Automeris io

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Automéris io (Automeris io) est lépidoptère nocturne de la famille des Saturnidae. On le retrouve dans des milieux secs et sablonneux avec des boisés à prédominance de conifères. Cette espèce est attirée par la lumière[1].

Étymologie[modifier | modifier le code]

Dans la mythologie grecque, Io (en grec ancien Ἰώ / Iố) est la fille (ou tout au moins la descendante en droite ligne, le Catalogue des femmes la nommant « fille dePirene ») du dieu fleuve Inachos, roi d'Argos, et de Mélia (ou d'Iasos et de Leucané). Elle était l'une des nombreuses maitresses de Zeus[2].

Distribution[modifier | modifier le code]

Au Canada, l'automéris io se retrouve dans le sud des provinces du Manitoba, de l'Ontario, du Québec et du Nouveau-Brunswick. Aux États-Unis, il est présent dans les états du centre jusqu'à l'est. On le mentionne également dans l'est du Mexique[3].

Sur les autres projets Wikimedia :

Description[modifier | modifier le code]

L'adulte a une envergure de 50 à 80 mm. L'espèce présente un dimorphisme sexuel, le mâle a le corps, les ailes et les pattes jaunes tandis que chez la femelle, ses parties sont de couleur rouge brunâtre. Les mâles ont de larges antennes plumeuses contrairement aux femelles. Les deux sexes ont de larges ocelles sur les ailes postérieures[4].

La chenille de dernier stade est verte et possède deux lignes latérales, l'une blanche et l'autre rouge. Son corps est garni d'épines vertes venimeuses. À ce stade, elle mesure près de 6 cm[4].

Cycle de vie[modifier | modifier le code]

Au Canada et dans le nord des États-Unis, l'automéris io est univoltin. Dans certaines régions du sud, il peut y avoir jusqu'à 4 générations par année[5]. Les adultes sont nocturnes et sont attirés par la lumière. Pour se reproduire, la femelle émet des phéromones sexuelles. Les mâles peuvent capter ces molécules à de grandes distances à l'aide de leurs antennes larges et plumeuses[6].  

Les œufs d'automéris io sont blancs avec des motifs jaunes transversaux. Chez les œufs fertilisés, le micropyle est d'abord jaune puis tourne au noir après 3 à 5 jours[3]. Chez les œufs stériles, le micropule reste jaune[7]. Ils sont généralement pondus en groupe contenant plus d'une vingtaine d'œufs. À l'émergence, les larves sont orange. Les jeunes larves sont grégaires et se déplacent en file. Les larves plus âgées deviennent solitaires. La larve d'automeris io passera généralement par 5 stades de développement avant d'entamer son cocon et de se métamorphoser en chrysalide. Le nombre de stade larvaire peut varier selon les conditions environnementales[3][8].

Le corps de la chenille d'automéris io est garni d'épines venimeuses. Lorsque celles-ci pénètrent la peau, elles libèrent un venin qui provoque une réaction cutanée (irritation et inflammation)[4].

Cycle de vie de l'automéris io (Automeris io)

Liste des plantes hôtes[modifier | modifier le code]

Larve d'automeris io en alimentation

Selon Beadle et Leckie (2012)[9], Covell (2005)[10], Wagner (2005)[11], Handfield (1999)[1], Tuskes et al.(1996)[3] et Ferguson (1972)[12] :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Louis Handfield, , Ottawa, Broquet,  (ISBN 2-89000-486-4), p. 536
  2. Louis Deroy et Marianne Mulon, Dictionnaire des noms de lieux, Le Robert, 1994 (ISBN 285036195X), p. 230.
  3. a, b, c et d Tuskes PM, Tuttle JP, Collins MM. 1996. The Wild Silk Moths of North America. Cornell University Press. Ithaca, New York. 250 pp.
  4. a, b et c « io moth - Automeris io (Fabricius) », sur entnemdept.ufl.edu (consulté le 25 octobre 2015)
  5. « Species Automeris io - Io Moth - Hodges#7746 - BugGuide.Net », sur bugguide.net (consulté le 29 octobre 2015)
  6. « BioKIDS - Kids' Inquiry of Diverse Species, Automeris io: INFORMATION », sur www.biokids.umich.edu (consulté le 29 octobre 2015)
  7. Villiard P. 1975. Moths and How to Rear Them. Dover. New York, New York. 242 pp.
  8. Sourakov A. 2013. Larvae of io moth, Automeris io, on the coral bean, Erythrina herbacea, in Florida — the limits of polyphagy. Journal of the Lepidopterists’ Society 67(4): 291-298.
  9. Beadle D, Leckie S. 2012. Peterson Field Guide to Moths of Northeastern North America. Houghton Mifflin. New York, N. Y. 611 pp.
  10. Covell CV. 2005. A Field Guide to Moths of Eastern North America. Special Publication Number 12. Virginia Museum of Natural History. Martinsville, Virginia. 496 pp.
  11. Wagner DL. 2005. Caterpillars of Eastern North America. Princeton University Press. Princeton, New Jersey. 512 pp.
  12. Ferguson DC. 1972. The Moths of North America. Fascicle 20.2B. Bombycoidea. Saturniidae (Part). Classey. Hampton, England. pp. 157-162.