Autant en emporte Fletch !

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Autant en emporte Fletch !
Titre original Fletch Lives
Réalisation Michael Ritchie
Scénario Leon Capetanos
Acteurs principaux
Sociétés de production Universal Pictures
Vincent Pictures
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Comédie
Policier
Mystère
Durée 95 minutes
Sortie 1989

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Autant en emporte Fletch ! (Fletch Lives) est un film américain réalisé par Michael Ritchie en 1989. Ce film est une suite de Fletch aux trousses de 1985, par le même réalisateur.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Irwin Fletcher, journaliste d'investigation, que l'on surnomme Fletch, signe ses articles du pseudonyme Jane Doe. Pour les besoins de son enquête en cours, il a revêtu une tenue de soubrette, afin de pénétrer dans la place. Mais un pépé, myope comme une taupe, l'ayant vu passer devant lui, se met à "le draguer". Voyant qu'il aura du mal à se débarrasser de ce dragueur d'une autre génération, Fletch, lui propose de sa voix la plus efféminée de l'attendre dans la pièce d'à côté. Une fois seul, il peut fouiner, de ci de là, à la recherche d'informations. Ayant obtenu ce qu'il cherchait, et pour ne pas recroiser pépé, Fletch n'a plus que la fenêtre pour s'échapper. Malheureusement, il glisse et tombe sur le capot de la voiture de ceux qu'il était censé espionner, et qui stationnaient sous la fenêtre. Après diverses esquives et avec l'aide de la providence, c'est difficilement qu'il réussit à leur échapper. De retour à son bureau, il montre son papier à Frank son directeur, qui le trouve excellent. Satisfait, Fletch se lève en lui donnant rendez-vous dans quinze jours, car il prend des vacances qui lui avaient été promises au début de son enquête. Mais Frank lui annonce qu'il partira bien en vacances, mais après l'enquête qu'il devra faire sur les égouts. Fletch se plaint des huit jours qu'il vient de passer, affublé en Dolly Parton, à subir des pincements de fesses, et d'autres choses, et qu'il mérite amplement ses congés. Mais Franck refuse et lui annonce même que le nouvel ordinateur acquis récemment refuse de payer les dépenses qu’il fait en dehors du bureau et qu’elles lui seront donc retenues sur son salaire et que ça, il n'y est pour rien, que c'est l'ordinateur. Pris au piège, Fletch rentre chez lui, où il retrouve, allongé sur son canapé, l'avocat Marvin Guillette, qui lui réclame la pension alimentaire qu'il doit à son ex-femme. Après quelques quolibets[1]. sur le physique de Guillette, il le met dehors, non sans avoir auparavant inondé son attaché-case. Le lendemain matin, à son bureau, il reçoit l’appel d'un notaire qui lui annonce que sa grand-mère vient de décéder en lui léguant sa plantation. Immédiatement Fletch démissionne, malgré l'incrédulité de Frank, qui ne prend pas sa démission pour argent comptant, et lui propose même sa maison de campagne pour se reposer, mais rien n’y fait. Dans l'avion qui le conduit vers le Sud, Fletch rêve à sa plantation, à son manoir et son perron sur lequel il se balance, assis sur un rocking-chair. À ses pieds, Guillette lui nettoie ses chaussures, à ses côtés, Betty Lee, une jeune femme au buste proéminent habillée telle Scarlett dans Autant en emporte le vent, l'appelle Colonel. Elle lui annonce que toute la plantation est venue pour lui chanter une chanson. Là, Fletch se lève de son rocking-chair et annonce que c'est lui qui va chanter pour eux, et il entonne la chanson Zip a Dee Doo Dah thème du film Mélodie du Sud, dans une adaptation digne des plus grandes comédies musicales de Broadway.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Source: Doublage Québec[4]

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • Le bar où Fletch entre sous le pseudonyme d'Ed Harley est le même où Pee Wee Herman fait la danse de la Tequila dans Pee-Wee Big Adventure de Tim Burton en 1985.
  • Le Ministère Farnsworth de la Télévision est en réalité l'Universal Amphitheater concert arena des studios Universal à Hollywood.
  • Dans la scène où Fletch chante "Zip a Dee Doo Dah", les Underhill du club de tennis, du premier opus Fletch aux trousses dansent directement derrière lui avec les raquettes.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. propos railleur, plaisanterie
  2. Producteur associé
  3. Comme Bob Larson
  4. « Fiche du doublage VQ du film » sur Doublage.qc.ca

Liens externes[modifier | modifier le code]