Aurore Clément

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aurore Clément
Description de cette image, également commentée ci-après
Aurore Clément en 2010.
Nom de naissance Marie-Thérèse Aurore Louise Clément
Naissance (75 ans)
Soissons (France)
Nationalité Drapeau de France Française
Profession Actrice
Films notables Apocalypse Now
Paris, Texas
Lacombe Lucien

Aurore Clément, née le à Soissons (Aisne), est une actrice française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance[modifier | modifier le code]

Tournage d'Apocalypse Now.

Aurore Clément naît le , à Soissons, dans une famille d'agriculteurs modestes de Buzancy[1]. À la mort de son père, employé à l'usine des Sucreries et Distilleries du Soissonnais, quand elle a 17 ans, elle quitte l'école pour travailler dans cette même usine afin de subvenir aux besoins de sa mère et de sa jeune sœur âgée de 15 ans. À 20 ans, sa sœur meurt dans un accident. Aurore décide de tout quitter et de venir à Paris où elle devient cover girl. Sa mère, restée à Soissons, meurt quelques années après.

Carrière[modifier | modifier le code]

Aurore devient top-model. Elle est en couverture de nombreux magazines de mode : Vogue Magazine, Elle, etc.

C'est sur une couverture du magazine Elle que Louis Malle la remarque et lui offre, en 1974, le rôle de France, une jeune fille juive amoureuse d'un adolescent collabo dans le film Lacombe Lucien[1]. Après ces débuts remarqués, elle enchaîne de nombreux rôles à travers l'Europe, devenant entre autres la comédienne fétiche de Chantal Akerman (depuis Les Rendez-vous d'Anna en 1978 jusqu'à Demain on déménage en 2003).

En 1976, Mario Monicelli lui propose de jouer dans son film Caro Michele au côté de Delphine Seyrig. Elle enchaîne ensuite de nombreux films italiens avec de grands metteurs en scène comme Elio Petri, Mauro Bolognini, Giuliano Montaldo, Dino Risi. En 1979, elle joue dans Apocalypse Now, de Francis Ford Coppola.

En 1987, Simone Benmussa, metteur en scène au Théâtre du Rond-Point lui offre son premier rôle au théâtre dans La Vie singulière d'Albert Nobbs. Ce rôle lui vaut, en 1988, le prix de la « révélation de l'année » décerné par le Syndicat de la Critique Dramatique.

Elle joue de nouveau au théâtre sous la direction d'Isabelle Nanty dans La Mouette d'Anton Tchekhov, puis dans Les Eaux et Forêts de Marguerite Duras ; mise en scène de Tatiana Vialle.

En 1993, Robert Kuperberglui lui offre un rôle aux côtés de Guy Tréjan et Maïa Simon[note 1] au Théâtre national de Chaillot dans Un Couple Ordinaire de Robert Kuperberg, adapté du livre de Gitta Sereny Au fond des Ténèbres ; récit d'une année passée à soutirer la confession de Franz Stangl, commandant du camp d'extermination de Treblinka.

En 2000, elle joue le rôle de Prudence Duvernoy dans la pièce La Dame aux camélias, mise en scène par Alfredo Arias. Aurore est nommée pour le Molière de la comédienne dans un second rôle.

Sa brillante carrière au cinéma se poursuit jusqu'à aujourd'hui, souvent sous la direction de Laetitia Masson, et avec la jeune génération des réalisateurs. Elle joue également dans de nombreuses productions pour la télévision française.

Elle est mariée au chef décorateur américain Dean Tavoularis[2].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Longs métrages[modifier | modifier le code]

Courts métrages[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Voix off[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Lectures audio[modifier | modifier le code]

  • Aurore Clément lit Ingeborg Bachmann : La Trentième Année. Coffret de deux CD. Éditions des Femmes, collection Bibliothèque des voix. 1991 (enregistrement) et 2005 (parution en compact disques) EAN : 3328140020540.
  • Jean-Pierre Faye : Yumi, réédition du roman avec le DVD de lecture intégrale par Aurore Clément. Éditions Notes de Nuit, 2012.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Décorations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. (lumières de Henri Alekan et décors de Max Douy)
  2. Procès-verbal de réception, République française, no 592CV02.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b brèves sur sa biographie
  2. Valérie Duponchelle, « Dean Tavoularis, tout l'art de Coppola », Le Figaro, encart « Le Figaro et vous »,‎ 3-4 avril 2021, p. 31 (lire en ligne).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :