Autohémorrhée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Comportement de défense d'une coccinelle à sept points (à la couleur aposématique rouge associée à un danger pour le prédateur) exsudant via ses articulations de l'hémolymphe chargée d'alcaloïdes légèrement toxiques.
Le crache-sang exsudant une goutte de liquide toxique.

L'autohémorrhée, appelée aussi saignée réflexe ou saignement réflexe, est l'éjection volontaire de sang ou d'hémolymphe par un animal. Il peut notamment s'agir d'un moyen naturel de défense, l'hémolymphe étant riche en alcaloïdes toxiques mais aussi en composés volatils (alkylméthoxypyrazines chez le Plécoptère Pteronarcys dorsata (sv)) qui agissent comme signal d'alerte spécifique[1].

Animaux concernés[modifier | modifier le code]

Une grande variété d'animaux présente ce comportement. Il s'agit par exemple de lézards du genre Phrynosoma (notamment Phrynosoma cornutum, Phrynosoma hernandesi[2] et Phrynosoma solare[3]), de l'orthoptère Acanthoplus discoidalis[4] ou du coléoptère timarque ou crache-sang (Timarcha tenebricosa).

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Kathryn A. Moore & D. Dudley Williams, « Novel Strategies in the Complex Defense Repertoire of a Stonefly (Pteronarcys dorsata) nymph », Oikos, vol. 57, no 1,‎ , p. 49-56.
  2. http://www.rcinet.ca/fr/2013/07/29/le-grand-iguane-a-petites-cornes-une-espece-menacee-au-canada/
  3. http://www.maximalist.fr/dossiers/3-animaux-hors-du-commun
  4. There will be blood: autohaemorrhage behaviour as part of the defence repertoire of an insect. Lire en ligne : http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1111/j.1469-7998.2009.00582.x

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :