Ausques

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Carte de la Novempopulanie

Les Ausques (Auscii en latin[1],[2]) étaient un peuple aquitain[3] autour de l'actuelle ville d'Auch à laquelle ils ont d'ailleurs laissé leur nom.

Localisation[modifier | modifier le code]

Les Ausques avaient pour voisins les Tarusates / Aturenses et les Elusates à l'ouest, les Lactorates au nord, les Tolosates à l'est, les Conveni et les Bigerri au sud.

Étymologie[modifier | modifier le code]

L'origine étymologique de l'endonyme euskara (langue basque en basque) serait aussi dérivé du radical ausc-[4], rapprochement encouragé par la ressemblance entre Eliberris/Elimberrum (nom antique d'Auch) et Hiriberria (« ville neuve » en basque).

Leur nom est basé sur un thème ethnonymique répandu, que l'on rapproche de celui des Oscidates, d'Osca (Huesca), d'Euskal, voire du nom de rivière Oscara (Ouche)[5]. D'éventuels liens avec la racine Tusk (Tosques, Toscans, Étrusques…) ont été envisagés.

Enfin la patronymes identifiés comme Ligures, ont des terminaisons en "osc" . On attribue à l'influence ligure les toponymes en -ascu, -oscu, -uscu, -incu ou -elu. Parmi les type -ascu, -oscu ou -uscu on peut citer Manosque, Tarascon, Venasque, Artignosc, Branoux, Flayosc, Gréasque, Lantosque, Gordolasque, Vilhosc, Chambost, Albiosc, Névache, Grillasca, Palasca, Popolasca, Salasca, Asco en France et Benasque, Velasco ou Huesca en Espagne.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Pline l'Ancien, Histoire naturelle (Naturalis Historia), livre 4, [108]. Aquitani, unde nomen provinciae, Sediboviates. mox in oppidum contributi Convenae, Bigerri, Tarbelli Quattrosignani, Cocosates Sexsignani, Venami, Onobrisates, Belendi, saltus Pyrenaeus infraque Monesi, Oscidates Montani, Sybillates, Camponi, Bercorcates, Pinpedunni, Lassunni, Vellates, Toruates, Consoranni, Ausci, Elusates, Sottiates, Oscidates Campestres, Succasses, Latusates, Basaboiates, Vassei, Sennates, Cambolectri Agessinates. (Traduction)
  2. Jules César (trad. Désiré Nisard), Commentaires sur la Guerre des Gaules : Commentarii de Bello Gallico, vol. 3, Paris, Didot, (lire sur Wikisource) :

    « Au bruit de cette victoire la plus grande partie de l'Aquitanie se rendit à Crassus, et envoya d'elle-même des otages. De ce nombre furent les Tarbelles, les Bigerrions, les Ptianii, les Vocates, les Tarusates, les Elusates, les Gates, les Ausques, les Garunni, les Sibuzates, et les Cocosates. »

  3. Manex Goyhenetche, Histoire générale du Pays basque : Préhistoire-Époque Romaine-Moyen-Âge, t. 1, Donostia / Bayonne, Elkarlanean, , 492 p. (ISBN 2913156207 et 8483314010, OCLC 41254536), p. 53-59
  4. René Lafon, Revue internationale d'onomastique, 1965, p.82
  5. Jacques Lemoine, Toponymie du Pays Basque Français et des Pays de l'Adour, Picard 1977, (ISBN 2-70-840003-7)