées) leur permettent d’arriver à leurs fins, ils s’attirent les foudres des autorités mondiales …

Dimension philosophique[modifier | modifier le code]

Jean-Michel Smith traite dans ce livre de la liberté. Liberté de recherche, liberté de culture, liberté de partage de cette culture. La rivalité entre les défenseurs de ces libertés et ceux qui les limitent dans un but mercantile est la trame de fond d'Autonomy Project, et sert de base à une réflexion sur la liberté de diffusion intrinsèque à l'immatériel.

Par extension, ce scénario amène l'idée que les humains pourraient se libérer d'eux-mêmes et de tout contrôle en se séparant de leur enveloppe matérielle (qui peut être contrôlée par autrui). Les protagonistes y parviennent en transférant leurs consciences dans des dispositifs technologiques, mais donc... Matériels, ce qui bien sûr ne va pas sans leur poser des problèmes.

La conscience, la culture, le savoir humain ne peuvent-ils avoir pour support que du matériel ?

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]