Aurore Avarguès-Weber

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Aurore Avarguès-Weber, née en à Givry en Saône-et-Loire, est une chercheuse en neurosciences cognitives et éthologue française qui étudie le comportement des abeilles au Centre de recherche sur la cognition animale de Toulouse. Elle est lauréate d'un du prix L'Oréal-Unesco pour les femmes et la science, ainsi que de la médaille de bronze du CNRS.

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle est originaire de Givry, en Saône-et-Loire[1], et effectue ses études secondaires à Chalon-sur-Saône[2].

Elle intègre ensuite l'École normale supérieure de Cachan (Val-de-Marne)[2]. En 2010, elle soutient une thèse sur l'intelligence visuelle des abeilles sous la direction de Martin Giurfa (CRCA – Toulouse), intitulée « Cognition visuelle chez l'abeille Apis mellifera : catégorisation par extraction de configurations spatiales et de concepts relationnels »[3],[4].

Elle poursuit sa formation à la Queen Mary University à Londres (Royaume-Uni), où elle est boursière de la Fondation Fyssen, et à Gif-sur-Yvette sous la direction de Jean-Chrisophe Sandoz[5],[6].

Travaux[modifier | modifier le code]

Aurore Avarguès-Weber est biologiste au CNRS à l'Institut des sciences du cerveau, de la cognition et du comportement de Toulouse (ISC3T). Ses travaux de neurosciences cognitives portent sur l'intelligence des insectes sociaux principalement l'Abeille domestique mais aussi les bourdons, les guêpes et les frelons. Ils se situent dans la continuité des découvertes de l'éthologue allemand Karl von Frisch du milieu du XXe siècle, précurseur de la compréhension du comportement des abeilles[7],[8]. Elle démontre avec ses collègues les capacités d'abstraction de ces animaux notamment la catégorisation de leur environnement (un arbre, une fleur) et les relations des éléments entre eux (plus grand, au-dessus)[8]. Elle démontre également avec une équipe australienne que les abeilles sont capables de compter jusqu'à 5, de faire des additions et des soustractions basiques et de comprendre le concept du zéro à l'instar des primates[9],[10],[11].

Prix et récompenses[modifier | modifier le code]

En 2015, elle a reçu une bourse internationale du talent émergent, l'un des prix L'Oréal-UNESCO pour les femmes dans la science pour sa recherche sur les mécanismes cérébraux de l'intelligence visuelle des insectes sociaux [12],[13]. La bourse, d'un montant de 20 000 , doit permettre l’acquisition d’un simulateur de vol pour les abeilles[1]. Finalement, cet outil autoconstruit devient un simulateur de marche où l'abeille se déplace sur une balle en polystyrène roulant sur un flux d'air dans un environnement virtuel. Il permet ainsi de mesurer les mécanismes cognitifs du cerveau de l'abeille lors de ses prises de décision[7].

En 2019, elle est lauréate de la médaille de bronze du CNRS[14].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Son mari est physicien à l'université Toulouse-III-Paul-Sabatier[2]. Le couple a trois fils, Léon, Oscar[2] et Paul et une fille, Éloïse[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Une chercheuse émérite primée », sur www.lejsl.com (consulté le )
  2. a b c et d La-Croix.com, « Aurore Avarguès-Weber, butineuse de savoirs », sur La Croix, (consulté le )
  3. (en-GB) « Aurore Avarguès-Weber », sur Institut des Sciences du Cerveau, de la Cognition et du Comportement de Toulouse (ISC3T) (consulté le )
  4. Aurore Avarguès-Weber, Cognition visuelle chez l'abeille Apis mellifera: Catégorisation par extraction de configurations spatiales et de concepts relationnels (Thèse de doctorat), Toulouse, , 238 p. (lire en ligne)
  5. « Aurore Avarguès-Weber | Pour la Science », sur www.pourlascience.fr (consulté le )
  6. (en) « Aurore Averguès-Weber », sur Toulouse Brain and Mind Institute (consulté le )
  7. a b et c Marc Mortelmans, « Abeilles 1/4 : vers une redéfinition de l'intelligence animale (Aurore Avarguès Weber, chercheuse) », sur Baleine sous gravillon, (consulté le )
  8. a et b Marc Mortelmans, « Abeilles 3/4 : comment mesurer leur intelligence? (Aurore Avarguès Weber, chercheuse) », sur Baleine sous gravillon, (consulté le )
  9. (en) Adrian G. Dyer, Andrew D. Greentree, Jair E. Garcia et Aurore Avarguès-Weber, « Numerical cognition in honeybees enables addition and subtraction », Science Advances, vol. 5, no 2,‎ , eaav0961 (ISSN 2375-2548, DOI 10.1126/sciadv.aav0961, lire en ligne, consulté le )
  10. « Edition du soir Ouest France », sur www.ouest-france.fr (consulté le )
  11. Marc Mortelmans, « Abeilles 4/4 : la stupéfiante intelligence des tout petits (Aurore Avarguès Weber, chercheuse) », sur Baleine sous gravillon, (consulté le )
  12. « Avarguès-Weber, Aurore ; 1983- », Archipel: Université de Toulouse (consulté le )
  13. « 2015 International Rising Talent », L'Oréal (consulté le )
  14. (en-GB) « Congratulations to Aurore Avarguès-Weber ! », sur Research Center on Animal Cognition (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]