Autécologie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant l’écologie scientifique
Cet article est une ébauche concernant l’écologie scientifique.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

L'autécologie (appelée également autoécologie ou auto-écologie) concerne l'étude des individus pris séparément dans leurs milieux (ou biotope), à l'inverse de la démécologie.

Elle s'intéresse aux exigences de l'espèce vis-à-vis des facteurs du milieu (vivant et non vivant). Les rapports entre l'individu et le milieu relèvent de la synécologie avec laquelle l'auto-écologie est souvent confondue.

Utilisations scientifiques[modifier | modifier le code]

Une étude auto-écologique simple reprend en général

L'Exemple du domaine forestier[modifier | modifier le code]

L'autécologie est de plus en plus utilisée en sylviculture et agrosylviculture où elle peut par exemple aider un forestier ou un agrosylviculteur à mieux « installer chaque essence à sa place » [1] dont en fonction de ses capacités d'enracinement[2], à mieux comprendre les effets de la compétition interspécifique ou interindividuelle dans le phénomène de régénération forestière[3] ou mieux comprendre et non seulement décrire la phytosociologie et le rôle respectif d'une espèce par rapport à d'autres dans la forêt, le bouleau jaune par exemple[4], les fruitiers forestiers tels que merisier, alisier torminal, cormier, poirier commun et pommier sauvage en Europe tempérée[5] ou le frêne Fraxinus excelsior[6]. Parfois, il s'agit de mieux faire croître et valoriser des essences précieuses (souvent solitaires ou ayant des besoins précis en termes d'habitat[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Masson G (2005) Autécologie des essences forestières: comment installer chaque essence à sa place. Ed. Tec & Doc
  2. Lebourgeois F & Jabiol B (2002) Enracinements comparés des chênes (sessile et pédonculé) et du hêtre sur différents matériaux. Réflexions sur l’autécologie des essences. Rev. For. Fr, 54, 17-42.
  3. Québec (Province). Ministère des ressources naturelles & Jobidon R (1994) Autécologie de quelques espèces de compétition d'importance pour la régénération forestière au Québec: Revue de littérature.
  4. Beaudet M. & Messier C (1997) Le bouleau jaune en peuplements feuillus et mixte: autécologie, dynamique forestière et pratiques sylvicoles. Revue de littérature préparée pour la Forêt Modèle du Bas-St-Laurent. Montréal, Groupe de recherche en écologie forestière (GREF), Université du Québec à Montréal.
  5. Larrieu L & Gonin P(2009) Autoécologie des fruitiers forestiers: merisier, alisier torminal, cormier, poirier commun et pommier sauvage. Forêt-enterprise184, 14-21.
  6. Dufour S & Piégay H (2008) Geomorphological controls of Fraxinus excelsior growth and regeneration in floodplain forests. Ecology, 89(1), 205-215 qui ont des exigences édaphiques et géomorphologiques particulières.
  7. Franc A & Ruchaud F (1996) Autécologie des feuillus précieux.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Gégout JC & Pierrat JC (1998) L'autécologie des espèces végétales: une approche par régression non paramétrique. Écologie, 29(3), 473-482 (résumé).

Articles connexes[modifier | modifier le code]